aller au contenu

Avant 1320. Le contexte historique

Préambule. Le contexte historique en Normandie, en France, en Angleterre, en Navarre, et en Bretagne.

Préambule

Le but de ce site est de partager les informations que je trouve avec celles et ceux que le sujet intéresse.

J’essaie de présenter le contexte historique qui accompagne la vie de Bertrand du Guesclin, les faits et personnes qui interfèrent dans ses actions, année après année, de 1320 à 1380, de sa naissance à sa mort.

Pour y parvenir les difficultés sont nombreuses.

Dans les familles, on donne le même prénom à l’aîné sur plusieurs générations et dans les diverses branches de la descendance, cela oblige à leur attribuer des numéros d’ordre, à indiquer leurs dates de naissance et/ou de mort, ou à mentionner leurs titres pour les différencier. Quelquefois, en se mariant, l’intéressé change de prénom et prend les titres de la famille dont il épouse une fille. De nombreux personnages se marient plusieurs fois, changent de titre, et ont des enfants de même prénom issus de ces mariages.

Les dates peuvent varier selon le calendrier julien ou le calendrier grégorien. Le calendrier grégorien est un calendrier solaire conçu à la fin du 16ème siècle pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien alors en usage. Adopté par le pape Grégoire XIII, d’où le qualificatif de grégorien, dans la bulle pontificale « Inter gravissimas » du 24 février 1582, il est mis en application dans les États catholiques le 15 octobre 1582, alors devenu lendemain du 4 octobre 1582. Au Moyen Âge, certains calendriers débutent l’année le 1er mars.

Chaque année se veut compréhensible sans recours aux années suivantes ou précédentes, donc certaines informations sont reprises dans plusieurs années.

Actuellement mes sources sont surtout extraites d’Internet, de Wikipédia, Info-Bretagne, Persée et de nombreux autres sites que je remercie. L’adresse du site de provenance est régulièrement indiqué en note. Ces sources sont nombreuses mais les auteurs ne citent pas toujours leurs propres sources, les faits et les dates sont quelquefois différents.

La prochaine étape est d’intégrer les informations provenant de livres. Pour cela, je dois les relire tous. Au final, je vais lire Cuvelier et Froissart. La quête ne finit jamais. La mise à jour est permanente.

Si vous avez des remarques ou des informations, contactez-moi. Je compte sur votre indulgence, je ne suis ni un historien, ni un universitaire, seulement un collecteur. Merci.

J’écris les articles et je les mets en ligne. Tranquillement, patience, je me donne de terminer en 2020, pour les 700 ans de la naissance de Bertrand du Guesclin !

Le contexte en Normandie, en France, en Angleterre, en Navarre, et en Bretagne

Pour comprendre le contexte du début du 14ème siècle, de la Guerre de Cent ans, 1337 à 1453, et de celle de Succession de Bretagne, 1341 à 1364, il faut remonter aux siècles et aux personnages précédents, en Normandie, en France, en Angleterre, en Navarre, et en Bretagne.

1066. Hastings. Des Bretons avec Guillaume le Conquérant, duc de Normandie

En 1066, Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, gagne la bataille d’Hastings et devient roi d’Angleterre. De nombreux seigneurs bretons l’accompagnent dans cette conquête et Guillaume leur donne des terres et des titres. Des Bretons, des Normands et des Anglais se marient ensemble.

Falaise. 14
Falaise. 14. Guillaume le Conquérant est né au château de Falaise en 1027 ou 1028. Photo : 10/10/2003.
Falaise. 14
Falaise. 14. Statue de Guillaume le Conquérant. Photo : 10/10/2003.

Certaines familles bretonnes ont déjà des propriétés et des titres en Angleterre avant que Guillaume le Conquérant en devienne le roi. Les Gaël-Montfort par exemple.

Montfort-sur-Meu. 35
Montfort-sur-Meu. 35. La tour de Montfort, sous bonne garde. Photo : 13/12/2015.

1086. Le duc de Bretagne, Alain IV de Bretagne épouse Constance de Normandie, la fille de Guillaume le Conquérant.

1152. Aliénor d’Aquitaine se marie le 25 juillet 1137 avec le futur roi de France, Louis VII. Elle ajoute ses terres au domaine royal français qui va presque tripler. À leur divorce, Aliénor d’Aquitaine retire sa dot, soit la Guyenne, la Gascogne, le Poitou, le Limousin, l’Angoumois, la Saintonge et le Périgord. Elle épouse en 1152 Henri Plantagenêt, futur Henri II, roi d’Angleterre. C’est l’origine de la Guerre de Cent ans.

1158. Les Plantagenêt en Bretagne

Henri II dit Plantagenêt, comte d’Anjou et du Maine, duc de Normandie à 17 ans, roi d’Angleterre en 1154, est le second époux d’Aliénor d’Aquitaine, duchesse d’Aquitaine, comtesse de Poitou.

Le Mans. 72
Le Mans. 72. Musée de Tessé. Plaque émaillée. Geoffroy V d’Anjou, père d’Henri II Plantagenêt. Photo : 18/10/2009.

1166. Henri II Plantagenêt met la main sur la Bretagne par les fiançailles de son fils Geoffroy Plantagenêt, avec Constance de Rennes (1161-1201). 1

Ploërmel. 56
Ploërmel. 56. Maison de Ducs. Photo : 05/12/2017.

1181. Geoffroy épouse Constance de Rennes, duchesse de Bretagne, comtesse de Richmond, fille du duc de Bretagne Conan IV, mort en 1186. Il devient Geoffroy II de Bretagne.

