aller au contenu

1361. Bertrand du Guesclin a 41 ans

John Chandos connétable d’Aquitaine. Blanche de Bourbon assassinée. Jehan Froissart au service de Philippa de Hainaut. Bertrand du Guesclin prisonnier. L’anglais, langue officielle.

Louis Ier, duc d’Anjou et du Maine, otage

Louis Ier, fils de Jean II le Bon, duc d’Anjou et du Maine, se rend en Angleterre comme otage, pour honorer le Traité de Brétigny. Il s’en évade trois ans plus tard, lève une armée dans ses territoires et part en Guyenne combattre les Anglais. 1

Louis est envoyé à Londres avec son jeune frère Jean de Berry, son oncle Philippe d’Orléans, le sire Bonabes IV de Rougé et de Derval et son cousin Louis de Bourbon comme otage. Louis, juste marié, et son jeune frère Jean, n’ont évidemment aucune envie d’aller en Angleterre. 2

La Peste revient

Réapparition de la Peste à Paris, à Avignon et à Londres au début de l’année. Les troupes de mercenaires apportent avec elles la peste en Lombardie (1362) et en Aragon (peste des enfants).

L’Anglais Robert Knolles s’empare de Ménétréol-sous-Sancerre mais échoue devant Sancerre. 3

Il retourne en Bretagne et assiste à nouveau Jean de Montfort dans sa lutte pour la possession du duché.

22 juillet. Naissance de Charles III de Navarre à Mantes

Charles II de Navarre réside de nombreuses fois au château de Mantes jusqu’en 1361. Charles III est roi de Navarre de 1387 à sa mort en 1425. 4

L’Anglais John Chandos prend Fontenay

Dans les premiers jours d’août 1361, John Chandos, commandant l’armée anglaise, vint investir Fontenay 5 en qui était la clef du Bas-Poitou. Un de Chabot y commandait. Les réponses qu’il fit aux sommations de John Chandos apprirent à ce vaillant capitaine qu’il assiégerait en vain une place où l’honneur veillait, et dont les remparts solidement restaurés étaient inabordables. Fontenay fut bloqué.

Fontenay-le-Comte. 85
Fontenay-le-Comte. 85. Vestiges des remparts. Photo : 19/02/2017.

Les assiégés luttèrent longtemps contre les horreurs d’un siège, et malgré la famine qui les décimait, ne se rendirent que le 30 septembre, alors qu’ils en avaient reçu l’ordre formel du roi Jean, depuis le 12 août.

Le 1er octobre, John Chandos fit son entrée dans la ville, qui dès lors appartint aux Anglais. Pendant que Chandos assiégeait Fontenay, une compagnie de soldats anglais aux ordres de Louis de Granval incendiait, le 20 août, le château de l’Hermenault, qui eut le même sort en 1412, lors de la guerre des Armagnacs et des Bourguignons en Bas-Poitou.

Jeanne de Clisson, née à Montaigu, sœur du fameux Olivier V de Clisson, gouvernait Fontenay pour le compte du Prince Noir, aux lieu et place de son mari, Jean de Harpedanne, retenu souvent dans son gouvernement de Saintonges, et rien ne faisait prévoir une reprise des hostilités, lorsqu’une, étincelle ralluma la guerre. 6

Montaigu. 85
Montaigu. 85. Photo : 14/01/2018.

Jean 1er Harpedanne a 31 ans

Il est né vers 1330. Il est seigneur de Raine dans le Devonshire, seigneur de Fontenay-le-Comte (1361), seigneur de Montendre, vicomte d’Aunay. 7

Jean Chandos connétable d’Aquitaine et lieutenant-général

En 1361, Jean Chandos est fait connétable d’Aquitaine et lieutenant-général de tous les territoires français passés entre les mains de l’Angleterre. Édouard III lui fait également don de la forteresse de Saint-Sauveur-le-Vicomte en Normandie.

Le 29 juillet 1361, missionné par le roi Edouard III d’Angleterre il part de Saint-Sauveur-le-Vicomte, se rend à Paris où il essaie vainement de rencontrer Jean II. Puis, de septembre 1361 à mars 1362, il parcourt tous les territoires cédés à l’Angleterre par le Traité de Brétigny (Poitou, Basse Saintonge, Angoumois, Limousin, Périgord, Caorsin etc).

