aller au contenu

1328. Bertrand du Guesclin a 8 ans

Mort du roi Charles IV de France. Philippe VI de Valois a 35 ans. Philippa de Hainaut a 17 ans. Mariage d’Edouard III d’Angleterre. Bataille de Cassel. Deux papes. Robert Ier Bruce, roi d’Écosse.

Est-ce que toutes ces informations arrivent dans la famille de Bertrand du Guesclin à la Motte-Broons ?

La fin des Capétiens et le début des Valois

Charles IV, meurt le 1er février 1328. Le roi de France, troisième et dernier fils de Philippe IV le Bel meurt sans descendant mâle, la dynastie des Capétiens directs est compromise. Les prétendants sont nombreux.

  • La reine d’Angleterre, Isabelle de France, dernière fille de Philippe IV le Bel, a un fils, Édouard III, roi d’Angleterre. Peut-elle alors transmettre un droit qu’elle ne peut elle-même exercer ?
  • Philippe III d’Évreux, par les droits de son épouse Jeanne de Navarre, est prétendant, mais Jeanne de Navarre n’a pas encore de fils, Charles de Navarre naît en 1332. 1
  • Jeanne de France, duchesse de Bourgogne, fille de Philippe V le Long et de Jeanne II de Bourgogne, est prétendante au nom de son fils Philippe de Bourgogne.
  • Philippe de Valois est prétendant du fait des droits du plus proche héritier mâle. 2
  • La reine Jeanne d’Évreux, veuve de Charles IV. Charles IV laisse la reine, Jeanne d’Evreux, enceinte. Elle donne naissance le 1er avril à une fille, Blanche de France. 3
Charles IV le Bel et Jeanne d'Évreux
Charles IV le Bel et Jeanne d’Évreux
Abbatiale cistercienne de Maubuisson. Gisants. Source : Wikipédia.

Philippe de Valois devient Régent du trône de France

Le Régent Philippe de Valois doit attendre la naissance de Blanche pour être proclamé roi. Philippe de Valois est petit-fils de Philippe III le Hardi et cousin de Charles IV le Bel. Celui-ci l’a désigné Régent avant sa mort. 4

Les états généraux confirment la non transmission du royaume aux femmes et la Régence de Philippe de Valois. La décision prise en 1316 d’évincer les femmes de la succession à la couronne de France devient coutume en 1328, coutume tirée du code de loi salique. 5

Édouard III est déjà roi d’Angleterre, il est perçu comme étranger au royaume bien que de langue et d’origine françaises, ce qui pousse les barons à rejeter sa candidature. Philippe de Valois est choisi par une assemblée des principaux seigneurs du royaume de France par application de la règle de primogéniture masculine.

29 mai. Philippe VI de Valois accède au trône de France

L’accession de Philippe VI de Valois, neveu de Philippe IV le Bel, sur le trône de France le 1er avril découle d’un choix politique. Il est le fils de Charles de Valois, frère cadet de Philippe le Bel et descend donc par les mâles de la lignée capétienne. Il s’agit de l’expression d’une conscience nationale naissante, le refus de voir un éventuel étranger épouser la reine et diriger le pays. Le dimanche 29 mai 1328, Philippe VI de Valois est sacré à Reims par l’archevêque Guillaume de Trie. 6 Le Valois, l’Anjou et le Maine sont réunis à la Couronne de France.

Guy IX de Laval assiste au sacre de Philippe VI de France. 7

Le sacre de Philippe VI de Valois
Le sacre de Philippe VI de Valois
Par Jean Froissart. Grandes Chroniques de France Bibliothèque Nationale de France.

Isabelle de France adopte une position intransigeante vis-à-vis de l’hommage pour la Guyenne, répondant aux envoyés français qu’Édouard III

« était fils de roi et ne ferait pas hommage au fils d’un comte ».

Le roi d’Angleterre, Edouard III, pair, ne se rend pas au sacre

Il ne rend pas hommage. Mais la victoire écrasante de Philippe VI contre les Flamands à la Bataille de Cassel n’est pas pour rassurer les Anglais qui ne peuvent opposer de défense crédible pour la Guyenne reprise par Charles IV en 1323. Le 6 juin 1329, le roi d’Angleterre, Édouard III prête hommage à Amiens.

23 août. La Bataille de Cassel

Du Guesclin. Cassel. 59
Du Guesclin. Cassel. 59
Cassel est à environ 150 mètres au-dessus de la campagne environnante. Photo : 06/04/2018.