1189. Les Plantagenêt règnent sur la Bretagne et la Maison d’Anjou profite des conflits entre les comtes de Nantes et les ducs de Bretagne pour prendre la tête du duché en 1156. Entre 1189 et 1204, les Plantagenêt, Richard Ier, dit Cœur de Lion puis Jean, dit Sans Terre, s’opposent aux tentatives d’autonomie bretonne. La crise culmine avec l’assassinat d’Arthur de Bretagne. Le duché de Bretagne bascule dans le giron capétien lorsque Philippe Auguste parvient à placer Pierre Mauclerc à sa tête. 2

1196. La duchesse Constance fait reconnaître son fils Arthur, âgé de neuf ans, comme duc. En réaction, le roi d’Angleterre, Richard Cœur-de-Lion, la fait enlever par son second mari. Arthur, duc de Bretagne, comte d’Anjou et Maine, est mis sous la protection du roi de France Philippe II Auguste.

1199. Richard Cœur de Lion décède. Arthur prête serment d’allégeance au roi de France, Philippe II Auguste. Arthur est fiancé à Marie, fille de Philippe II Auguste.

Chalus. 87
Chalus. 87 . Richard Cœur de Lion est tué en 1199 lors du siège du château de Châlus-Chabrol. Photo : 14/06/2002.
Rouen. 76
Rouen. 76. Richard Cœur de Lion dans la cathédrale. Photo : 24/05/2014.

1199. Guy de Thouars épouse la duchesse Constance de Rennes en troisièmes noces. Il devient duc-baillistre du duché. Ils ont une fille Alix, duchesse de Bretagne.

Thouars. 79
Thouars. 79. Eglise Saint-Médard, chef-d’œuvre du roman. Photo : 15/08/2013.

1203. A la mort d’Arthur, assassiné sur ordre du roi d’Angleterre Jean-sans-Terre, le 1er avril, les Bretons se tournent vers Guy de Thouars et Philippe II Auguste. Le roi d’Angleterre saisit leurs terres en Angleterre.

1204. Le roi de France, Philippe II Auguste reprend la Normandie. Les Normands et les Bretons qui ont des terres en Angleterre doivent choisir leur roi. La décision n’est pas évidente, les pressions et les intérêts sont forts.

Les Andelys. 27
Les Andelys. 27. La prise de Château-Gaillard ouvre la route de Rouen. Photo : 07/12/2003.

1209. La lutte contre les Cathares.

La première « croisade » contre les albigeois a lieu de 1209 à 1218. L’assassinat de son légat décide le pape à mener la guerre contre les « hérétiques ». Le roi de France, Philippe Auguste, répond à l’appel et laisse ses plus puissants vassaux, le duc de Bourgogne, les comtes de Montfort et de Saint-Pol prendre la tête des troupes. Une paix définitive est signée à Lorris en 1243 entre le roi de France et le comte de Toulouse. C’est la fin de l’Occitanie indépendante et ... du catharisme. Le « dernier parfait », Guilhem Bélibaste, est emprisonné et jugé à Carcassonne, il est condamné au bûcher par l’inquisiteur Jean de Beaune. C’est à Villerouge-Termenès que le « dernier bon homme » meurt en 1322. 3
Lastours. 11
Lastours. 11. Le Château Cabaret capitule en 1229. Photo : 22/07/2004.

1212. Les Capétiens remplacent les Plantagenêts en Bretagne

Le roi de France Philippe II Auguste marie son cousin Pierre de Dreux, dit Mauclerc, à Alix de Thouars, âgée de 13 ans, et lui confie le gouvernement du duché. 4 Guy de Thouars rend hommage-lige à Philippe II Auguste le 27.01.1213. Un Capétien règne sur la Bretagne, c’est la fin de la maison d’Angleterre en Bretagne.

1214. Henri II d’Avaugour spolié par Pierre de Dreux

En 1214-1215, Pierre de Dreux, devenu baillistre 5 de Bretagne sous le nom de Pierre Ier de Bretagne, affirme son autorité en spoliant le jeune Henri II d’Avaugour, 10 ans, fils d’Alain Ier d’Avaugour, du comté de Penthièvre et de celui de Tréguier. Son domaine se réduit à la seigneurie de Goëlo, ce qui entraine un conflit avec le tuteur d’Henri, Conan Ier de Léon, qui perdure jusqu’en 1220.

1216. 2 juin. Louis VIII, futur roi de France, est à Londres

Louis VIII, époux de Blanche de Castille, petite-fille du roi Henri II d’Angleterre et d’Aliénor d’Aquitaine, arrive à Londres le 2 juin 1216 et s’y fait proclamer roi d’Angleterre. Le 11 septembre 1217, lors de la signature du traité de Lambeth, il renonce à ses prétentions et quitte le royaume d’Angleterre au profit de Henri III, alors mineur.

1217. Louis VIII s’empare d’une grande partie de l’Aquitaine

Les villes du Poitou, de la Saintonge, du Périgord, de l’Angoumois et d’une partie du Bordelais sont prises. En France, Henri III d’Angleterre ne possède plus que Bordeaux, la Gascogne et les îles Anglo-Normandes.

1225. 29 novembre. Concile de Bourges

Il y est déclaré que détruire l’hérésie est une nécessité et qu’une croisade contre les cathares est indispensable. Louis VIII est choisi pour diriger l’expédition.

