aller au contenu

1324. Bertrand du Guesclin a 4 ans

Marie de Luxembourg décède. Charles de Valois a 54 ans. Charles II d’Alençon a 27 ans. Edmond de Woodstock, comte de Kent, a 23 ans. Naissance de Jeanne de Penthièvre. Gaucher V de Châtillon a 75 ans.

La reine, Marie de Luxembourg, décède accidentellement

Le 21 septembre 1322, à Provins, 1 Charles IV le Bel, épouse Marie de Luxembourg. Marie est couronnée le jour de la Pentecôte, 15 mai 1323, par l’archevêque de Sens, Guillaume de Melun, dans la chapelle du roi à Paris. Une fille naît mais ne vit que quelques jours.

Le 21 mars 1324, au cours d’un voyage à Issoudun dans le Berry, la voiture de Marie de Luxembourg se renverse et tue nette la reine alors enceinte. 2

Du Guesclin. Issoudun. 20
Du Guesclin. Issoudun. 20. Le beffroi du 12ème et 15ème siècles. Photo : 09/02/2001.

Le 13 juillet 1325, toujours sans héritier, Charles IV épouse en troisième noce, sa cousine, Jeanne d’Evreux. Ils ont une fille prénommée Jeanne, puis Marie en 1325.

Jeanne est de nouveau enceinte, lorsque le roi meurt en 1328. Il faut attendre la naissance de cet enfant pour savoir si les Capétiens peuvent garder le trône. C’est une nouvelle fille, Blanche, qui va naître le 1er avril 1328. Cette dernière fille de Charles IV le Bel épouse en 1346, Philippe, duc d’Orléans. 3

Saint-Sardos, le début de la guerre de Cent Ans

Nous trouvons une référence du cri « Guienne ! » lors de l’épisode qui a déclenché la guerre de Saint-Sardos (1324-1325).

L’abbé de Sarlat avait décidé en 1317 de créer une bastide à Saint-Sardos en Agenais. Dépendant juridiquement du roi de France, l’abbé avait placé cette future fondation sous la protection de ce souverain. Cependant, un seigneur voisin, fidèle des rois-ducs, Ramon-Bernat de Montpezat, s’opposa à cette fondation qui le gênait pour diverses raisons. La cérémonie de fondation de la bastide de Saint-Sardos devait avoir lieu le 16 octobre 1323. Un panneau portant les fleurs de lys signifiant la protection du roi de France avait été dressé.

Dans la nuit du 15 octobre, des hommes de Montpezat attaquèrent Saint-Sardos en criant « Guienne ! Guienne ! ». Ces derniers pendirent le sergent royal au poteau auquel était attaché le panneau aux fleurs de lys… 4

Après Saint-Sardos Charles IV prend l’initiative

Un des éléments de discorde est la province frontière de l’Agenais où la construction d’une bastide par un vassal français, à Saint-Sardos, en novembre 1323, a fait monter la tension. Les forces gasconnes détruisent la bastide et en retour, Charles IV attaque Montpezat. Si l’assaut est un échec, Charles de Valois, a cependant réussi à neutraliser le contrôle de la région par les Anglais : en 1324, Charles IV déclare la confiscation des biens d’Édouard, et occupe l’Aquitaine, à l’exception des zones côtières. 5

Le roi de France Charles IV confie à Charles de Valois, son oncle, lieutenant général du roi, la tête d’une forte expédition chargée de mettre au pas la Gascogne. L’oncle du roi combat aux côtés des plus hauts princes du royaume : Philippe III d’Évreux, Robert III d’Artois, Louis de Clermont, le connétable Gaucher de Châtillon, Miles de Noyers et enfin son propre fils Charles.

Gaucher V de Châtillon est né vers 1249 à Châtillon-sur-Marne, seigneur de Châtillon, comte de Porcien, 6 est connétable de Champagne en 1284, puis connétable de France de 1302 à 1329.

En Flandre, en 1302, Gaucher V de Châtillon étouffe la révolte de Bruges. Il contribue à la victoire de Mons-en-Pévèle 7sur les Flamands le 18 août 1304. Gaucher V de Châtillon met sur le trône Philippe VI de Valois, malgré les prétentions du roi d’Angleterre à la couronne de France. Malgré ses 80 ans, il se distingue à la bataille de Cassel le 23 août 1328 qui voit la défaite des Flamands à nouveau révoltés. Il meurt en 1329. 8

Miles IX, dit le Grand, 1271-1350, seigneur de Noyers, Chablis et de Vendeuvre, comte de Joigny par achat, grand bouteiller de France, est un maréchal et un conseiller important des rois de France au cours de la première moitié du 14ème siècle, sa carrière culmine sous Philippe VI de Valois.