Le comte de Flandre profite de l’hommage qu’il rendait à son nouveau seigneur Philippe VI pour lui demander de l’aide. 8 Il le relance lors de la cérémonie du sacre de Philippe VI en juin. Philippe y voit l’occasion de renforcer sa légitimité en restaurant l’ordre social bafoué sur le champ. On profite du fait que l’ensemble des barons se retrouve à Reims pour le sacre. 9

Philippe veut marcher tout de suite contre les Flamands. Il convoque l’ost à Arras pour le mois de juillet 1328 et va prendre l’oriflamme à Saint-Denis. Gand attaque Bruges immobilisant pour la défense de la ville une bonne partie des forces de l’insurrection. Comptant forcer l’ennemi à le combattre en rase campagne et en terrain favorable à sa cavalerie, le roi confie aux maréchaux l’organisation d’une chevauchée qui pille et ravage la Flandre occidentale jusqu’aux portes de Bruges.

Pendant ce temps, le gros de l’armée marche sur Cassel. La rencontre s’y fait le 23 août 1328. Les insurgés sont retranchés sur le mont Cassel, une butte haute de 157 mètres. Ils voient de là leurs villages brûler et l’armée française qui se déploie. La « bataille » du roi compte 29 bannières, celle du comte d’Artois, 22.

Le souvenir de la bataille de Courtrai, où en 1302 les piquiers flamands ont mis en pièces la chevalerie française, est toujours présent, et l’époque est marquée par la prééminence de la défense sur l’attaque. Philippe VI en est parfaitement conscient et se garde bien de faire charger sa cavalerie sans réfléchir.

Nicolaas Zannekin est le chef des insurgés, avec Zeger Janszone et Lambrecht Bovyn. C’est un propriétaire foncier qui se veut chevalier. Il envoie des messagers pour proposer au roi de fixer « jour de bataille » mais on leur répond par le mépris, considérant qu’ils étaient « gens sans chef » tout juste bons à rosser. Sans considération pour cet adversaire de basse classe sociale, les chevaliers du roi délacent leurs armures et prennent leurs aises dans leur campement. Les insurgés ne l’entendant pas de cette oreille attaquent à l’improviste, surprenant en pleine sieste l’infanterie laquelle ne doit son salut que dans la fuite. On retrouvera l’infanterie à peu près groupée le lendemain à Saint-Omer. 10

L’alerte est donnée et le roi et ses chevaliers se ressaisissent vite. Le roi, en robe bleue brodée de fleurs de lys d’or et seulement coiffé d’un chapeau de cuir, regroupe sa chevalerie et lance la contre attaque dans le plus pur esprit chevaleresque payant de sa personne à la tête de ses troupes. Les chevaliers avaient perdu l’habitude de voir le roi s’exposer ainsi, ceci depuis la mort de Saint-Louis sous les murailles de Tunis. Son cri de ralliement : « qui m’aime me suive » est resté célèbre. La contre-attaque française contraint les insurgés à se former en cercle, coude à coude, ce qui leur interdit tout repli. La bataille tourne en faveur de l’armée du Roi de France qui inflige de très lourde perte aux Flamands.

L’armée royale incendie Cassel. Ypres se soumet et Bruges suit. Louis de Nevers reprend le contrôle du comté dans le sang des exécutions capitales et Philippe VI en retire tout le prestige d’un roi chevalier.

Louis Ier de Flandre
Louis Ier de Flandre
Wikimedia Commons.

L’ensemble des biens des combattants flamands (aussi bien ceux tués que ceux qui survécurent) furent ensuite réquisitionnés par le Roi, qui par la suite concèdera un tiers des biens saisis au Comte de Flandre. Savoyards et Dauphinois se retrouvent côte-à-côte dans l’ost du roi de France, mais ce compagnonnage d’armes ne met pas fin à leurs querelles. 11

Louis peut ainsi, après une répression violente, provisoirement renforcer son pouvoir et accorder aux villes des libertés plus restrictives, que les Brugeois qualifient de « mauvais privilège ». 12

Bataille de Cassel
Bataille de Cassel
Bataille de Cassel. 1328. Source : Chroniques Jean Froissart Bibliothèque Nationale de France.

