aller au contenu

1375. Bertrand du Guesclin a 55 ans

Bertrand du Guesclin prend Montreuil-Bonnin, Gençay, Lesneven, Guingamp, Cognac, Saint-Sauveur-le-Vicomte. Trêve de Bruges entre la France et l’Angleterre. Olivier du Guesclin est en Provence. Sylvestre Budes est en Italie. Bertrand du Guesclin acquiert la seigneurie de Maisy.

10 février. Bertrand du Guesclin reprend Montreuil-Bonnin

Le 9 janvier 1375 les Anglais reprennent le château. Le connétable revient exprès de Paris et le reconquiert, vers le 10 février de cette même année, ainsi qu’il le fait annoncer par un messager dépêché à Paris auprès du roi Charles V et de son frère Jean de Berry, comte de Poitou. 1

Montreuil-Bonnin. 86
Montreuil-Bonnin. 86. La tour du Château. Photo : 05/09/2019.
Montreuil-Bonnin. 86
Montreuil-Bonnin. 86. Boulets de pierre dans la cour du château. Photo : 05/09/2019.

Charles V donne Montreuil et Fontenay à Bertrand du Guesclin

Charles V donne alors à son valeureux connétable le château et la châtellenie ainsi que Fontenay, en les détachant de l’apanage de son frère Jean de Berry. 2

Mais, le mardi ler décembre 1377, Du Guesclin cède Montreuil et Fontenay au comte-duc Jean, pour la rondelette somme de 25 000 francs-or, par contrat passé devant notaires au Châtelet de Paris (original scellé, Archives nationales, J 185 B n° 39). Et, dans cet acte de cession, il ordonne à Alain de Burlion, son capitaine et châtelain de Montreuil, de mettre Jean de Berry en saisine desdits château et châtellenie. 3

17 février. Bertrand du Guesclin prend Gençay

Ce n’est que le 17 février 1375 que le château de Gençay sera repris par Du Guesclin et le duc de Berry après un siège de deux ans. Le roi Charles V de France confisqua alors les domaines de Morthemer et de Gençay et les offrit au duc de Berry. 4

Gençay. 86
Gençay. 86 . Photo : 06/10/2013.

Adam Chel occupa Gençay durant dix neuf ans, et libéra la place en 1375 après deux ans de siège ininterrompu. Après la reddition des Anglais à Du Guesclin, en 1375, Charles V confisque Morthemer et Gençay qu’il offre au Duc de Berry. Si Charles V a confisqué les biens de Morthemer et de Gençay, c’est parce que Radegonde et Catherine n’acceptent pas de reconnaître son autorité. 5

La stratégie de Bertrand du Guesclin réussit face au duc Jean IV

Son - Bertrand du Guesclin - système permit de faire face aux tentatives de retour de Jean IV, non seulement en avril 1375 où le duc réussit à prendre au piège Olivier de Clisson qui fut sauvé d’extrême justesse par la trêve de Bruges (25 juin) et mais aussi en 1377, intervention qui fut un échec retentissant et si ruineux pour le duc qu’il dut vendre Brest au roi d’Angleterre. 6

Jean IV assiège Landerneau

La ville de Landerneau est assiégée en 1375 par le duc de Bretagne, Jean IV. 7

Le duc de Lancastre en Léon, destruction du Kreisker

3 mai. Le Kreisker subit le 3 mai 1375 un incendie dont les pierres rougeâtres qui se voient sur la rue à gauche du porche occidental seraient le souvenir.

La tradition rapporte que les Anglais, après avoir brûlé la ville, auraient rebâti le Kreisker. Aussitôt repoussés dans Brest par Duguesclin, ils ne l’auraient pas pu.

Quand l’année suivante reviennent à Saint Pol les troupes du comte d’Arundel, un descendant au sixième degré du Breton Alain FitzFlaad nommé quelques mois plus tôt gouverneur du port amiral de Brest par le Duc en exil Jean de Montfort, c’est pour incendier le couvent des Carmes.

Il faudra attendre l’évacuation de la soldatesque en 1388 pour qu’une vraie paix revienne. 8

Bertrand du Guesclin prend Lesneven

Les partisans de Charles de Blois développent la forteresse de Lesneven pour faire contrepoids à celle de Brest, aux mains des partisans de Jean de Montfort, mais la ville passa plusieurs fois alternativement aux mains des Français et des Anglais, alliés de Jean de Monfort.

En 1372, la population de Lesneven, excédée par les pillages de la garnison anglaise, aida les partisans de Charles de Blois à la massacrer.