1226. L’Anjou est définitivement rattaché au domaine royal capétien

1226. Louis IX, Saint Louis règne de 1226 à 1270. Après des décennies de lutte, les Plantagenêt doivent céder. Vers 1230, Louis IX, le roi de France décide de transformer Angers en place forte stratégique. Il finance la construction du château d’Angers et de l’enceinte de la ville, pendant que la cathédrale est achevée et que de nouveaux établissements monastiques structurent l’urbanisme.

Thouars.79
Thouars.79. Vitrail de l’église Saint-Médard. Photo : 15/08/2013.
Angers. 49
Angers. 49. Des murailles impressionnantes. Photo : 12/10/2006.

1229. Le duché d’Aquitaine prend le nom de duché de Guyenne au traité de Paris conclu le 12 avril 1229 entre Saint Louis et Raymond VII comte de Toulouse. Ce dernier cède une grande partie du Languedoc et met fin au conflit albigeois.

1234. Le 27 mai. Mariage du roi de France Louis IX avec Marguerite de Provence

1236. Mariage d’Éléonore de Provence avec le roi d’Angleterre, Henri III Plantagenêt

Éléonore de Provence est la sœur de Marguerite de Provence, filles de Raimond-Béranger IV, comte de Provence, et de Béatrice de Savoie.

La Provence est dans le collimateur de la France et de l’Angleterre.

1237. Jean 1er, dit le Roux, succède à son père, Pierre de Dreux, en 1237. Jean 1er épouse Blanche de Navarre en 1236. Il meurt en 1286.

1244. Louis IX 6 instaure la fin de la double propriété. France ou Angleterre, il faut choisir.

Au début du 14ème siècle, le duché de Bretagne est culturellement proche d’une partie des Îles britanniques et profite de l’influence économique de l’Angleterre, à laquelle il fournit du sel.

1259. Mariage de Jean de Bretagne et Béatrice d’Angleterre

Suite à l’accord franco-anglais de Paris du 28 mars 1259, le mariage du futur duc Jean II et de Béatrice d’Angleterre est célébré en 1260 à Saint-Denis, Seine-Saint-Denis. Béatrice d’Angleterre est la fille du roi d’Angleterre Henri III Plantagenêt et d’Éléonore de Provence et la sœur d’Édouard Ier d’Angleterre, de Marguerite d’Angleterre, et d’Edmond de Lancastre.

Saint-Denis. 93
Saint-Denis. 93. La cathédrale Saint Denis, nécropole des rois de France. Photo : 25/10/2016.

1271. Les terres des comtes de Toulouse sont rattachées au domaine royal.

1272. La fin des Croisades

La 9ème croisade, menée par le prince Édouard d’Angleterre, futur Édouard Ier, en 1271-1272, est considérée comme la dernière des croisades médiévales. Plusieurs projets ultérieurs avortent.

1284. La Champagne intègre le royaume de France par le mariage de Jeanne de Navarre avec le futur roi Philippe IV Le Bel. Troyes est la ville comtale de la Champagne.

1285. Philippe IV le Bel monte sur le trône de France pour 29 ans

1286. Jean II, duc de Bretagne

Jean II de Bretagne est né le 3 ou 4 janvier 1239, c’est le fils de Jean Ier le Roux, duc de Bretagne et de Blanche de Champagne-Navarre. Il est duc de Bretagne de 1286 à 1305, comte de Richmond de 1268 à 1305. Jean II, est fait pair de France par le roi de France, Philippe IV le Bel. Il meurt accidentellement le 18 novembre 1305 à Lyon, Rhône. 7

1293. Naissance de Philippe VI de Valois
C’est le fils de Charles de Valois et de Marguerite d’Anjou. Il est choisi par ses pairs comme roi de France, il règne de 1328 à 1350. Il est issu de la branche cadette de la maison capétienne, la maison de Valois. En juillet 1313, Philippe VI de Valois épouse en premières noces Jeanne de Bourgogne (vers 1293-1349), fille de Robert II (1248-1306), duc de Bourgogne de 1272 à 1306. Jeanne de Bourgogne décède le 12 décembre 1349. Philippe VI de Valois épouse en secondes noces à Brie-Comte-Robert, Seine-et-Marne, le 11 ou 29 janvier 1350 (selon les sources), Blanche de Navarre (vers 1333-1398), dite Blanche d’Évreux, fille de Philippe III (1301-1343), comte d’Évreux (1319-1343) et roi de Navarre à titre « consort », et de Jeanne II (1311-1349), reine de Navarre (1328-1349) et comtesse de Champagne. Il meurt le 22 août 1350.

1294. Naissance de Jean de Montfort, dit Jean de Bretagne

Né vers 1294 à Hennebont, Morbihan, c’est le fils d’Arthur II, duc de Bretagne, et de Yolande de Dreux, comtesse de Montfort-l’Amaury. Il est comte de Montfort-l’Amaury de 1330 à 1345, comte de Richmond de 1341 à 1342, et prétendant au duché de Bretagne. Il meurt le 26 septembre 1345 à Hennebont. 8

Montfort-l'Amaury. 78
Montfort-l’Amaury. 78. Sur un point haut, les ruines du château. Photo : 03/11/2015.

