aller au contenu

De Neuvéglise à Fournels

11 mai 2016

Neuvéglise (15), départ 9 h.

Un peu humide ce matin
Un peu humide ce matin.

Le coupable est revenu sur le lieu du forfait. L’an dernier, j’avais quitté l’hôtel tôt le matin et sans payer. Bien évidemment, ensuite j’ai envoyé un chèque. Je tenais à pouvoir revenir. Catherine part en voiture pour Lançon-Provence. Moi, je pars à pied. Je rejoins le centre de Neuvéglise et prends la direction de la station d’assainissement, en phyto-épuration. Le ciel est gris. Quelques gouttes, pas grand chose. J’arrive à la ferme de la Bergne, un jeune homme m’indique le chemin, à gauche, à droite, puis vous bifurquez ensuite à la maison blanche. Ok, ok, et je me perds. Finalement, je reviens vers l’est, vers la départementale qui est à environ 1 kilomètre avant le Pont de Lanau.

Un peu avant le Pont de Lanau
Un peu avant le Pont de Lanau.

Belles vues sur la Truyère. Petite pause au Bar des Pêcheurs. Il est 11 heures. Le propriétaire aime la nature, des photos magnifiques, des bouquets de fleurs des champs. Il me donne la recette de conservation des fleurs sauvages, un peu d’eau de javel, du sel, changer l’eau tous les 2 jours, couper les queues de 1 à 2 cm tous les 2 jours, ainsi elles se conservent en fleurs au moins 8 jours. Direction Chaudes-Aigues sous le soleil. Quelques escargots type Bourgogne m’escortent. D’abord la rivière à droite, le moulin Filhon, ensuite à gauche. La roche ressemble à du micaschiste, ou à du grès schisteux ?

Ça c'est vraiment trop chaud pour moi
Ça c’est vraiment trop chaud pour moi.

J’arrive à Chaudes-Aigues par la Fontaine de la Condamine, son eau est ferrugineuse et soigne les anémiques. Ce n’est pas mon cas, je passe. En entrant dans le bourg, des écoliers sortent de l’école. Un gamin intrigué me demande « Vous êtes perdu, monsieur ? ». Je prends la rue Saint-Joseph, la rue principale qui mène au Casino. Au 15, la façade de l’immeuble est envahie de bibelots divers et variés. Original. L’eau des thermes peut atteindre 82. Ce n’est pas le cas dans les fontaines publiques où elle est froide. Pause au bar le Remontalou, nom de la rivière qui traverse la ville. Un croque-madame, salade, eau, café. Le village est un peu tristounet, le ciel, les murs, une variation de gris.

Jolie la sortie de la ville
Jolie la sortie de la ville.

La prochaine étape est prévue à Fournels, à 14 kilomètres. Je passe devant le château de Couffour, installé sur un éperon. Je pense à Jean de Berry et Bertrand me rejoint au galop. Salut Bertrand, ça fait déjà 1 an qu’on s’est quitté. Mais j’ai fait des recherches entre temps, j’ai lu de nouveaux ouvrages qui sont parus. Tu as une cote terrible ! Est-ce que tu as cassé de l’anglais pendant mon absence ? J’arrive sur le plateau d’où je vois encore les neiges des monts près du Plomb du Cantal. Une petite pause-chaussettes près de la stèle dédiée aux maquisards de la Barre de Fer morts dans le combat du 20 juin 1944. 100 maquisards sont morts ce jour là. Un cycliste me rejoint, il est parti de Manosque vers Brest, et maintenant il retourne à Manosque. Il en est à 1760 kilomètres. Bonne route.

Saint-Juéry. Un très beau village
Saint-Juéry. Un très beau village.

J’arrive à Saint-Juéry. Fin du Cantal, début de la Lozère, région Languedoc-Roussillon. Le charmant village et l’église sont longés par la rivière le Bés. L’altitude est de 921 mètres. Un camping-car freine, s’arrête à mon niveau et la passagère me jette un « bueno camino ». Je lui demande « Do you speak english ? », « Non, on est vendéen, on parle français ». Ah, ah, elle est bien bonne. Du granit clair, de l’arène granitique. Ma balade Bretagne-Provence est une coupe dans la géologie. Un fossé empli d’eau où se pavanent des centaines de têtards. J’arrive à Fournels. Un hôtel pour groupes de touristes en autocar. Il peut accueillir 2 cars. Etonnant pour un si petit village. La propriétaire, très sympa, m’explique l’origine de cette affaire. Un monsieur aisé quitte Paris pour créer cet établissement, il est originaire de la région. Sa femme a une agence de voyage à Paris et elle envoie des visiteurs vers la Lozère riche en sites naturels et historiques. Il est 17h30, la journée fut belle pour le routier, pas trop de chaleur, pas de pluie. Catherine m’appelle vers 19h30, elle est bien arrivée à Lançon-Provence. Je dîne dans une salle immense, un peu salle des fêtes. Nous sommes une dizaine. Mes voisins, un couple, m’invitent à me joindre à eux, j’accepte. Le mari a fait un AVC il y a plusieurs années, il est encore très handicapé. Sa femme m’explique qu’avec de la volonté, on peut récupérer. Elle y croit, bravo. Bon rétablissement, merci. Un peu de pommade sur les pieds, aucune ampoule en vue. Parfait. Il pleut toute la nuit.


Voir et savoir

  • Neuvéglise,15 : Voie romaine de Rochegonde. Pont dit gallo-romain. Eglise, vitraux de Decorchemont.
  • Chaudes-Aigues,15 : Aqua : eau. Amauri de Sévérac, maréchal de France de Charles VII. Château de Montvallat, possédé par le chevalier Guillaume de Montvallat en 1364.
  • Le Château de Couffour,15 : Le premier bâtiment est du 14ème, flanqué sur sa façade de sept tours coiffées de toitures coniques. En 1406, Antoine de Rochedragon, seigneur de Yolet, achète Couffour à Jean Besse. Chatard de Rochedragon est nommé gouverneur de Carlat par le duc Jean Ier de Berry, devenu vicomte de Carlat. Restaurant Serge Vieira, 2 étoiles.

Ma collection de tampons

  • Le Relais De La Poste : Hôtel. Cordesse. 15260 Neuvéglise.
  • Au rendez-vous des pêcheurs : Pont de Lanau. 15110 Chaudes-Aigues.
  • Le Remontalou : Brasserie, bar. 23, Place du Gravier. 15110 Chaudes-Aigues.
  • Les Hameaux de Lozère : Hôtel. 48310 Fournels. Soirée-étape.