En 1374, le duc de Bretagne Jean IV prit la ville, et passa au fil de l’épée toute la garnison française qui la défendait.

Bertrand du Guesclin s’empare de la ville en 1375. Les Anglais n’abandonnèrent définitivement la vile qu’en 1397. 9

Lesneven. 29
Lesneven. 29. Plus aucun vestige du château. Photo : 07/08/2019.
Lesneven. 29
Lesneven. 29. Photo : 07/08/2019.

Bertrand du Guesclin prend possession de Guingamp

Mai. Les Anglais prennent la Roche-Derrien

Après avoir fait lever le siège de Rennes (5 juillet 1357), Bertrand du Guesclin reçoit en remerciement de Charles de Blois la ville et la châtellenie de la Roche-Derrien.

En 1373, Du Guesclin, connétable de Charles V, prend possession de la Roche-Derrien au nom du Roi.

En mai 1375, les Anglais, commandés par le comte de Cambridge et le duc Jean IV, lieutenants du roi d’Angleterre, occupent de nouveau la place de La Roche-Derrien. 10

1er juin. Reddition de Cognac assiégée par le duc de Berry

Cognac. 16
Cognac. 16. Photo : 25/05/2018.

Louis de Sancerre parcourt les champs de bataille

En 1375, Louis de Sancerre prend Cognac, Saint-Sauveur-le-Vicomte et combat les Compagnies, et les seigneurs d’Auvergne qui se livrent au brigandage. 11

Bertrand du Guesclin est à Cognac

En 1374, la ville et les forts de La Rochelle se rendirent aux Français.

"En l’années suivante (1375), dit Christine de Pisan, la ville et le chastel de Cognac se rendirent au connétable." Ce connétable devait être Bertrand Duguesclin, né vers 1290, mort en 1380. Mais les Anglais tenaient encore beaucoup de forteresses en Angoumois, telles que Bourg, Bouteville, Châteauneuf et Merpins ; on résolut de les en chasser. Merpins fut pris par les Français vers 1379. 12

27 juin. Trêve de Bruges entre la France et l’Angleterre

Le duc de Bretagne Jean IV participe à la grande chevauchée menée en 1374 par Jean de Gand entre Calais et Bordeaux. La Trêve de Bruges conclue entre la France et l’Angleterre inclut également la Bretagne. 13

Officiellement Brest est rendue à Jean de Montfort, mais la ville demeure sous tutelle anglaise. 14

Bertrand du Guesclin stoppé devant Bordeaux

Après la perte de la bataille de Poitiers et l’emprisonnement du roi Jean, le roi Edouard érige la Guyenne en principauté ; mais si la cour du nouveau royaume est brillante, les campagnes souffrent, les paysans se révoltent, les seigneurs se lèvent, Bertrand Du Guesclin accourt, et ce vaillant soldat aurait repoussé les étrangers, si, en 1375, un traité n’eût arrêté devant Bordeaux le cours de ses victoires. 15

Bertrand du Guesclin à Mouleydier ?

Dès le XIIe siècle, Mouleydier s’est doté d’un château fort, assiégé par Bertrand Du Guesclin en 1375. Il en subsiste des ruines à la Castelle. 16

Mouleydier. 24
Mouleydier. 24. La Dordogne. Photo : 27/09/2019.

3 juillet. Jean de Vienne libère Saint-Sauveur-le-Vicomte

Capitulation de Saint-Sauveur-le-Vicomte, conclue le 21 mai. Le siège a duré un an. 17

L’église de Saint-Sauveur-le-Vicomte est détruite. Cette guerre amène les premières ruines.

Godefroy d’Harcourt, en 1356, lègue aux Anglais son château qui devient place forte.

Jean Chandos, commandant des troupes du roi Edouard III d’Angleterre, fait araser complètement le chœur de l’église.

Les pierres servent en abondance de projectiles pendant le siège engagé par Jean de Vienne et Du Guesclin pour le compte du Roi de France Charles V, en 1375.

Les moines sont contraints de s’exiler à Cherbourg ou à Jersey : on craint leur fidélité à Charles V. 18

L’abbaye de Montebourg est prise par les troupes de Charles V

L’abbaye devient une base des troupes anglaises reprise en 1375 par les Français et confiée à Guillaume des Bordes.

Trois ans plus, en 1378, c’est le « grand vuidement », les autorités françaises exigent l’évacuation de tout le Cotentin pour priver les Anglais (basés à Cherbourg) de ressources (alimentaires notamment).

