aller au contenu

1362. Bertrand du Guesclin a 42 ans

Les « Tard-Venus » gagnent la bataille de Brignais. Pontificat d’Urbain V. Gaston Phébus gagne la bataille de Launac. Bertrand du Guesclin reçoit La Roche-Tesson.

Jean 1er le Meingre à Cahors

1362. 8 janvier. Jean 1er le Meingre, dit Boucicaut, maréchal de France, assiste, impuissant, à la reddition de la ville de Cahors 1 au lieutenant du roi d’Angleterre, John Chandos.

Cahors. 46
Cahors. 46. Le pont Valentré. Photo : 05/01/2018.

15-16 janvier. Une violente tempête en mer du Nord

Elle cause au moins 25 000 morts.

La seconde inondation de la Saint Marcel, aussi appelée Grote Mandrenke, - la grande noyade - en Allemagne et au Danemark, frappe les régions sud de la mer du Nord. 2

25 mars. Henri de Trastamare prend Saugues

À la tête de troupes espagnoles et castillanes, Henri de Trastamare reprend, le 25 mars, Saugues aux Tard-Venus de Perin Boias puis le 3 juin 1362, taille en pièces, 1 200 hommes, commandés par le Bour de Breteuil à Montpensier. 3

Saugues. 43
Saugues. 43. Photo : 29/07/2010.

Les troupes françaises du maréchal Arnoul d’Audeneham - ou, Ernoul d’Audrehem - font le siège du château de Saugues, en Gévaudan. 4

6 avril. Brignais. Les « Tard-Venus » écrasent l’ost royal

La lutte contre les Compagnies est l’un des enjeux majeurs du retour de Jean le Bon. Ce dernier tente d’utiliser les unes contre les autres.

A la bataille de Brignais près de Lyon, les Grandes compagnies mercenaires battent l’armée royale commandée par Jacques de Bourbon et Jean II de Melun, comte de Tancarville. 5

Brignais. 69
Brignais. 69. Photo : 10/11/2017.

Plusieurs barons y trouvent la mort, parmi lesquels Jacques 1er de Bourbon, comte de La Marche, connétable de France, son fils aîné Pierre, et Louis d’Albon, comte de Forez. En outre, beaucoup de seigneurs sont capturés. 6

Pierre de Bourbon, né en 1342, mort peu après le 6 avril, fut comte de La Marche durant quelques jours en avril 1362. Pierre ne survécut que quelques jours à son père. 7

Son frère, Jean 1er de Bourbon-La Marche lui succède. Il est né en 1344. En 1356, il combat à la bataille de Nouaillé où il est fait prisonnier. Libéré, il a eu pour lieutenants Bertrand du Guesclin et le maréchal Arnoul d’Audrehem quand il a commandé les troupes françaises qui ont combattu en Castille, entre 1366 et 1369. 8

Philippe de Bourgogne, fils de Jean II le Bon, prend à son service Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre, dont il est parrain du premier fils.

Cette stratégie se révèle désastreuse et se termine par la défaite de Brignais ou les troupes levées par le roi sont mises en déroute par les Compagnies en partie du fait de la trahison de l’Archiprêtre. 9

La défaite provoque une nouvelle panique dans le royaume.

2 avril. Jean de Vienne, est fait chevalier. Il est né vers 1341 à Roulans. Il est signalé à la bataille de Brignais. 10

Sa carrière militaire débute alors qu’il n’a que dix-sept ans. Il est signalé aux alentours d’Avallon en 1358 sous le commandement de son parent Jacques de Vienne, seigneur de Longwy, capitaine général du comté de Bourgogne. De 1358 à 1364, il participe à la lutte contre les Grandes Compagnies.

Bientôt, sur les champs de bataille, sa bannière rouge à l’aigle d’or sera présente à coté de celle de Bertrand du Guesclin. 11

Le Comtat paye 6 000 florins pour acheter le départ d’autres routiers.

26 mai. Décès de Louis de Tarente

Jeanne de Naples, résolue à régner par elle-même, cache sa mort pendant plusieurs jours.