Il prend possession des villes et châteaux, reçoit les serments d’allégeance des seigneurs et des autorités locales au roi d’Angleterre, et met en place une nouvelle administration. 8

Jean Chandos à Poitiers

En 1360, à la suite du traité de Brétigny, la ville, comme tout le Poitou, passe aux mains des Anglais. Du 22 au 25 septembre 1361, Jean Chandos, lieutenant du roi Édouard III d’Angleterre et connétable d’Aquitaine, chargé d’appliquer le traité dans les provinces cédées à l’Angleterre, prend possession de la ville et de son château.

Le maire Jehan Barré lui en remet les clefs. Jean Chandos les lui rend, puis il reçoit les serments de fidélité au roi d’Angleterre des principales personnalités de la ville. Il met en place une nouvelle administration de la province, sous l’autorité de Guillaume de Felynton, 9 chevalier anglais, comme sénéchal du Poitou.

Poitiers. 86
Poitiers. 86. Vue de la Vienne. Photo : 20/09/2018.

Jean Chandos à Saint-Jean-d’Angély

Du 8 au 11 octobre 1361, Jean Chandos, lieutenant du roi Édouard III d’Angleterre et connétable d’Aquitaine, chargé d’appliquer le traité de Brétigny en particulier en Basse Saintonge, prend possession de la ville et de son château.

Le maire Jehan de Marteaux lui remet les clefs. Jean Chandos les lui rend au nom du roi d’Angleterre. Il fait de même avec Tassart de la Venue, châtelain du château.

Puis Jean Chandos reçoit les serments de fidélité au roi d’Angleterre des principales personnalités de la ville. Il nomme Jeffren Michel prévôt de la ville. 10

10 octobre. Edouard de Woodstock épouse Jeanne de Kent

Edouard de Woodstock a 31 ans. Jeanne Plantagenêt, dite la jolie fille du Kent, est née le 29 septembre 1328. Elle a 32 ans.

Jeanne de Kent
Jeanne de Kent. Source : Wikimédia Commons.

Jeanne grandit à la Cour où elle se lie d’amitié avec ses petits-cousins les princes royaux, dont l’héritier de la couronne, Édouard de Woodstock.

La preuve de l’affection d’Édouard de Woodstock pour sa cousine Jeanne peut être vue dans le présent qu’il lui fait au retour d’une de ses premières campagnes militaires, une coupe d’argent provenant de son propre trésor de guerre.

Le roi et la reine ne voient pas d’un œil favorable un mariage entre l’héritier du trône et leur ancienne pupille. La reine a certes fait de Jeanne une de ses favorites à une époque, mais le roi et son épouse semblent désormais assez préoccupés par la réputation de leur cousine.

La loi anglaise est telle que l’ex-époux de Jeanne, le comte de Salisbury, pourrait revendiquer la paternité de tout enfant des unions postérieures de Jeanne.

De plus, Édouard et Jeanne se trouvent placés sous la prohibition du degré de consanguinité.

À la demande du roi, le pape accorde une dispense leur permettant d’être légalement mariés. La cérémonie officielle, célébrée par l’archevêque de Cantorbéry, se déroule le 10 octobre 1361 au château de Windsor, en présence du roi et de la reine. 11

Dijon, mort de Philippe de Rouvres, duc de Bourgogne, il a 15 ans

21 novembre. Philippe de Rouvres, duc de Bourgogne, comte de Bourgogne, d’Artois, de Boulogne et d’Auvergne est fils de Philippe de Bourgogne et de Jeanne de Boulogne, meurt de la peste. 12

Le 9 février 1350, Jeanne de Boulogne se remarie avec Jean, duc de Normandie. A la mort du roi Philippe VI de Valois, son mari devient roi de France, le 22 août 1350, sous le nom de Jean II le Bon. 13

Le duché est récupéré par Jean II le Bon au profit de son fils Philippe le Hardi, en septembre 1363.

