aller au contenu

1345. Bertrand du Guesclin a 25 ans

Le duc de Northampton pille la Roche-Derrien. Fuite de Jean de Montfort en Angleterre. Mort de Jean de Montfort, il a 51 ans. Bataille de Cadoret. Jean est défait à Auberoche.

Naissance de Jean Ier de Châtillon (5 février 1345, Jugon - 16 janvier 1404, Lamballe), comte de Penthièvre, vicomte de Limoges. Sa mère est Jeanne de Penthièvre, épouse de Charles de Châtillon-Blois, sire de Guise.

Ils auront d’autres enfants : Gui, envoyé en otage en Angleterre, où il meurt, Henri, décédé en 1400, Marie (1345 † 1404), comtesse de Guise, mariée en 1360 avec Louis duc d’Anjou (1339 † 1384), comte du Maine, comte de Provence et de Forcalquier, Marguerite, mariée en 1351 avec Charles de La Cerda († 1354), comte d’Angoulême et connétable de France. 1

Mars. Henry de Lancastre meurt. Henry de Lancastre (1281, château de Grosmont, Pays de Galles – 25 mars 1345) est un noble anglais, l’un des principaux responsables de la déposition d’Édouard II d’Angleterre. Il est le 3ème comte de Leicester et de Lancastre. Son fils, Henry également, lui succède. 2

Jean de Montfort est libéré ou s’évade ?

le 27 mars 1345, Jean de Montfort libéré se retire en Angleterre. Son retour dans la lutte, avec des renforts fournis par le roi Édouard III d’Angleterre, met fin à la trêve.

En janvier 1343, par l’entremise du pape Clément VI, la trêve de Malestroit doit apporter la paix et la libération de Jean de Montfort. Ce dernier n’est cependant pas libéré mais parvient à s’échapper le 27 mars 1345. 3

20 mai 1345. L’alliance Jean de Montfort - Édouard III, est réaffirmée le 20 mai 1345 par la reconnaissance d’Édouard III comme suzerain, avec cette fois un hommage lige. En récompense, elle est assortie du comté de Richemont, fief anglais entrant alors dans le patrimoine des ducs de Bretagne. 4

Juin. Geoffroy d’Harcourt, vicomte de Saint-Sauveur passe en Angleterre où il se met au service du roi Édouard III auquel il rend hommage comme roi de France. Par lettres patentes données à Westminster le 13 juin 1345, Édouard III promet de lui procurer en Angleterre des terres, en dédommagement de celles qu’il a quittées en Brabant, et de le remettre en possession de ses fiefs normands.

Saint-Sauveur-le-Vicomte. 50
Saint-Sauveur-le-Vicomte. 50. Le château. Photo : 02/06/2006.

17 juin. Victoire de Thomas Dagworth sur Charles de Blois à Cadoret près de Josselin. 5 L’Anglais Thomas Dagworth, 6 en route vers Ploërmel, traverse l’Oust à Cadoret. En face, Charles de Blois et son armée arrivent par les Landes de Cadoret. Les deux forces s’engagent et le combat dure toute l’après-midi. Pris sous une pluie de flèches des archers gallois, l’armée de Charles de Blois subit de nombreuses pertes. Les capitaines français Galois de la Heuse et Péan de Fontenay sont faits prisonniers et Charles de Blois abandonne le terrain. 7

Cadoret est à environ 50 kilomètres de Broons. Bertrand du Guesclin n’est pas présent à cette bataille. Que fait-il ?

17 ou 24 juillet. Jacob van Artevelde est assassiné.Jacques ou Jacob van Artevelde (né à Gand vers 1287 et mort à Gand) est un homme d’État flamand. Il est le père de Philippe van Artevelde. Il désavoue le comte de Flandre et suggère à Édouard III d’offrir le comté à son fils Édouard, le futur Prince Noir. Il est cependant déjà trop tard pour lui. Contesté dans sa ville même de Gand, il est assassiné lors d’une émeute. La Flandre abandonne Édouard III et se rallie à la France. 8

Août. Henry de Grosmont débarque à Bordeaux.