3 juin. Montpensier, Henri de Trastamare bat le Bour de Breteuil

Après la bataille de Brignais, 1 200 Tard-Venus, sous les ordres de le Bour de Breteuil ravagent l’Auvergne. Le 3 juin 1362, à Montpensier, il est taillé en pièces par 400 Espagnols et Castillans sous les ordres d’Henri de Trastamare. 12

Juin. Jean II le Bon paie la rançon d’Arnaud de Cervole

Arnaud de Cervole 13 est fait prisonnier par un de ses compatriotes périgourdins, le Bour de Monsac ou le Bâtard de Monsac.

Le roi Jean paie une grande partie, sinon la totalité, de sa rançon de cet habile spéculateur en aventures guerrières. Par acte daté de juin 1362 à Royallieu près de Compiègne ; le roi Jean se reconnait redevable de 35 000 florins envers l’avide partisan qui en réclamait 100 000 et lui donna en gage son château de Cuisery. 14

19 juillet. Le roi d’Angleterre Édouard III érige la Guyenne en principauté d’Aquitaine

Il nomme à sa tête le prince de Galles, son fils Édouard, « le Prince Noir ».

28 septembre. Début du pontificat d’Urbain V, jusqu’en 1370

Guillaume Grimoard est né en 1310 à Grizac, Lozère, Cévennes. Il devient le sixième pape à Avignon et le 200ème pape de l’Église catholique sous le nom d’Urbain V de 1362 à sa mort en 1370 à Avignon.

Mende. 48
Mende. 48. Urbain V. Photo : 16/10/2007.

1352. 13 février. Demeuré moine noir mais rattaché à Cluny, il fut nommé prieur au diocèse d’Auxerre le 13 février 1352, le pape Clément VI le plaçant à la tête de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre.

1361. 2 février. Le pape Innocent VI, qui lui avait souvent confié des missions de légat, le nomma abbé de Saint-Victor, la prestigieuse abbaye marseillaise, le 2 février 1361.

1362. 10 juin. Il reçut le mandat du pape pour de se rendre de toute urgence à Naples. En effet le prince Louis de Tarente, second époux de la reine Jeanne, comtesse de Provence, venait de mourir. Le pape lui demanda de se rendre auprès d’elle pour porter à la jeune veuve de trente-six ans ses instructions.

1362. 27 juin. Il prit le chemin de l’Italie. 15

13 septembre. Innocent VI décède.

Le choix d’un prélat étranger au Sacré Collège s’imposa, et le 28 septembre Guillaume de Grimoard fut élu. Il est couronné pape le 6 novembre, dans la chapelle du Palais Vieux, par Étienne-Audouin Aubert, cardinal d’Ostie et neveu du pontife défunt. 16

16 novembre. Jean II le Bon arrive à Villeneuve-lès-Avignon

Il est à la tête d’un fort détachement armé sous le commandement du maréchal Jean 1er le Meingre dit Boucicaut. Quatre jours plus tard, le roi passe le pont Saint-Bénézet pour entrer dans Avignon. Tous les cardinaux sont là pour l’escorter jusqu’au palais des papes. Le Dauphin Charles est présent.

Avignon. 84
Avignon. 84. Le pont Bénezet. Photo : 2016. info credit C. Fontaine.

Le roi Jean est venu d’abord solliciter le souverain Pontife pour l’aider à payer sa rançon et ensuite l’entretenir de son désir d’unir son fils Philippe le Hardi à la reine Jeanne. Le roi de France décide alors de séjourner jusqu’au printemps sur les bords du Rhône. Il passe son temps entre Villeneuve-lès-Avignon, où il fait commencer la construction du fort Saint-André, son château de Roquemaure et la cité des papes. 17

Urbain V, à le voir aussi désœuvré, lui propose de prendre le commandement d’une croisade.

4 décembre. Face à l’urgence des affaires de Castille, Urbain V envoie en légation Guillaume d’Aigrefeuille, le cardinal de Saragosse, auprès de Pierre Ier de Castille, dit Pierre le Cruel.

Ce dernier venait de tuer son épouse, la sœur de la Dauphine. La Cour de France, outrée par ce meurtre, décide de soutenir Henri de Transtamare, son demi-frère, comme prétendant au trône de Castille. La venue en Haute Provence de Trastamare n’inspire aucune confiance. 18

23 novembre. Nicolas Oresme devient maître en théologie

C’est un proche du Dauphin Charles. Il est nommé chanoine de la cathédrale de Rouen. Au moment de sa nomination à ce poste, il enseigne toujours régulièrement à l’Université de Paris.