1305. Arthur II, duc de Bretagne

Fils de Jean II, Arthur II est né le 25 juillet 1262. En 1275, à Tours, il épouse Marie (1260-1290) vicomtesse de Limoges, fille et héritière de Guy VI, vicomte de Limoges, et de Marguerite de Bourgogne. Il devient vicomte de Limoges du « droit de son épouse ». Il est duc de Bretagne de 1305 à 1312. Il meurt en 1312. Ils ont deux enfants : Guy VII 9 de Limoges (1287–1331) comte de Penthièvre et vicomte de Limoges, et Pierre (1289–1312) seigneur d’Avesnes. Le frère cadet d’ Arthur II, Jean de Bretagne combat en Écosse pour le compte de son oncle Édouard Ier d’Angleterre.
En mai 1294, devenu veuf, Arthur II de Bretagne épouse la reine douairière d’Écosse Yolande de Dreux (1263–1330) comtesse de Montfort, fille de Robert IV, comte de Dreux et de Braine, et de Béatrice, comtesse de Montfort.
Ils ont six enfants :

  • Jean (1294–1345) comte de Montfort, le futur prétendant au titre de duc de Bretagne.
  • Béatrix (7 décembre 1295–9 décembre 1384) dame de Hédé, mariée en 1315 à Guy X de Laval († 1347).
  • Jeanne (1296–24 mai 1364) mariée en 1323 à Robert de Flandre († 1331), comte de Marle.
  • Alix (1297–1377) mariée à Bouchard VI, comte de Vendôme et de Castres († 1354).
  • Blanche, née le 18 juillet 1300, morte jeune.
  • Marie (1302–24 mai 1371), religieuse à Poissy.

1308. Isabelle de France épouse le roi d’Angleterre

Le 25 janvier 1308, à Boulogne-sur-Mer, Édouard II d’Angleterre épouse Isabelle, fille du roi de France Philippe IV le Bel et de la reine Jeanne 1ère de Navarre. Isabelle est sœur des trois princes qui vont devenir rois de France à la suite de leur père, Louis, Philippe et Charles. Isabelle de France est née vers 1295 à Paris. Elle meurt le 22 août 1358.

1309. Les papes s’installent en Avignon
Bertrand de Got est le premier des sept papes qui siègent en Avignon de 1309 à 1377. Il est né vers 1264 en Guyenne, près de Villandraut, Gironde. Il est élu pape en 1305, et meurt le 20 avril 1314. Clément V arrive à Avignon avec sa suite le 9 mars 1309 et s’installe d’abord dans le couvent des Dominicains hors les murs.

Uzeste. 33
Uzeste. 33. Le tombeau de Clément V. Phot : 01/06/2017.

Jacques Duèze, né en 1244 à Cahors, est issu d’une famille de la bourgeoisie aisée, et élu pape en 1316, sous le nom de Jean XXII. Âgé de 72 ans lors de son élection, il meurt à 90 ans, en 1334 à Avignon, après 18 ans d’exercice. 10

1312. La fin de l’Ordre du Temple et des Templiers
L’Ordre du Temple est dissout par le pape Clément V le 13 mars 1312 à la suite d’un procès en hérésie. En 1314, sur le parvis de Notre-Dame de Paris la sentence tombe, Jacques de Molay, maître de l’Ordre du Temple, est condamné à la prison à vie. Mais le roi de France, Philippe IV Le Bel l’envoie au bûcher.

Cressac-Saint-Genis. 16
Cressac-Saint-Genis. 16. Dans la chapelle templière. Bataille de la Boquée, en 1163. Fin 12ème. Photo : 22/06/2012.

1312. Naissance d’Édouard III d’Angleterre

C’est le fils d’Edouard II et d’Isabelle de France. Il naît le 13 novembre 1312 au château de Windsor, il est comte de Chester en 1312, comte de Ponthieu et de Montreuil le 2 septembre 1325, puis roi d’Angleterre et duc de Guyenne le 25 janvier 1327. Il règne pendant une période charnière, dans une Europe en crise économique et sociale qui bascule dans la guerre de Cent Ans et subit les ravages de la peste noire. Il meurt le 21 juin 1377 au Palais de Sheen, Surrey.

1312. Jean III le Bon, duc de Bretagne

C’est le fils d’Arthur II de Bretagne et de Marie de Limoges, vicomtesse de Limoges, sa première épouse. Jean III est né le 8 mars 1286 à Châteauceaux. 11 De sa mère Marie, il hérite de la vicomté de Limoges, qu’il gouverne de 1301 à 1314.

1313. Jean III entretient des relations conflictuelles avec la seconde épouse de son père Yolande de Dreux, et son demi-frère Jean de Montfort. Dès 1313, Jean III conteste auprès du Pape Clément V la légitimité du mariage de son père et de Yolande de Dreux. Il entame en 1317 un long procès jusqu’en 1328 contre les exécuteurs testamentaires d’Arthur II. La cause est confiée en 1319 par le pape Jean XXII à une commission apostolique conduite par Jean Milet, l’abbé de Saint-Florent de Saumur. A sa mort en 1324 d’autres commissionnaires dont l’évêque de Dol-de-Bretagne, Guillaume Meschin poursuivent les recherches. On ignore leurs conclusions mais une transaction amiable semble avoir résolu ce conflit.

1314. La Vicomté de Limoges

Isabelle de Castille épouse à Burgos en secondes noces Jean, fils d’Arthur II, duc de Bretagne. En 1312, à la mort de son père, Jean devient duc de Bretagne sous le nom de Jean III. Isabelle devient ainsi duchesse consort de Bretagne. En épousant Isabelle, Jean III, lui avait donné « à cause de noces » la Vicomté de Limoges. Son frère Guy, refuse de ratifier la donation et après plusieurs années de mariage Isabelle étant sans enfant le duc Jean III investit finalement son frère en mars 1314 de la vicomté litigieuse. Isabelle proteste de son bon droit auprès du Pape qui par une bulle du 1er septembre 1314 invite le duc à restituer à la duchesse le domaine dont elle avait été dépouillée. Elle récupère la vicomté et Guy reçoit en compensation le comté de Penthièvre qui réuni aux domaines de son épouse Jeanne d’Avaugour en Goëlo constitue une importante puissance politique dans le nord de la Bretagne. En 1328, la duchesse Isabelle meurt sans descendance. 12

1314. Jean III, duc de Bretagne, envoie en Flandre un contingent de Bretons commandé par le sire d’Avaugour et Rolland de Dinan.