Henry de Grosmont , fils d’Henry de Lancastre, (vers 1300 – 1361), est duc de Lancastre et comte de Derby. Il est nommé lieutenant du roi et capitaine en Aquitaine en mai, il a 45 ans. Il débarque à Bayonne avec 500 chevaliers et 2 000 archers, se dirige vers le nord par Bordeaux et remporte la victoire d’Auberoche. Il gagne quelques combats à Meilhan, Monségur et La Réole. 9

Bayonne. 64
Bayonne. 64. La cathédrale Sainte-Marie, 13 et 14ème siècle. Photo : 17/06/2018.

Début août, le comte Henry de Lancastre débarque à Bordeaux avec 500 hommes d’armes, 1 000 archers et 500 fantassins gallois. Il a le titre de lieutenant pour l’Aquitaine et toute liberté d’action.

Son premier objectif : neutraliser Bergerac d’où partent régulièrement des raids dévastateurs. La ville est prise dès le 24 août. Il y fait des centaines de prisonniers qui sont mis à rançon. Renforcé de troupes gasconnes et des troupes de Stafford (son armée compte 2 000 hommes d’armes et 5 000 archers et fantassins), il assiège Périgueux.

Bergerac. 24
Bergerac. 24. La Dordogne. Photo : 05/01/2018.

Jean le Bon, chargé de la défense de l’Aquitaine, 10 envoie le comte de Valentinois, Louis de Poitiers, avec 3 000 hommes d’armes et 6 000 fantassins secourir la ville.

A Auberoche, Louis de Poitiers s’arrête pour assiéger le château. Auberoche est à quinze kilomètres à l’est de Périgueux. Il y est surpris par Henry de Lancastre le 21 octobre, l’armée française est défaite et les Anglais font une nouvelle fois de nombreux prisonniers.

Fort de ce succès, Henry de Lancastre prend plusieurs bastides, nettoyant de ses garnisons françaises l’espace compris entre la Dordogne et la Garonne, puis il met le siège devant la Réole.

La Réole est prise dès le 8 novembre, mais la citadelle résiste : elle promet de se rendre si aucun secours n’arrive dans les cinq semaines. Jean le Bon, lui, ne bouge pas, une grande partie de son armée a été défaite à Auberoche 11 et il a licencié le reste. La Réole mais aussi Langon et Sainte-Bazeille font de même, en janvier 1346. 12

La Réole. 33
La Réole. 33. Photo : 31/05/2017.

La châtellenie d’Auberoche « castellana de Alba Rupe » est mentionnée en 1287 lors d’un hommage à Arthur II de Bretagne devenu vicomte de Limoges par son mariage avec Marie de Comborn, fille de Guy VI, vicomte de Limoges de la Maison de Comborn.

Le château occupe un site élevé et escarpé au-dessus de la vallée de l’Auvézère. La tour-maîtresse, qui est le premier élément de ce castrum, se dresse sur la rive droite de l’Auvézère, dans la courbe du premier méandre. Il n’en subsiste qu’une chapelle.

La nouvelle du siège d’Auberoche par le comte Bertrand de l’Isle Jourdain et la situation critique de la garnison anglaise arrivent jusqu’au comte de Derby. Celui-ci et messire Gautier de Mauny sont d’accord pour tenter de desserrer l’étau français autour du château. Le comte de Derby se met en route et fait demander à Richard de Stafford et Étienne de Tombey qui sont à Libourne, ainsi qu’au comte de Pembroke qui est à Bergerac de le rejoindre pour marcher vers Auberoche. Le comte de Pembroke ne rejoint pas le comte de Derby. Bien qu’inférieure en nombre, l’armée anglaise réussit à surprendre à l’heure du dîner les comtes et vicomtes, qui commandent l’armée française, et à les faire prisonniers. Les soldats français cessent le combat. Cette bataille d’Auberoche eut lieu le 23 octobre. Auberoche reste possession anglaise et le commandement de sa garnison est confié à messire Alexandre de Caumont. 13

On constate que les deux sources ne donnent pas le même effectif pour les troupes, ni la même date pour la défaite d’Auberoche.