14 décembre. Jeanne de Naples épouse Jacques IV de Majorque

La reine Jeanne, veuve de Louis de Tarente, épouse Jacques le 26 septembre au Castel Nuovo. Jacques est le fils unique de Jacques III de Majorque et de Constance d’Aragon. Jacques, auquel Jeanne a accordé le titre de duc de Calabre (et non de roi), part pour l’Espagne afin de reconquérir son royaume mais il est défait et fuit vers Bordeaux.

Jeanne Ière de Naples
Jeanne Ière de Naples . Dite la Reine Jeanne, comtesse de Provence. 1326-1382. Miniature de Robinet Testard tirée d’un manuscrit du De mulieribus claris de Boccace, vers 1488-1496, BNF, Fr.599.

Là, il fait alliance avec le Prince noir pour restaurer Pierre le Cruel sur le trône de Castille et lui-même sur le trône de Majorque. Lors de la campagne de Castille, il tombe malade à Valladolid. Incapable de chevaucher, il y est capturé par Henri de Trastamare qui le libère moyennant une rançon payée par Jeanne.

Il revient à Naples pour repartir : Henri de Trastamare est en guerre contre Pierre IV d’Aragon et Jacques veut en profiter pour reconquérir le Roussillon et la Cerdagne, les principaux fiefs de son royaume majorquin. Hélas pour lui, Jean de Gand a facilité une trêve entre la Castille et l’Aragon et les forces de Pierre IV écrasent celles de Jacques. Il s’enfuit en Castille et il meurt à Soria en 1375. 19

17 décembre. Le Dauphin Charles nommé lieutenant général

Le Dauphin Charles est nommé par son père, Jean II le Bon, « lieutenant général en toutes les parties de la langue d’oyl ». Le dauphin quitte le Palais de la Cité pour s’installer à l’hôtel Saint-Pol sur la rive droite.

La langue anglaise devient langue des tribunaux en Angleterre à la demande de la commune de Londres. 20

Charles II de Navarre s’allie à Pierre 1er de Castille

Une fois la paix revenue en France, Charles II retourne en Navarre fin 1361.

Le 22 mai 1362, il signa avec le roi de Castille Pierre le Cruel le traité d’Estella, premier traité d’une longue série qui allait entraîner la Navarre dans les conflits ibériques. Ce traité d’aide réciproque, par lequel Charles II cherchait un allié puissant dans la péninsule, s’avéra être un mauvais calcul pour le roi de Navarre.

Pierre le Cruel obligea Charles II de Navarre à respecter les termes du traité d’Estella et à entrer en juillet 1362 en guerre contre l’Aragon, pourtant son allié fidèle, ce qu’il fit de mauvaise grâce et sans entrain.

Dès lors Charles II négocia en sous-main avec le roi d’Aragon. Pendant que l’Aragon et la Castille guerroyaient puis faisaient la paix à Murviedro (juillet 1363), Aragon et Navarre négociaient de leur côté une alliance contre le roi de Castille, qui se concrétisa à Uncastillo (août 1363).

Pour sauver la face vis-à-vis des Castillans, Charles II dut envoyer son frère Louis de Navarre mener un simulacre de guerre en Aragon où, pour la façade, il fut fait prisonnier.

Ces guerres allaient conduire au renforcement d’Henri de Trastamare, demi-frère et ennemi de Pierre le Cruel, ainsi qu’à l’intervention de la France en 1365, qui enverrait Bertrand du Guesclin et les Grandes Compagnies soutenir Henri II de Trastamare. 21

Charles II de Navarre évincé de la succession de Bourgogne

Le conflit avec la France fut ravivé par l’affaire de la succession de Bourgogne. En effet, en 1361, après la mort du duc Philippe Ier de Bourgogne, Philippe de Rouvres, le duché de Bourgogne aurait normalement dû échoir, suivant les lois de la primogéniture, à son second cousin, qui n’est autre que Charles II de Navarre.

Ce dernier était en effet le petit-fils de Marguerite de Bourgogne (1290-1315), fille aînée du duc Robert II. Le duché de Bourgogne fut alors repris par le roi Jean II le Bon (1319-1364), roi de France (1350-1364), prétendant à l’héritage comme étant le parent le plus proche du jeune duc en nombre de degrés civils (en tant que fils de Jeanne de Bourgogne (v. 1293-1348), deuxième fille de Robert II (1248-1306), duc de Bourgogne (1272-1306).