1314. La mort du roi de France, Philippe IV le Bel, les rois maudits, la fin des Capétiens, le début des Valois

Philippe le Bel naît à Fontainebleau en 1268, son unique épouse est Jeanne, reine de Navarre, il meurt en 1314. Il est fils de Philippe III le Hardi et de sa première épouse Isabelle d’Aragon. Il est roi de France de 1285 à 1314. Il obtient, pour son grand-père Louis IX, 13 la canonisation en 1297. C’est le onzième roi de la dynastie des Capétiens directs. Son fils, Louis X, dit le Hutin, lui succède.

Jeanne 1ère de Navarre est née le 14 janvier 1273 à Bar-sur-Seine, Champagne. Elle est princesse de la maison de Champagne, reine de Navarre de 1274 à 1305, et reine de France de 1285 à 1305. Elle meurt le 2 avril 1305 à Vincennes.

Raoul d’Harcourt, chanoine de Paris en 1305, conseiller de Philippe IV le Bel, aumônier de Charles de Valois, est le fondateur du collège d’Harcourt. 14 Il meurt en 1307.

1314. Louis X, dit le Hutin, « l’entêté », roi de France. Il naît le 4 octobre 1289 à Paris. Louis X est roi de Navarre de 1305 à 1316, sous le nom de Louis Ier, et roi de France de 1314 à 1316 . En 1305, il épouse en premières noces Marguerite de Bourgogne, de cette union est née en 1311 la future Jeanne II, reine de Navarre de 1328 à 1349. Charles de Valois, frère cadet de Philippe IV le Bel exerce le pouvoir sous le règne de son neveu Louis le Hutin qui meurt le 5 juin 1316 à Vincennes.

Vincennes. 94
Vincennes. 94. Le donjon du Château. Photo : 26/10/2016.

1315. Le duc Jean III participe à la campagne du roi de France Louis X le Hutin contre la Flandre. En récompense il reçoit la châtellenie de Saint-James-de-Beuvron à la frontière entre la Bretagne et la Normandie.

Le Parlement Général tenu à Rennes en avril 1315 en présence des neuf évêques et des chapitres de Bretagne enregistre les décisions qui mettent fin aux conflits liés aux régales. 15 C’est à cette occasion que pour la première fois en Bretagne le « Tiers-Etat » aurait pris sa place dans les « Trois Estatz presens ».

1316. Jean III modifie ses armoiries au profit d’un écu d’hermine plain. 16

1316. Philippe V de France, dit « Philippe le Long », roi de France. Il est né en 1293. Il succède à son frère Louis X, dit le Hutin. Il est roi de France de 1316 à 1322. Il est aussi roi de Navarre sous le nom de Philippe II de Navarre. Il meurt en 1322. Sa fille Jeanne de France (1308-1347), devient comtesse de Bourgogne. Jeanne, comtesse de Bourgogne (Jeanne III) et comtesse d’Artois (Jeanne II), se marie en 1318 avec Eudes IV (vers 1295-1349), duc de Bourgogne.

1318. Guy VII de Limoges-Penthièvre épouse en premières noces Jeanne d’Avaugour (1300-1327), dame de Goello, fille d’Henri IV, seigneur d’Avaugour . Ils auront une seule fille : Jeanne (1319-1384), comtesse de Penthièvre, puis duchesse de Bretagne, mariée en 1337 à Charles de Blois-Châtillon (1319-1364), neveu du roi de France et prétendant au titre de duc de Bretagne du fait de son épouse. Guy VII est vicomte de Limoges de 1314 à 1317 et comte de Penthièvre de 1317 à 1331.

Henri IV d’Avaugour est le fils d’Henri III d’Avaugour et de Marie de Brienne. Il est seigneur d’Avaugour en Goëllo. Il épouse en 1305 Jeanne d’Harcourt. Elle meurt en 1346.

L’union de Jeanne d’Avaugour avec Guy VII de Limoges-Penthièvre, le frère du duc Jean III de Bretagne, permet la reconstitution de l’apanage de Penthièvre. 17

Lamballe. 22
Lamballe. 22. Collégiale Notre-Dame proche des restes du château. Lamballe est la capitale du comté de Penthièvre. Photo : 21/05/2017.

1319. Naissance de Charles de Blois, aussi appelé Blois ou bienheureux Charles de Blois. Sa mère est Marguerite de Valois, sœur de Philippe VI de Valois, le roi de France. Il devient comte baillistre de Penthièvre et duc baillistre de Bretagne. Il meurt à la bataille d’Auray, Morbihan, en 1364.

1319. Naissance de Jean II, dit Jean le Bon

Il est né le 26 avril 1319 au château du Gué de Maulny du Mans, Sarthe. C’est le fils du roi Philippe VI et de son épouse Jeanne de Bourgogne. Il est roi de France de 1350 à 1364, c’est le second souverain issu de la maison capétienne de Valois. Sa première épouse Bonne de Luxembourg meurt le 3 ou le 11 septembre 1349 à l’abbaye de Maubuisson, Val d’Oise. Il meurt à Londres le 8 avril 1364.