Jean de Luxembourg est aux côtés de Philippe VI

Jean de Luxembourg, dit l’Aveugle (10 août 1296 – tué à la bataille de Crécy le 26 août 1346 est roi de Bohême en 1310 par son premier mariage, comte de Luxembourg en 1313, roi titulaire de Pologne. Il a deux sœurs : Marie (1304-1324), mariée à 1322 à Charles IV, roi de France et Béatrice (1305-1319), mariée en 1318 à Charles Robert, roi de Hongrie. Il est à demi Français par son éducation, il descend de Louis VI roi de France et de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine. Il est aux côtés du roi de France contre les Flamands en 1328. 13

Guy X de Laval accompagne le roi Philippe VI de Valois dans ses guerres de Flandre à la tête d’une compagnie d’hommes d’armes. Il participe à la Bataille de Cassel. 14

Septembre. Philippe VI ordonne un recensement

C’est un état des feux et paroisses du royaume de Francie. C’est le seul pour tout le Moyen Âge, jusqu’à l’époque moderne.

Philippa de Hainaut épouse Édouard III d’Angleterre

Jeanne de Valois est née en 1294, princesse de sang royal, c’est la fille de Charles de France, comte de Valois, et de Marguerite d’Anjou. Elle est l’arrière-petite-fille de Saint Louis, 15 nièce de Philippe IV le Bel, sœur du roi de France Philippe VI de Valois.

Jeanne de Valois épouse Guillaume Ier d’Avesnes, 1286 † 1337, comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande, le 19 mai 1305 à Chauny. 16 Ils ont huit enfants :

  • Jean, mort en 1316,
  • Guillaume II, 1307-† 1345, comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande,
  • Marguerite, 1310-† 1356, comtesse de Hainaut, de Hollande et de Zélande, mariée à Louis IV de Bavière, empereur romain germanique,
  • Philippa, 1311-† 1369, mariée en 1328 à Édouard III d’Angleterre,
  • Jeanne, 1315-† 1374, mariée en 1334 à Guillaume V, 1315-† 1362, duc de Juliers
  • Agnès,
  • Isabelle, 1323-† 1361, mariée en 1354 à Robert de Namur, 1323-† 1391, seigneur de Beaufort-sur-Meuse.
  • Louis, 1325-† 1328.

Jeanne de Valois devient Dame de Maing en 1322.

À la mort de son époux en 1337, Jeanne de Valois devient religieuse et se retire au sein de l’abbaye cistercienne de Fontenelle, près de Maing, où la rejoignent sa fille Isabelle de Namur et sa petite-fille Anne de Bavière. 17

Carte du comté de Hainaut
Carte du comté de Hainaut
Mons est la capitale du Hainaut. Source : Wikimedia Commons.

Jeanne de Navarre est évincée du trône de France

Philippe VI, le premier Valois, monte sur le trône à la place de Jeanne II de Navarre. Il abandonne la Navarre à Jeanne, fille de Louis X le Hutin, femme de Philippe III d’Évreux. 18

Philippe III d’Évreux est prince de sang royal français, il est le fils de Louis de France, comte d’Évreux, et de Marguerite d’Artois. Son père est frère de Charles de Valois, et de Philippe IV le Bel, roi de France. 19

Philippe III d’Évreux est marié depuis 1325 à Jeanne de Navarre. Elle compte sur le soutien des barons navarrais qui refusent que le royaume de Navarre soit gouverné à distance par le roi de France. Philippe VI doit donc négocier.

En avril 1328, le grand conseil laisse la Navarre à Jeanne, mais refuse de céder la Champagne et la Brie, car cela ferait des Navarrais des prétendants trop puissants.

Une compensation est donc prévue, acceptée par les Évreux malgré son caractère réduit : ils obtiennent le comté de Mortain, une partie du Cotentin et, dans le Vexin, Pontoise, Beaumont-sur-Oise et Asnières-sur-Oise. La promesse de leur céder le comté d’Angoulême ne sera jamais tenue.

Le 13 mars, les Cortès de Puente la Reina, Navarre, proclament Jeanne II et Philippe III, reine et roi de Navarre.

La duchesse Isabelle de Castille meurt sans descendance

En 1310, Isabelle de Castille épouse à Burgos en secondes noces Jean, fils d’Arthur II, duc de Bretagne. En 1312, à la mort de son père, Jean devient duc de Bretagne sous le nom de Jean III. Isabelle devient ainsi duchesse consort de Bretagne.

En épousant Isabelle, Jean III, lui donne « la Vicomté de Limoges à cause de noces ».