Son éviction de la succession de Bourgogne au profit de Philippe le Hardi, fils de Jean II le Bon, en septembre 1363 est, pour Charles de Navarre, inacceptable. 22

5 décembre. La bataille de Launac

Le pape, Urbain V, eut à régler un conflit entre Gaston Fébus, comte de Foix, et Jean Ier, comte d’Armagnac, qui se disputent la suprématie féodale dans le sud de la France. Gaston Fébus a 32 ans.

Dès le 3 décembre 1362, il écrivit aux deux comtes pour leur demander d’accepter la médiation de son légat Pierre de Clermont, l’évêque de Cambrai, qu’il leur envoyait. Ce fut lettre morte, puisque le 5 décembre, en milieu d’après-midi, leurs troupes s’affrontèrent à Launac, au nord-ouest de Toulouse, aux limites des comtés de Fezensaguet et de L’Isle Jourdain, loin des domaines respectifs des deux comtes. Ce fut Gaston de Foix qui remporta la victoire et fit prisonnier son rival. 23

Jean Ier d’Armagnac capturé par Gaston Fébus

Jean Ier d’Armagnac, né peu avant le 6 mai 1306, comte d’Armagnac, de Fezensac et de Rodez de 1319 à 1373, est fils de Bernard VI, comte d’Armagnac et de Fézensac et de Cécile, héritière du comté de Rodez. La ville principale et capitale historique de l’Armagnac est Eauze. Jean Ier (1319-1373) et ses successeurs joignent à l’Armagnac le comté de Rodez et le comté de Carlat, les vicomtés de Lomagne et d’Auvillar, le Comminges, le Charolais, qu’aliène Jean III en 1390. 24

Rodez. 12
Rodez. 12. Cathédrale Notre-Dame de Rodez, 13, 16ème siècles. Photo : 02/01/2018.

1340. 28 juillet. Saint-Omer. Jean Ier d’Armagnac assure la destruction de l’armée anglo-flamande, que commande Robert III d’Artois.

1355. Lors de la chevauchée d’Edouard de Woodstock, il commande de la ville de Toulouse et n’ose pas affronter les troupes anglaises.

1360. Jean de Berry , fils de Jean II le Bon, épouse Jeanne d’Armagnac, fille du comte d’Armagnac Jean Ier et de la comtesse de Charolais Béatrice de Clermont, petite-fille de Robert de Clermont. 25

Il est capturé par Gaston Fébus le 5 décembre 1362 à la bataille de Launac. Il est mort à Beaumont-de-Lomagne le 16 mai 1373. 26

Arnaud-Amanieu d’Albret capturé par Gaston Fébus

Arnaud-Amanieu d’Albret est l’époux de Marguerite de Bourbon (1344-1416), fille de Pierre Ier de Bourbon et d’Isabelle de Valois. Marguerite de Bourbon est la sœur de Jeanne de Bourbon, épouse du Dauphin Charles depuis le 8 avril 1350, et de Blanche de Bourbon (1339-1361), mariée depuis 1352 à Pierre Ier le Cruel (1334-1369), roi de Castille et de León.

Le 5 décembre 1362, lors de la bataille de Launac, Arnaud-Amanieu d’Albret, est capturé, en même temps que le Seigneur d’Armagnac et de nombreux chevaliers, par Gaston Fébus, le célèbre comte de Foix.

Jean Ier d’Armagnac et Arnaud-Amanieu d’Albret sont tous les deux très proches de la famille royale.

La baronnie de Launac fut créée en 1200 par les Comtes de l’Isle à l’emplacement d’un ancien domaine romain. En 1297, Izarn Jourdain de l’Isle organisa la vie du village en lui octroyant une charte de coutumes qui comprenait l’ensemble des droits et devoirs du seigneur et des habitants.

Le village, construit contre le château, était entouré de fossés. Il comportait cinq rues parallèles et une rue perpendiculaire, la rue du puits. Un pont-levis permettait d’accéder au château.

En 1286, l’union du comté de Foix et de Béarn rassembla un vaste territoire et marqua le début de la rivalité avec le comté d’Armagnac. Gaston III de Foix dit Phébus, (1331-1391), comte de Foix-Béarn, fut l’un des seigneurs les plus puissants de son temps.