1322. Charles IV, dit le Bel, roi de France. Il est né en 1294. Il succède à son frère Philippe V de France. Il est roi de France de 1322 à 1328 et également roi Charles Ier de Navarre de 1322 à 1328. Après sa mort sans descendance mâle, la couronne française passe à ses cousins, les Valois, tandis que la couronne navarraise passe à sa nièce Jeanne.

1328. Philippe VI de Valois, roi de France jusqu’en 1350. Il a 33 ans, il est choisi et élu par les Pairs de France. C’est la fin des Capétiens directs et le 1er roi de la branche cadette des Valois. Philippe VI est surnommé « Philippe le Fortuné » par ses sujets, et « le Roi Trouvé » par les Flamands.

1328. Le duc Jean III de Bretagne est l’allié fidèle des rois de France et combat aux côtés du roi de France Philippe VI de Valois avec « quinze bannières de Bretons » à la bataille de Cassel, Nord, en 1328, où il est blessé.

1334. Jean III prête serment de fidélité au roi Édouard III d’Angleterre. Après la mort de son oncle et homonyme Jean de Bretagne, comte de Richmond, Jean III prête serment de fidélité au roi Édouard III d’Angleterre entre les mains de l’archevêque de Cantorbéry le 8 mai 1334. Il est mis en possession du fief de Richmond par Édouard III le 24 mai.

Jean III cède vicomté de Limoges à son frère cadet Guy VII de Penthièvre, après en avoir doté temporairement sa seconde épouse, Isabelle de Castille. Il récupère la vicomté à la mort de Guy et la conserve de 1317 à 1331.

1341. Jean III meurt le 30 avril à Caen, Calvados. Son refus d’organiser sa succession et sa mort sans descendance provoquent la guerre de Succession de Bretagne.

Caen. 14
Caen. 14. Le château de Caen. Photo : 22/10/2016.
Ploërmel. 56
Ploërmel. 56. Tombeau de Jean II et Jean III. Photo : 30/09/2017.

Son règne de près de trente ans est pour le duché de Bretagne une période de paix et de prospérité. 18

Les Normands doivent choisir leur camp

Le transport de fret se fait essentiellement par voie maritime ou fluviale. La Champagne et la Bourgogne alimentent Paris via la Seine et ses affluents et sont donc pro-françaises.

Montereau-Fault-Yonne. 77
Montereau-Fault-Yonne. 77. L’Yonne se jette dans la Seine. La collégiale Notre-Dame-et-Saint-Loup. Photo dans la brume : 27/10/2016.

La Normandie est partagée car elle est le point d’union entre Paris et la Manche qui est une importante zone d’échanges.

Comme c’est le cas pour de nombreux seigneurs normands, les possessions des Harcourt en Angleterre et en France les mettent dans une position difficile pendant les conflits entre Capétiens et Plantagenêts. Dans ce contexte, la famille d’Harcourt joue son propre jeu : se rendre indépendante à la fois des rois de France et des rois d’Angleterre. Après la conquête de la Normandie par Philippe-Auguste en 1204, les Harcourt sont à la tête de mouvements normands dirigés contre le roi de France. 19
Harcourt. 27
Harcourt. 27. Le château d’Harcourt. Photo : 25/09/2004.

Les Bretons sont partagés entre la France et l’Angleterre

Un jeu de menaces, confiscations, restitutions, échanges, retournements d’alliances, chantages, mariages, se met en place des deux côtés de la Manche pour s’attirer les seigneurs.

Des seigneurs bretons ont des terres en Normandie, en France et/ou en Angleterre, notamment les ducs et duchesses de Bretagne, les familles d’Avaugour, Mayenne, Dreux, Thouars, Dol, Combourg, Craon, Clisson, Ancenis, Aubigné, Coëtmen, Dinan, Fougères, Léon, Gaël-Montfort, Porhoët, Rohan, Tinténiac, Tournemine, Vitré...

Lors de la Guerre de Succession de Bretagne et de la Guerre de 100 Ans, les Bretons rejoignent à la fois la France et l’Angleterre, et souvent alternativement la France ou l’Angleterre. Le but est de préserver leur indépendance et leur économie, une politique d’équilibriste difficile à gérer.

L’histoire médiévale bretonne est marquée par les conflits de succession dans la noblesse bretonne, si importants qu’ils ont nécessité l’intervention des autorités princières. En s’inspirant des méthodes de Geoffroy Plantagenêt, duc de Bretagne de la fin du 12ème siècle et surtout de celles de Philippe Auguste, roi de France, qui obtient dès 1205 le ralliement de la noblesse bretonne contre des avantages lors de certaines successions, les nouveaux ducs de Bretagne de la branche capétienne de Dreux profitent des conflits entre héritiers pour s’imposer et renforcer leur autorité. Pierre Ier (1214-1237) profite des décès de Geoffoy de Penthièvre et de Juhel de Mayenne afin de contrôler le nord de son duché. Son fils, Jean Ier (1237-1286), intervient si bien dans les conflits entre les héritiers des riches fiefs de Porhoët, de Pontchâteau et de Dinan, qu’il devint le maître incontesté du duché. Son fils, Jean II n’avait plus qu’à administrer le duché en réglant les quelques conflits de succession qui se présentaient à lui. Le désastre de la bataille de Courtrai en 1302 et le rôle ambigu des grands feudataires du royaume (dont le duc de Bretagne) lors des guerres de Flandres amenèrent les rois de France à intervenir dans le duché. Profitant de la mort en 1308 de Guy de Lusignan, Philippe le Bel s’empara de ses terres, dont les deux fiefs les plus importants de Bretagne, Fougères et le Porhoët. Philippe V n’autorisa pas le duc Jean III à annexer à son Domaine la terre de Châteaugiron aux dépens des héritiers de ce fief. Grâce à ses relations familiales avec les rois Charles IV et surtout Philippe VI de Valois, ce duc obtint tout de même le droit de régler lui-même les successions nobiliaires de son duché, mais en respectant les intérêts des héritiers, surtout lorsqu’ils détenaient, comme les Léon ou les Avaugour, d’importants fiefs dans le royaume de France. 20