Dès l’âge de 24 ans, en 1295, ce seigneur bourguignon renonce à son indépendance et reconnaît la suzeraineté du duc de Bourgogne, en échange de sept mille livres parisis. En 1296, il reçoit de son oncle Gaucher de Châtillon la terre de Villebertin. Il devient ensuite garde des foires de Champagne et de Brie. Membre de la cour de Robert II de Bourgogne, il devient son grand bouteiller et est un de ses exécuteurs testamentaires en 1302.

Du Guesclin. Noyers. 89
Du Guesclin. Noyers. 89. Illustration sur le site. Photo : 26/09/2013.

S’il passe ensuite au service du roi, il remplit également ses devoirs envers le duc de Bourgogne, et est ainsi gardien du duché en 1309. Miles de Noyers se distingue lors des guerres flamandes menées par Philippe le Bel. En 1302 il participe ainsi à la désastreuse bataille de Courtrai et est fait maréchal de France l’année suivante. Au mois de septembre 1303, il est fait prisonnier par les bourgeois d’Arras révoltés en compagnie du connétable Gaucher de Châtillon. Une trêve, certes de courte durée, conclue peu après lui permit de retrouver la liberté. En 1304, il se serait fait remarquer de manière héroïque à la bataille de Mons-en-Pévèle en sauvant l’oriflamme de France. Il aurait assuré la mise en défense de Lille entre 1305 et 1310. 9

Pour lui faire face, Edouard II d’Angleterre dépêche son frère Edmond de Kent.
Edmond de Woodstock, 5 août 1301 – 19 mars 1330, comte de Kent, est l’un des fils d’Édouard Ier, roi d’Angleterre et de Marguerite de France. Il est ainsi le petit-fils du roi Philippe III de France, le Hardi.

Charles de Valois s’avance, il est à Dourdan 10 le 19 juillet 1324, à Cahors, 11 le 8 août. Il exige la reddition d’Agen, 12 qui obtempère le 15 août. Il s’empare ensuite de Pont-Sainte-Marie, 13 et d’autres bourgs mais échoue devant Puymirol, 14 et Saint-Sever. 15

Du Guesclin. Dourdan. 91
Du Guesclin. Dourdan. 91. Les beaux vestiges de l’enceinte. Photo : 16/06/2005.
Du Guesclin. Cahors. 46
Du Guesclin. Cahors. 46. Le pont Valentré. Photo : 05/01/2018.

Puymirol est assiégée sans succès, elle est défendue par l’un des meilleurs capitaines du parti anglais, Amanieu du Fossat, seigneur de Madaillan. 16

L’ost arrive devant La Réole le 25 août et met le siège devant la puissante forteresse. 17

C’est à cette occasion qu’est utilisée pour la première fois l’artillerie à poudre en Europe.

Au début du siège, les Anglais effectuent une sortie qui coûte notamment la vie au comte de Boulogne. Après les avoir péniblement refoulés, Charles de Valois bloque la ville et l’encercle d’engins de siège et d’artillerie. Ce siège meurtrier dure cinq semaines avant qu’Edmond de Kent ne consente à se rendre. Le frère du roi d’Angleterre signe une trêve le 22 septembre. La ville est rendue le lendemain et des otages sont livrés aux Français.

Guy IX de Laval et Mathieu de Brie sont avec Charles de Valois, ils assistent à la reddition de La Réole. 18

Du Guesclin. La Réole. 33
Du Guesclin. La Réole. 33. Le château surplombe la Garonne. Photo : 30/12/2019.

Mathieu de Trie exécuteur testamentaire de Charles IV le Bel

Mathieu III de Trie - ? -26 novembre 1344 - est seigneur d’Araines, de Vaumain et autres, maréchal de France. Il est le fils de Renaud de Trie, seigneur de Vaumain qui est tué à la bataille de Courtrai en 1302. Il succéde à Jean de Beaumont comme maréchal de France, vers 1320 et assiste, en 1322, au sacre du roi Charles IV le Bel qui le nomme l’un de ses exécuteurs testamentaires.