Son frère, Guy, refuse de ratifier la donation et après plusieurs années de mariage Isabelle étant sans enfant le duc Jean III investit finalement son frère en mars 1314 de la vicomté litigieuse. Isabelle proteste de son bon droit auprès du Pape qui par une bulle du 1er septembre 1314 invite le duc à restituer à la duchesse le domaine dont elle a été dépouillée.

Elle récupère la vicomté et Guy reçoit en compensation le comté de Penthièvre qui, réuni aux domaines de son épouse Jeanne d’Avaugour en Goëlo, constitue une importante puissance politique dans le nord de la Bretagne.

En 1328, la duchesse Isabelle meurt sans descendance. 20

Du Guesclin. Billiers. 56
Du Guesclin. Billiers. 56
Abbaye de Prières. Photo : 02/09/2020.

Deux papes s’affrontent, Jean II et Nicolas V

Louis III de Bavière est né en 1282, élu roi des Romains en 1314, puis couronné empereur des Romains sous le nom de Louis IV en 1314. Il règne de 1328 à 1347. Louis IV, dit le Bavarois, réunit en 1312 la Haute et la Basse-Bavière. Louis IV agrandit considérablement ses domaines. Lorsqu’il meurt il possède, outre la Bavière, le Brandebourg, la Hollande, la Zélande, le Tyrol. Il s’est fermement opposé à la papauté, notamment à Jean XXII. Il meurt en 1347.

Le 31 mars, le pape Jean XXII casse le couronnement de l’empereur Louis IV de Bavière et renouvelle son excommunication. Jean XXII est pape à Avignon.

Le 18 avril, Louis IV de Bavière tente de déposer le pape Jean XXII, il l’accuse d’hérésie et lèse-majesté.

Le 12 mai, Louis IV de Bavière nomme à Rome l’antipape Nicolas V contre le pape d’Avignon. L’antipape Nicolas V et est couronné à Saint-Pierre le 22 mai 1328.

Le 4 août, Louis IV de Bavière quitte Rome avec l’antipape Nicolas V devant les progrès des Guelfes. Louis de Bavière sort de Rome sous les huées et s’établit à Pise après avoir ravagé le duché de Spolète. 21

Robert d’Anjou occupe la ville quelques jours plus tard. 22

Dans cette affaire, Louis de Bavière s’est complètement discrédité, la chrétienté reste fidèle au pape Jean XXII.

Du Guesclin. Avignon. 84
Du Guesclin. Avignon. 84
Le Palais des papes. Photo : 2016.

Edouard III reconnaît Robert Ier Bruce, comme le roi d’Ecosse

Le 4 mai, le Parlement anglais ratifie le traité d’Édimbourg-Northampton. Édouard III d’Angleterre, reconnaît Robert Ier Bruce roi d’Écosse. L’Écosse redevient indépendante. 23

Robert Bruce est l’héritier d’une lignée issue du baronnage anglo-normand. Robert Bruce remporte une victoire décisive contre les Anglais le 24 juin 1314 lors de bataille de Bannockburn, près de Stirling. Entre janvier et mai 1317, Robert Bruce mène une campagne en Ulster afin d’appuyer son frère cadet Édouard Bruce, qui s’est fait reconnaître roi d’Irlande en 1315.

En août-septembre 1322, Édouard II d’Angleterre mène sans succès sa dernière campagne contre l’Écosse et Robert Ier répond en conduisant en octobre des raids de représailles dans le nord du Yorkshire.

Une trêve de 13 ans est finalement conclue le 30 mai 1323. En janvier 1324, la papauté reconnaît le titre royal à Robert Ier et ce dernier par le traité de Corbeil en 1326 renouvelle l’Alliance avec la France. 24

Édouard III d’Angleterre, pour répondre à un raid écossais contre Duhram, le 15 juin 1327, mène une expédition jusqu’à Allendale, le 31 juillet. En août, Édouard III se retire à York. Les Écossais envahissent alors de nouveau le Northumberland en août-septembre.