Le Penthièvre et Jeanne de Penthièvre, dite la Boiteuse

Saint-Brieuc et Lamballe, sa capitale, sont les villes principales du Penthièvre. Ses limites sont le Bas-Gouët et l’Arguenon. Sa frontière sud est le Haut-Lié jusqu’à La Chèze incluse, où il touche au Porhoët dans le diocèse de Saint-Malo et au Rohan dans le Vannetais. Les très puissants comtes de Penthièvre, cadets des ducs de Bretagne, possèdent en sus du Penthièvre proprement dit les seigneuries du Goëlo et de Guingamp, résidence du comte et nécropole familiale, si bien qu’à la fin du Moyen Âge, la quasi-principauté s’étend sur la plus grande part de ce qui constitue aujourd’hui les Côtes-d’Armor. 21

La fille et l’héritière du dernier comte de Guingamp, Havoise, épousa, dans la seconde moitié du XIème siècle, Etienne, fils cadet d’Eudon, le premier des Penthièvre. Etienne, après la mort de Geoffroi, son frère aîné, tué à Dol, en 1093, devint le chef de la maison de Penthièvre, à laquelle se trouva ainsi réuni le comté de Guingamp. L’histoire de Guingamp se rattache désormais, par les liens les plus étroits, à l’histoire du Penthièvre. C’est à notre Etienne que se rapportent les plus anciennes monnaies fabriquées à Guingamp. L’atelier monétaire établi dans notre ville fonctionna, avec beaucoup d’activité et pour ainsi dire sans interruption, depuis la fin du XIème siècle jusqu’à la première moitié du XIVème. Les monnaies d’Etienne et de ses successeurs, les comtes de Penthièvre, pendant un siècle, portent, au droit, t Stephan Com. — croix pattée cantonnée d’une étoile au 1er et 2ème ; au revers, t Guingamp, avec profil droit, que les numismatistes indiquent sous le nom de tête guingampaise. Etienne mourut en 1138, et fut enterré dans la cathédrale de Saint-Brieuc, où dormait déjà son père Eudon, le premier des Penthièvre. A la mort de Yoland, le comté revint à la maison de Bretagne. Arthur, fils de Jean II, porta le titre de comte de Guingamp. Enfin, Jean III donna à Guy de Bretagne, son frère, le comté de Penthièvre, en échange de la vicomté de Limoges. Le duc Jean se réserva, avec Jugon, un grand nombre de droits sur les terres qu’il abandonnait à son frère, entre autres, la garde des églises et la juridiction du comté de Guingamp. L’apanage de Guy était évalué à huit mille livres de rentes . Cet échange fut confirmé par lettres de Philippe-le-Bel, roi de France, données à Paris, au mois d’avril 1317. Ces lettres ont été publiées par Bertrand d’Argentré et Dom Morice. Guy de Penthièvre épousa Jeanne d’Avaugour, fille et héritière de Henri IV d’Avaugour ; ainsi, le nom d’Avaugour vint se confondre une seconde fois avec celui de Penthièvre. Leur fille unique, Jeanne-la-Boiteuse, fut mariée, en 1337, à Charles de Blois (Sigismond Ropartz). 22

La fin de la féodalité, l’arrivée de la bourgeoisie

La féodalité est un système politique, ayant notamment existé en Europe entre le Xe siècle et le XIIe siècle, dans lequel l’autorité centrale s’associe avec les seigneurs locaux et ceux-ci avec leur population, selon un système complet d’obligations et de services. La féodalité peut être conçue comme un système politique caractérisé par de forts liens de dépendance d’homme à homme, avec une forte hiérarchisation d’instances autonomes, l’autorité centrale, le pouvoir souverain, la puissance publique étant partagés dans les faits avec des principautés ou des seigneuries, et un important morcellement du droit de propriété s’appuyant sur la détention de fiefs.

Ce sont les Capétiens qui, en s’appuyant sur le système féodal pour augmenter constamment leur domaine personnel, lui portent le coup fatal en France. Le roi s’impose en jouant au maximum de sa suzeraineté et en exploitant les permanentes dissensions de ses vassaux. Ainsi, dans le courant du XIIe siècle, se met en place la monarchie féodale qui use des obligations vassaliques pour forcer à l’obéissance les grands seigneurs territoriaux.

À la fin du XIIIe siècle, la féodalité est déjà pratiquement vidée de tout son contenu. Elle évolue vers le régime seigneurial, ensemble de charges et de redevances héritées du passé qui pèsent sur la paysannerie.

À partir de la fin du XIIIe siècle, l’équilibre entre les trois ordres se rompt. Le développement des villes a nécessité la création d’un État centralisé rendant justice, unifiant la monnaie et devant protéger le pays contre les attaques éventuelles de royaumes capables de lever des armées importantes. Une telle structure doit être financée et l’État a d’autant plus besoin de ressources financières que le système féodal se maintient par la redistribution de richesses vers ses vassaux. Le grand patriciat commerçant possède des ressources financières très abondantes qu’il prête aux princes et aux ecclésiastiques : il devient un acteur incontournable. Philippe le Bel instaure des états généraux où la noblesse, le clergé et les villes sont représentés. Pour obtenir le rôle politique que leur importance croissante dans la société devrait leur donner, de nombreux bourgeois tentent d’être anoblis. Ceux qui, comme Étienne Marcel, n’appartiennent pas au cercle très restreint du pouvoir sous Jean le Bon et dont la promotion sociale est bloquée deviennent les plus fervents promoteurs d’une réforme politique qui doit aboutir au contrôle de la monarchie par les États.