Il accompagne le comte de Valois dans la conquête de la Guyenne. En 1325, il commande un corps de troupe contre les Flamands. En 1328, il assiste au sacre de Philippe VI de Valois effectué par son frère Guillaume de Trie. À sa mort en 1334, ce dernier lègue ses biens à Mathieu. 19

Du Guesclin. La Réole. 33
Du Guesclin. La Réole. 33. Le château. Photo : 31/05/2017.

Édouard II a jusqu’à Noël pour signer cette trêve qui court jusqu’aux octaves de Pâques 1325. 20

Ces conditions sont jugées bien douces à Paris, d’autant plus que Charles de Valois laisse Edmond de Kent en liberté, il le fait même escorter jusqu’à Bordeaux par son fils Charles. L’expédition est cependant une réussite, puisque les Anglais ne possèdent plus alors en Gascogne que quelques places de faible importance.

Charles de Valois renforce la forteresse de La Réole et y installe une garnison, il fait raser le château de Montpezat dont le sire, Raimond-Bernard de Montpezat, responsable de la guerre, est mort peu avant.

Le 11 décembre 1324, Charles de Valois est de retour à Paris. 21

Charles II de Valois, 1297-† 1346, comte d’Alençon, fonde la branche des ducs d’Alençon.

En Bretagne, Jeanne de Penthièvre, la Boiteuse, naît vers 1324

C’est la fille de Guy de Bretagne, comte de Penthièvre et vicomte de Limoges, et de Jeanne, dame d’Avaugour, et comtesse de Goëllo. Elle est duchesse de Bretagne, dame de Mayenne, d’Avaugour, de l’Aigle et de Châtelaudren, comtesse de Penthièvre et de Goëllo, vicomtesse de Limoges. 22

Jeanne de Penthièvre épouse Charles de Blois-Châtillon en 1337, ils deviennent prétendants au titre de duchesse et duc de Bretagne contre Jean de Montfort. Bertrand du Guesclin choisit le camp de Jeanne de Penthièvre. 23

Armes des ducs de Bretagne
Armes des ducs de Bretagne . Blason des ducs de Bretagne depuis 1316.

Naissance de Jean Ier de Rohan

Alain VII de Rohan, 10ème vicomte de Rohan est né en 1308 et épouse en 1322 Jeanne de Rostrenen, 1300-1371, dame de Plouhinec. Ils ont trois enfants :

  • Jean Ier de Rohan, vicomte de Rohan après son père,
  • Pierre attesté en 1336 et
  • Marguerite de Rohan épouse en 1356 Jean IV de Beaumanoir, maréchal de Bretagne, puis, en 1378, Olivier V de Clisson, futur connétable de France. 24

La pierre tombale de Jeanne de Trésiguidy, vicomtesse du Faou

Châteaulin. Finistère. La chapelle Notre-Dame (XIIIème siècle), est reconstruite en partie en 1721 et 1753 et restaurée en 1860. Il s’agit de l’ancienne chapelle du château. Elle comprend une nef de six travées avec bas-côtés, un transept et un chœur. L’édifice remonte dans ses parties les plus anciennes au dernier quart du XIIIème siècle et a été remanié à plusieurs époques, notamment aux XVème, XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles.

On y trouve la pierre tombale - datée de 1324 - de Jeanne de Trésiguidy, vicomtesse du Faou. 25

Du Guesclin. Chateaulin. 29
Du Guesclin. Chateaulin. 29. Pierre tombale de Jeanne de Trésiguidy, vicomtesse du Faou. Photo : 07/08/2019.
Du Guesclin. Chateaulin. 29
Du Guesclin. Chateaulin. 29. La chapelle Notre-Dame. Photo : 07/08/2019.

Dinard, fondation d’un monastère

Le monastère est fondé en 1324 par les religieux Trinitaires.

Deux nobles seigneurs issus de la branche cadette des sires de Montfort-la-Cane dite « de Plancoët », Olivier et Geoffroy de Montfort en furent les bienfaiteurs.

Le domaine fut saccagé en partie lors de la Révolution de 1789, vendu comme bien national, il fut racheté et transformé en château. La chapelle a été restaurée en respectant le plan primitif et renferme les tombeaux des chevaliers de Montfort. 26