Le commandant de la garnison d’Auberoche est Franck van Hallen.

Louis 1er de Poitiers meurt au siège le 21 octobre. 14

18 septembre. André de Hongrie est assassiné à Aversa. La reine Jeanne est mise en cause par le roi Louis Ier de Hongrie.

Une armée anglaise, commandée par le duc de Northampton, débarque en Bretagne.

Elle prend Carhaix.

Northampton tenta ensuite de surprendre Guingamp et, repoussé, brûla les faubourgs sans insister. « Une place forte avec un port près de la mer, faisait bien mieux l’affaire de ces Anglais ; ils trouvaient tout cela à la Roche-Derrien, ville petite, mais bien située, bien fortifiée et avec un fort château. Ils y allèrent et mirent le siège devant la ville, qui devint, nous dit l’historien la Borderie, la base, la racine, le point d’attache et, en même temps, le rempart de cette invasion. »

La Roche-Derrien. 22
La Roche-Derrien. 22. Charles de Blois sur vitrail. Photo : 28/01/2017.

Les Rochois repoussèrent vigoureusement le premier assaut et résistèrent non moins vaillamment pendant deux jours à un second assaut. Mais l’incendie d’une des portes de la ville par les Anglais, les mit dans la nécessité de capituler. Ils députèrent vers Northampton Hue Cassiel, le Commandant de la Place.
Northampton, qui avait été frappé de la bravoure de cet officier, consentit à ce qu’il sortit de la ville avec toute sa garnison. La même faveur fut accordée à Hue Arrel, à l’évêque de Tréguier, qui se trouvait dans la Place, à Raoul de la Roche et à tous ceux qui se trouvaient dans la ville qui fut ensuite livrée au pillage.

Les Anglais trouvèrent à la Roche un très riche butin. Ils s’emparèrent notamment de 300 à 400 tonneaux de vins de France et de 1 à 14 tonneaux de vins d’Espagne qui appartenaient à des marchands de ces nations, car, à l’époque qui nous occupe, notre bras de mer n’était pas envasé comme il l’est de nos jours et les navires y abordaient pour y apporter les marchandises de l’étranger.

Dans l’assaut livré à la Roche par Northampton, l’église, dédiée alors à Notre-Dame, fut fort endommagée. Une bulle de 1389, indique qu’elle avait alors besoin de grosses réparations et accordait des indulgences à cet effet.

Northampton, après avoir pillé la Roche-Derrien, y laissa une garnison anglaise et se dirigea sur Lannion dans l’espoir de prendre Morlaix et d’entrer dans le Léon pour en faire la conquête.

La garnison anglaise de la Roche, après la reddition de la ville à Northampton, était commandée par Richard Toussaint, qui est le même, il me semble, que Froissard nomme Tassard de Guînes ; mais il semble avoir été mal renseigné sur la prise de la Roche-Derrien. Ce Toussaint, après avoir tenté à plusieurs reprises de prendre Lannion, traita avec deux soldats de la garnison qui lui en ouvrirent les portes.

Les Anglais entrèrent dans la ville 15, la pillèrent et massacrèrent un grand nombre d’habitants, dont Geoffroy de Pontblanc, qui, surpris dans la nuit, fut poursuivi pendant qu’il s’enfuyait en chemise et lâchement tué au coin d’une rue. Ce meurtre déplut à Toussaint.