La noblesse doit compenser la diminution de ses revenus fonciers et la guerre est un excellent moyen pour y parvenir, par les rançons perçues après capture d’un adversaire, le pillage et l’augmentation des impôts justifiée par la guerre. Le roi Philippe VI a besoin de renflouer les caisses de l’État et une guerre permettrait de lever des impôts exceptionnels.

Ainsi, les marchands flamands, en voulant échapper à la pression fiscale française, se révoltent de manière récurrente contre le roi de France ; d’où les batailles successives de Courtrai en 1302 (où la chevalerie française est balayée et où les bourgeois flamands montrent que les villes peuvent battre militairement l’ost royal), de Mons-en-Pévèle en 1304 et de Cassel en 1328 (où Philippe VI mate les rebelles flamands). Les Flamands apportent leur soutien au roi d’Angleterre, déclarant même en 1340 qu’Édouard III est le légitime roi de France. Les deux États ont donc intérêt à augmenter leurs possessions territoriales pour accroître leurs rentrées fiscales et renflouer leurs finances. Dès lors, les intrigues des deux rois pour faire passer la Guyenne, la Bretagne et la Flandre sous leur influence conduisent rapidement à une guerre entre les deux États qui durera 116 ans. Bien évidemment les conséquences de cette guerre interminable furent lourdes pour le commerce, d’autant qu’elles avaient entraîné une augmentation de la pression fiscale. 23

1320. Naissance de Bertrand du Guesclin
C’est dans ce contexte compliqué de « guerre familiale » entre les rois Valois de France et Plantagenêt d’Angleterre, les ducs de Penthièvre valoisiens et les Montfort capétiens, que Bertrand du Guesclin naît à Broons, Côtes d’Armor, entre 1314 et 1320. La plupart des historiens retient 1320.


↑ 3 • En 1119, le pape Calixte II réunit un concile à Toulouse. Celui-ci dénonce notamment les déviants qui condamnent les sacrements du Baptême, de l’Eucharistie, du Mariage et le Sacerdoce et enjoint au comte de Toulouse de sévir contre eux. Ce canon est repris en 1139 par le deuxième concile du Latran.
En 1163, le concile de Tours.
Enfin, en 1167, le concile de Saint-Félix de Lauragais.
Au début du XIIIe siècle, le roi d’Aragon Pierre II et son beau-frère, le comte de Toulouse, soutiennent la cause des cathares tandis que les rois chrétiens de Navarre épousent à chaque génération l’une des filles des émirs qui règnent sur la moitié sud de l’Espagne.
Le pape Innocent III lance en 1208 contre les « albigeois », ou cathares, la première croisade qui se déroulera sur le territoire de la chrétienté occidentale. La lutte armée se poursuivit dans le Midi tout au long du XIIIe siècle. Elle est relayée sur un plan spirituel par l’institution de l’Inquisition, créée en 1231.
le 22 juillet 1209. Ce jour-là, la croisade des albigeois contre les cathares se traduisit par le sac et l’incendie de Béziers, et par le massacre d’une partie de sa population (vingt mille hommes auraient été alors passés au fil de l’épée).
Les travaux inquisitoriaux de l’évêque de Pamiers, Jacques Fournier (futur pape Benoît XII), auront bientôt eu raison du « dernier parfait », Guilhem Bélibaste. Ce dernier, après avoir commis un meurtre (1305), fut contraint à l’exil, puis, après une pénible initiation, fut ordonné parfait. Pour fuir l’Inquisition qui se faisait de plus en plus présente, il alla se réfugier en Catalogne, puis à Morella, en haut pays valencien (1309), d’où il allait régulièrement prêcher et visiter la « diaspora » des hérétiques en exil installés dans toute cette région. En 1321, Arnaut Sicre le convainc de l’accompagner chez sa tante, dans le comté pyrénéen du Pallars, à la lisière du comté de Foix. Cela s’avéra être un piège imaginé par Fournier, dont Sicre exécuta la manœuvre par cupidité et pour venger la mort de sa mère, victime elle-même du bûcher. Emprisonné et jugé à Carcassonne, il fut condamné au bûcher par l’inquisiteur Jean de Beaune. C’est à Villerouge-Termenès que le « dernier bon homme » acheva son ultime voyage par le feu (1322). Les derniers hérétiques, alors peu nombreux, furent emprisonnés, jusqu’à ce que, à partir de 1329, on n’entendît plus parler de « bons hommes » ni de « bonnes femmes » en pays occitan.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catharisme

↑ 4 • Il en est le duc-baillistre.

↑ 5 • Baillistre est synonyme de régent.

↑ 6 • Saint-Louis.

↑ 9 • Guy, ou Guido.

↑ 11 • Actuel Champtoceaux, Maine-et-Loire.

↑ 13 • Saint-Louis.

↑ 14 • Paris, actuel Lycée Saint-Louis.

↑ 15 • La Régale ou droit de régale est l’ensemble des droits que le roi de France a sur les diocèses catholiques qui temporairement n’ont pas d’évêque titulaire.

↑ 16 • Il représente encore la Bretagne.

↑ 20 • Frédéric Morvan. http://abpo.revues.org/162