Les Tard-Venus ravagent la Champagne et la Bourgogne

La paix qui s’installe ne fait pas les affaires des gens qui vivent grâce à la guerre.

Le roi d’Angleterre fait évacuer les forteresses occupées en France par des hommes d’armes à sa solde. Parmi les capitaines de garnisons, quelques chevaliers et écuyers anglais, obéissent aux ordres du roi, mais d’autres résistent prétextant guerroyer pour le roi de Navarre.

Toutefois les mercenaires allemands, brabançons, gascons, flamands, hainuyers, bretons... et des français aventuriers ou ruinés par les guerres ne se dispersent pas et continuent leur vie de pillage. Congédiés, ils se forment en nouvelles bandes prenant comme capitaine les pires d’entre eux. Ils prennent le nom de Tard-Venus, car, pense-t-on, ils sont venus après les autres à la curée de France.

En Champagne, ils s’emparent du château de Joinville où ils font un butin considérable et consentent à le rendre moyennant une rançon. Ils parcourent et pillent la Champagne et dévastent les évêchés de Langres, Toul et Verdun puis pénètrent en Bourgogne soutenus par certains chevaliers et écuyers bourguignons.

Après s’être installés aux alentours de Besançon, de Dijon et de Beaune, ils prennent et pillent Vergy, Gevrey-en-Beaunois et ravagent la région. Ils tentent de surprendre Chalon à la fin de 1361 et en janvier et février de 1362.

La réunion de l’ensemble des bandes s’élève à 15 000 combattants vers le Carême de 1362. 14

Mort d’Henry de Grosmont duc de Lancastre

Henry de Grosmont est duc de Lancastre, le seul duc de l’époque en Angleterre avec le duc de Cornouailles, le Prince Noir, pour avoir secouru le Prince Noir au large de la Gascogne. Il meurt de la peste noire en 1361.

Jean de Gand duc de Lancastre

Il est né le 6 mars 1340, à Gand, alors en Flandre, c’est le troisième fils du roi Édouard III et de la reine Philippa de Hainaut. Il est créé comte de Richmond en septembre 1342. Il rend le titre en 1372.

Marié à Blanche de Lancastre le 19 mai 1359, héritière du palatinat du Lancashire, il hérite à la mort de son beau-père, Henry de Grosmont, des titres de ce dernier : comte de Lancastre, Derby, Lincoln et Leicester.

Jean de Gand reçoit le titre de duc de Lancastre de son père le 13 novembre 1362. 15

Blanche de Bourbon assassinée, elle a 22 ans

Blanche de Bourbon meurt en 1361, assassinée sur l’ordre de son mari, Pierre II de Castille, le Cruel. Blanche de Bourbon (1339-1361) est la deuxième fille du duc Pierre Ier de Bourbon et d’Isabelle de Valois, donc une nièce du roi de France. 16

Charles II de Navarre, le Mauvais s’empare de Provins

Il l’abandonne par l’effet du traité de Brétigny. 17

Provins. 77
Provins. 77. La ville haute, la Tour César. Photo : 26/10/2016.

Jean Froissart au service de Philippa de Hainaut entre 1361 et 1369

Clerc cultivé, le jeune homme préfère la vie et les plaisirs. Aussi, vers l’âge de 24 ans, (né en 1337 ? ) il devient poète et ses activités le désignent comme historien officiel à la cour de Philippa de Hainaut, l’épouse d’Édouard III d’Angleterre. Les mémoires de son temps au service de Philippa, entre 1361 et 1369, seront regroupées avec les récits d’autres événements dont il avait été témoin, dans le premier livre de ses Chroniques.

Valenciennes. 59
Valenciennes. 59. Froissart. Photo : 06/04/2018.