Les Anglais tuèrent aussi Geoffroy de Kerrimel avec plusieurs autres chevaliers. « Ils prirent les sires de Coëtuhan, Rolland Philippe, sénéchal de Bretagne pour Chartes de Blois et Thibaud Méran, docteur en droit, lesquels ils firent marcher, chargés de vin, en cotte et nus-pieds jusqu’à la Roche-Derrien, emmenant avec eux un grand nombre d’habitants, nobles et roturiers, avec un riche butin. »

Cependant, Geffroy Tournemine qui commandait à Guingamp, au nom de Charles de Blois, ayant appris qu’une partie de la garnison anglaise de la Roche en était sortie, crut le moment favorable pour aller attaquer la ville et la reprendre. Mais ce projet fut découvert, les Anglais de Tréguier avertis, revinrent précipitamment, passèrent la rivière au gué au Provost, se jetèrent entre Tournemine et la ville, tuèrent un grand nombre de ses soldats, le battirent et le contraignirent à regagner Guingamp. 16

Septembre. Jean de Montfort met vainement le siège devant Quimper puis tombe malade 17 et meurt à Hennebont le 26 18 septembre 1345. Il a environ 51 ans. Il est inhumé dans le couvent des Dominicains de Quimperlé où son tombeau, déjà violé, a été retrouvé en décembre 1883. Ses restes se trouvent désormais dans l’abbaye Sainte-Croix de Quimperlé.

Quimperlé. 29
Quimperlé. 29. Dans l’’abbaye bénédictine Sainte-Croix. Photo : 15/05/2017.

Son fils Jean n’a que 6 ans. 19 C’est sa mère, Jeanne de Flandre, dite la Flamme, qui poursuit la guerre, remportant des succès. Jean commence à prendre part aux opérations militaires en 1357. 20

Les troupes guérandaises restent fidèles au parti Montfort, bien que l’évêque de Nantes soit passé au parti de Charles de Blois.

Septembre. Le pape Clément VI lance un nouvel appel à se croiser auquel seul répond Humbert II, dauphin de Viennois. Le pape, avec une certaine répugnance, accepte de le nommer, le 26 mai 1345, capitaine général du Siège Apostolique, commandant l’armée chrétienne. Le Dauphin embarque à Marseille le 2 septembre en compagnie de Jean Ier le Meingre, dit Boucicaut, qui s’est déjà illustré à Smyrne. Sur place, il privilégie la négociation avec les Turcs.

Guy II de Nesle est nommé maréchal de France. C’est le fils de Jean Ier de Nesle (1288 - 3 mai 1352) et de Marguerite de Mello. Il est tué au combat de Mauron le 14 août 1352.

Jean de Derval perd la seigneurie de Pont-Callec. Jean, second fils de Guillaume de Derval, reçoit la seigneurie de Pont-Callec en 1332. Le duc Jean III précise dans l’acte de donation que Jean peut porter les armes de Bretagne. En 1341, Jean préside à l’inventaire des monnaies trouvées au trésor de l’église de Nantes, il choisit le parti de Charles de Blois. En 1345, Charles de Montfort, en représailles, lui retire la seigneurie de Pont-Callec et la donne à Jeanne de Belleville, dame de Clisson. 21

Derval. 44
Derval. 44. Vestiges du château. Photo : 12/12/2016. info credit Cérapar. Pacé.

Hervé II de Mauny, seigneur de Thorigny, est né vers 1345. Hervé Ier de Mauny, sire de Thorigny épouse vers 1320 Marie du Guesclin, fille de Guillaume du Guesclin, oncle du connétable Bertrand du Guesclin, dont il eut : Olivier 1er de Mauny, marié à Marie de Roye puis à Marguerite de Québriac, Hervé II de Mauny, seigneur de Thorigny, né vers 1345, décédé vers 1411, chambellan du roi Charles VI en 1406, marié le 26 août 1373 avec Marie de Craon fille de Guillaume Ier22

Olivier 1er de Mauny ou Olivier de Miniac, né vers 1320 et mort le 9 juillet 1389, est comte, baron de Thorigny (ou Torigny), seigneur de Marcé, seigneur de Lesnen, chambellan du duc d’Orléans et chambellan du roi. C’est un cousin de Bertrand du Guesclin. 23 Il est compagnon d’armes de Bertrand du Guesclin dont il a le même âge.

Torigny. 50
Torigny. 50. Photo : 25/10/2018.