Fin lettré, il entretint à Orthez une cour fastueuse. La bataille de Launac, le 5 décembre 1362, marqua le sommet de ce conflit. Gaston Phébus fut victorieux du comte d’Armagnac. Il captura la majorité de ses adversaires et leur extorqua une énorme rançon qui en fit un des seigneurs les plus riches de son temps. Le baron de Launac, allié des Armagnac, fut fait prisonnier. 27

Orthez. 64
Orthez. 64. Gaston Fébus a résidé au château de Moncade. Tour Moncade. Photo : 24/08/2010.

Arnaud-Amanieu d’Albret est libéré peu après, le roi de Navarre, Charles II de Navarre (appelé plus tard Charles le Mauvais) se portant garant de sa rançon. 28

19 décembre. Averti de cette bataille et de son issue, Urbain V leur demanda de négocier. Le lendemain, le pape chargea Pierre de Clermont de demander à Gaston Fébus de ne pas abuser de sa victoire. Et le 29 décembre, il envoya un bref à Béatrix, comtesse d’Armagnac, pour l’engager à prendre patience. Elle ne pouvait rien faire d’autre.

Le traité de paix entre Gaston Fébus et Jean Ier, ne fut signé, en l’église Saint-Volusien de Foix, que le 14 avril 1363. Le comte de Foix, avec les rançons obtenues, devint dès lors le feudataire le plus riche du midi de la France et allait pouvoir continuer à tenir la balance égale entre les rois d’Angleterre et de France pour sa vicomté de Béarn. 29

Even Begaignon évêque de Tréguier de 1362 à 1371

Even (Yves) Begaignon est né à Plestin-les-Grèves de Jean Bégaignon, seigneur du Rumen en Plestin et de Catherine Autret de Ploujean.

Tréguier. 22
Tréguier. 22. Cathédrale Saint-Tugdual. Photo : 28/01/2017.

Bénédictin, théologien, il est nommé évêque de Tréguier en 1362 jusqu’en 1371. Il est mort à Rome en 1378. 30

Bertrand du Guesclin reçoit La Roche-Tesson

La paroisse de La Colombe 31 est donnée par le duc Richard III à l’abbaye du Mont-Saint-Michel vers 1022-1026, les moines la cédant en fief à Néel II, vicomte du Cotentin.

Par l’union de Jourdain Tesson et Léticie Néel en 1145, la famille Tesson hérite de la place fortifiée de la Roche, qui devient le siège de la baronnie de la Roche-Tesson.

La baronnie est confisquée en 1344 par Philippe VI de Valois, suite à la forfaiture de Guillaume Tesson. Elle est donné à Philippe, duc d’Orléans, qui la donne vers 1362 à Bertrand du Guesclin. Son frère, Olivier du Guesclin la reçoit du roi Charles V en octobre 1375. Le château de la Roche-Tesson dont les ruines sont situées sur une hauteur, est au bord de la Sienne. 32

Bertrand du Guesclin prend Essay

Pierre de la Corneille est capitaine d’Essay 33 en 1361, lorsque les Anglais s’emparent de l’abbaye de Saint-Martin de Sées, d’où ils furent chassés, l’année suivante par Bertrand du Guesclin. II avait été précédé, dans le commandement de cette place, par Jean de Rochefort. 34

Bouchard VIII de l’Île-Bouchard part en pèlerinage en Terre sainte

Bouchard VIII de l’Île-Bouchard perd le château de Gencay après la défaite de Nouillé en 1356. Edouard de Woodstock donne Gençay au gallois Gregory Sais, dénommé Adam Chel, sieur d’Agorisses.

Gencay. 86
Gencay. 86. Ancien et moderne ! Photo : 06/10/2013.

Bouchard VIII, dépossédé de tous ses biens, partit en pèlerinage en Terre sainte en 1362 et ne revint jamais.

Adam Chel occupera Gençay durant dix neuf ans. Ennemi du roi de France, Adam Chel se chargea de fortifier les lieux. Durant cette période trouble marquée par les affrontements entre les royaumes de France et d’Angleterre, Adam Chel et Radegonde de Morthemer rançonnaient et pillaient les terres poitevines et angevines du roi de France. 35