Il voyage autour de l’Angleterre, de l’Écosse, du Pays de Galles, de la France, de la Flandre et de l’Espagne, recueillant la matière première de sa chronique. Il assiste également à Milan au mariage de Lionel d’Anvers, le fils de Philippa, avec la fille de Galéas Visconti. À ce mariage étaient aussi présents deux autres auteurs qui marquèrent cette époque, Chaucer et Pétrarque. 18

Bertrand du Guesclin à Saint-Brice et Sablé

Le château de Saint-Brice, est situé en Mayenne. Ses vestiges sont visibles à 200 mètres du bourg de Saint-Brice, sur le bord de la Taude, au point de rencontre de ce cours d’eau avec le chemin conduisant à Saint-Loup. Il s’agissait d’une construction militaire élevée sur l’emplacement du donjon détruit en 1173 par Maurice II de Craon, qui soutenait contre les seigneurs d’Anjou et du Maine du parti français la cause de son suzerain Henri II d’Angleterre.

Saint-Brice. 53
Saint-Brice. 53. Vestiges du château. Photo : 09/11/2017.

Le château de Sablé, à la prise duquel les moines de l’Abbaye de Bellebranche perdirent les effets précieux et les approvisionnements qu’ils y avaient déposés, et le château de Saint-Brice dont le voisinage les rendait continuellement victimes des déprédations de la garnison, sont tombés au pouvoir des anglais, le premier à une date inconnue, le second, en 1358.

Solesmes. 72
Solesmes. 72. Près de Sablé-sur-Sarthe. Photo : 15/05/2014.

Bertrand du Guesclin les avait reconquis lui-même vers la fin de 1361. 19

Bertrand du Guesclin au château de la Balluère

Bertrand du Guesclin tint garnison au château de la Balluère en 1361, défendant ce lieu avec acharnement contre Jean de Montfort. 20

On dit également que s’en revenant de la bataille de Pontvallain et se trouvant à passer à proximité, il y fut reçu en 1370, par Jean du Fou, seigneur de Pirmil et exécuteur testamentaire d’Anne de Bretagne.

Le château de la Balluère est bâti sur un coteau dominant la route de Noyen-sur-Sarthe à Pirmil. Il se compose de deux bâtiments placés en équerre et d’époques différentes : l’un au XIVe siècle, l’autre, flanqué d’une tour-donjon abritant un escalier en pierre, datant du XVIe siècle. 21

Pirmil. 72
Pirmil. 72. La Balluère. Photo : 09/11/2017.

Bertrand du Guesclin à Juigné-sur-Sarthe

Guillaume Ier de Craon, dit le Grand, fut vicomte de Châteaudun, seigneur de Craon, seigneur de La Ferté-Bernard, Grand-Pressigny. Né vers 1318, il a environ 43 ans. 22

Craon. 53
Craon. 53. Château du 18ème siècle. Photo : 15/05/2014.

Début 1361, Bertrand du Guesclin et Guillaume Ier de Craon se rendent à Juigné-sur-Sarthe 23 pour y combattre Hugues de Calverley. En plein milieu du combat, Guillaume et 80 de ses hommes d’armes perdent pied et s’enfuient, laissant du Guesclin se faire prendre avec ses hommes. Combien de temps est-il prisonnier ?

Juigné-sur-Sarthe. 72
Juigné-sur-Sarthe. 72. Église Saint-Martin, des 12, 13, 15 et 19ème siècles. Photo : 15/05/2014.

Guillaume Ier de Craon fut le Chambellan des rois de France Philippe VI et Jean II le Bon, il était également très lié avec le duc Louis Ier d’Anjou. 24

Craon est une redoutable forteresse médiévale composée de 27 tours et de 1 600 mètres de murailles, servant à garder la frontière angevine face à la Bretagne. Craon qui fut le siège de la première baronnie d’Anjou était une force politique, judiciaire et religieuse importante, gérant une quarantaine de paroisses. 25

Bertrand du Guesclin capitaine de Pontorson

Le titre de capitaine de Pontorson 26 est attribué par les rois de France aux officiers de la Couronne.

  • Vers 1352- v.1355 : Arnoul d’Audrehem, maréchal de France et lieutenant du roi en Normandie. Il laisse la garde de la place-forte de Pontorson à ses lieutenants :
    1352 : Robert de Houdetot, grand-maitre des arbalétriers du roi et sénéchal d’Agenais.
    1354 : Jean de la Heuse, dit de Beaudran.
  • Vers 1356-1361 : Pierre de Villiers, capitaine de Pontorson et de Saint-James en 1357.
  • 1361-1380 : Bertrand du Guesclin, connétable de France, en 1370.
  • 1380-1407 : Olivier de Clisson, connétable de France. 27
Pontorson. 50
Pontorson. 50. Photo : 10/05/2010.