Le conflit avec l’Angleterre s’achève par des négociations en octobre-novembre 1327 qui débouchent par la signature du traité d’Édimbourg-Northampton en mars 1328. Il reconnaît l’indépendance de l’Écosse et le titre royal de Robert Bruce. 25

Le duc Jean III de Bretagne est à la bataille de Cassel

Le duc Jean III de Bretagne est l’allié fidèle des rois de France et combat aux côtés de Philippe VI de Valois avec « quinze bannières de Bretons » à la bataille de Cassel où il est blessé. Toutefois après la mort de son oncle et homonyme Jean de Bretagne, comte de Richmond,

Jean III prête serment de fidélité au roi Édouard III d’Angleterre entre les mains de l’archevêque de Cantorbéry le 8 mai 1334 et est mis en possession du fief de Richmond par Édouard III le 24 du même mois. 26

En Bretagne, le Porhoët est donné en apanage à la famille d’Alençon.

La part de Raoul III de Fougères qui constitue le « comté de Porhoët » passe comme la baronnie de Fougères à ses héritiers les Lusignan. L’ensemble des biens de cette famille est confisqué en 1309 par le roi de France Philippe IV le Bel mais il en laisse la jouissance à Yolande de Lusignan sœur du dernier vicomte jusqu’à sa mort en 1314, quand le Porhoët fût incorporé à la couronne. Il est donné en 1324 27 en apanage à la famille d’Alençon 28 et puis acquis en 1370 par Olivier V de Clisson.

Le mariage de sa fille Béatrix de Clisson avec Alain VIII de Rohan permet la réunification du Porhoët entre les mains de la famille de Rohan. 29

En 1268, Alençon est donnée en apanage à Pierre, fils de Louis IX  30 puis en 1293, 31 à Charles, comte de Valois, 32 frère de Philippe le Bel. Charles II d’Alençon est né en 1297, il meurt le 26 août 1346, tué à la bataille de Crécy. Le comté s’accroît des seigneuries de Moulins-la-Marche, Bonmoulin, Sainte-Scolasse-sur-Sarthe, Domfront, Argentan, Exmes.

Vers 1361, Pierre II, comte d’Alençon, fait entourer Essay d’épaisses murailles et de profonds fossés. Essay devient alors une « ville close ». 33

Du Guesclin. Essay. 61
Du Guesclin. Essay. 61
La chapelle des ducs d’Alençon aurait été construite en 1166. Photo : 11/09/2021.

Guillaume Ouvrouin est évêque de Rennes

L’influence de Guy IX de Laval à la cour du duc de Bretagne fait pourvoir Guillaume Ouvrouin de l’évêché de Rennes, le 18 mai 1328. 34

Jeanne de Belleville épouse Olivier IV de Clisson

Jeanne de Belleville, fille de Maurice IV de Montaigu, épouse en secondes noces Olivier IV de Clisson. De ce mariage nait le 23 avril 1336 Olivier V de Clisson, qui succède en 1380 à du Bertrand du Guesclin comme Connétable de France. 35

Du Guesclin. Clisson. 44
Du Guesclin. Clisson. 44
Le château. Photo : 19/02/2017.

Montaigu est à 15 kilomètres au sud de Clisson.

Du Guesclin. Montaigu. 85
Du Guesclin. Montaigu. 85
Le château. Photo : 14/01/2018.

Louis 1er de Bourbon est à Cassel

Louis 1er de Bourbon, partisan de l’exclusion des femmes du trône de France, se rallie au comte de Valois, bientôt roi sous le nom de Philippe VI. Le duc contribue à la victoire de Cassel contre les Flamands.

Il est envoyé à Londres pour fléchir le roi Édouard III d’Angleterre qui refuse à rendre hommage à Philippe VI pour le duché de Guyenne. Après la réussite de sa mission, il récupère le comté de Clermont. Il est récompensé de son soutien et fait Pair de France. 36

Les derniers Cathares

Quelques irréductibles subsistent malgré tout. Ils sont impitoyablement traqués. Jacques Fournier, évêque de Pamiers en Ariège, futur Benoît XII excelle dans cette tâche.

510 Cathares sont emmurés vivants dans la grotte de Lombrives par Jacques Fournier, inquisiteur. 37

La grotte de Lombrives se situe à la hauteur du village d’Ussat-les-Bains, à 20 kilomètres au sud de Foix, dans l’Aude.

La carte du royaume de France 38

Le royaume de France en 1330
Le royaume de France en 1330
Source : Wiki Commons. Cyberprout.

Sphères d’influence et principaux axes commerciaux au royaume de France en 1330.

  • Possessions de Jeanne de Navarre.
  • États pontificaux.
  • Territoires contrôlés par Édouard III.
  • Zone d’influence économique anglaise.
  • Zone d’influence culturelle française.