Pierre de la Corneille était capitaine d’Essay en 1361, lorsque les Anglais s’emparèrent de l’abbaye de Saint-Martin de Sées, d’où ils furent chassés, l’année suivante par du Guesclin. Vers 1361, Pierre II, comte d’Alençon, fait entourer la ville d’épaisses murailles et de profonds fossés. Essay devient alors une « ville close ». 28

Olivier V de Clisson se marie avec Catherine de Laval et de Châteaubriant

Après la réhabilitation posthume de son père en 1360, Olivier V de Clisson, comte de Porhoët, retrouve ses droits sur les riches seigneuries familiales en 1361. La même année, il se marie avec Catherine de Laval et de Châteaubriant, dame de Villemomble, riche héritière de la famille de Laval, et petite-fille du duc Arthur II de Bretagne. 29

Dès lors, il devient à la fois cousin germain de Jean de Montfort et de Jeanne de Penthièvre, la femme de Charles de Blois, ce qui fait d’Olivier V de Clisson un parent du roi de France.

Cette alliance lui ouvre des perspectives politiques nouvelles, d’autant qu’Olivier de Clisson est devenu en quelques années un féodal disposant de vastes terres et d’importants revenus. 30

Jeanne de Clisson épouse Jean Harpedanne Sénéchal de Saintonge

Seule héritière, Jeanne de Belleville, dame de Belleville, de Montaigu, de Palluau, de Châteaumur, de Beauvoir-sur-Mer, de Thouarsais, de Noirmoutiers, de l’Isle d’Yeu, de la Garnache et de Pont-Callec vit son époux Olivier IV de Clisson décapité sur ordre du roi de France Philippe VI de Valois pour trahison.

Les biens du couple sont confisqués par le roi de France, toutefois la seigneurie de Belleville échoit à leur fille Jeanne de Clisson, sœur d’Olivier V de Clisson, qui est nommée dame de Belleville à sa naissance.

Cette dernière épouse, après septembre 1361, Jean 1er Harpedanne, seigneur de Raine dans le Devonshire, de Montendre, de Fontenay-le-Comte (1361), et vicomte d’Aunay. Il a environ 31 ans.

Jean de Harpedanne est un chevalier originaire du Devonshire en Angleterre, lieutenant de Jean Chandos. Il devint Sénéchal de Saintonge. Le couple s’établit ensuite au Poitou lors de l’occupation qui suivit le Traité de Brétigny. 31

Jacques de Surgères, chevalier, seigneur de la Flocelière

Il passe sous la domination anglaise, et obtient, le 5 août 1361, des lettres de grâces et de pardon à l’occasion des injustes traitements qu’il avait fait subir aux frères Guillaume et Pierre Beritault. 32

Surgères. 17
Surgères. 17. La tour Hélène et l’église Notre-Dame. Photo : 18/02/2017.

Édouard III décrète la langue anglaise, langue officielle. Il a 49 ans

La langue des élites est l’anglo-normand, pour l’essentiel de l’ancien normand, fortement influencé par le dialecte angevin à l’époque des Plantagenêt et de manière beaucoup moindre par l’anglo-saxon, et cela, jusqu’en 1361 (décret d’Édouard III), bien que l’anglo-saxon continue d’être employé par le peuple. 33

Édouard III ne croit plus en la possibilité de monter sur le trône de France et, en 1361, il décrète que la langue anglaise sera la langue officielle du royaume d’Angleterre, en remplacement du français en usage depuis 1066, dans le but de consolider ses conquêtes continentales.

Cette décision, trop précoce, augmente en Aquitaine la perception des Anglais comme des occupants des territoires conquis. 34

Henri de Trastamare est à Arles

Des troupes venues d’Espagne et conduites par Henri de Trastamare arrivent sous les murs d’Arles. 35

Arles. 13
Arles. 13. Vestiges gallo-romains. Photo : 26/06/2018.