Là encore, précise François Neveux, « on ne sait pas si la forteresse [centrée sur l’abbaye] fut conservée ou non par les Français ». 19

Bertrand du Guesclin règle la rançon de Robert de Brucourt

En 1364, lors de la Bataille d’Auray, le futur connétable Du Guesclin est fait prisonnier avec son cousin Robert de Brucourt, seigneur de Maisy. 20

Du Guesclin est rapidement libéré après paiement d’une rançon de 100 000 francs or par le roi de France Charles V.

De Brucourt, lui, reste aux mains des Anglais. En 1375, Du Guesclin règle sa rançon de 14 000 francs d’or pour le libérer en contrepartie de la châtellenie de Maisy. Il lui en laissera cependant la jouissance, tout en se réservant quelques droits. (NDB). « Du Guesclin ne se manifeste guère dans sa forteresse du Bessin qu’il a peut- être acquise pour être proche de ses lieux de combat. » 21

Pour payer sa rançon, il fut contraint de vendre ses biens et ceux de sa femme, à Bertrand du Guesclin, connétable de France, vers juillet 1375. 22

7 juillet. Josselin de Rohan nommé évêque de Saint-Malo

Il est d’abord prieur de Saint-Lazare de Montfort et chanoine de Saint-Malo, avant d’être nommé évêque de Saint-Malo le 7 juillet 1375. Imbu des maximes de quelques-uns de ses prédécesseurs qui, pour le temporel, prétendaient dépendre immédiatement du Saint-Siège, il ne voulut jamais prêter le serment de fidélité au duc de Bretagne, Jean IV. 23

Le roi de France prit alors Josselin de Rohan sous sa protection, mais il ne peut empêcher les officiers du duc de saisir le temporel de l’évêché de Saint-Malo, dont le prélat ne recueillit aucun fruit pendant les dernières années de sa vie.

Après avoir menacé le duc d’excommunication, Josselin de Rohan finit cependant par conclure un traité de paix avec ce prince, en 1384, à la demande du pape Urbain VI, qui intervint dans le démêlé.

Il est évêque de Saint-Malo de 1375 à sa mort. Il meurt le 21 mars 1388 d’après le nécrologe de Montfort, et est enterré dans le chœur de la cathédrale de Saint-Malo, du côté de l’épître. 24

Olivier du Guesclin est en Provence

Au cours du premier semestre 1375, Raymond des Baux, prince d’Orange menaçant les États pontificaux, Juan Fernandez de Heredia chargea le Gascon et Raymond de Turenne d’attaquer Gigondas, Jonquières et Suze-la-Rousse, fiefs de son frère Bertrand. Une trêve ayant été signée, les deux Capitaines pontificaux engagèrent alors la lutte contre les Bretons d’Olivier du Guesclin qui repassèrent le Rhône. 25

Eustache Deschamps devient huissier d’armes pour Charles V

Eustache Deschamps est né vers 1340 à Vertus en Champagne, de son vrai nom Eustache Morel, c’est un poète. En 1366 il est entré au service d’Isabelle de France. 26

En 1375, Eustache Deschamps, entre au service de Philippe d’Orléans et il devient bailli du Valois. Après la disparition de celui-ci, il reste au service de la duchesse Blanche, la veuve de Philippe d’Orléans, jusqu’en 1380 (au moins).

En 1375, il devient également huissier d’armes pour le roi Charles V, un titre qu’il gardera jusqu’à sa mort. Il décède entre le 21 juin 1404 et le début de l’année 1405. 27

1er septembre. Décès de Philippe de France

Philippe de France est né le 1 juillet 1336 à Vincennes. Il a 39 ans. Philippe de France, duc d’Orléans, est connu sous le nom de Philippe d’Orléans d’après son apanage. Il meurt à Vincennes le 1er septembre 1375.

Vincennes. 94
Vincennes. 94. La Sainte Chapelle dans l’enceinte du château. Photo : 29/05/2005.

C’est un fils puîné de Philippe VI de Valois, roi de France et de son épouse Jeanne de Bourgogne.

Il a 2 fils illégitimes dont l’un est dit le « bâtard d’Orléans », élevé à Bourges auprès de Jean de France, duc de Berry, il meurt vers 1380 à Château-Thierry. 28

21 décembre. Décès de Boccace, poète et humaniste italien

Giovanni Boccaccio, en français Jean Boccace, mais le plus souvent simplement Boccacio ou Boccace, est né en 1313 à Certaldo en Toscane, c’est un écrivain florentin.

Bien que le droit et le commerce l’intéressent peu, il s’intègre facilement à la cour du roi Robert de Naples où il a l’occasion de se lier avec des nobles de la cour de la Maison d’Anjou. Là, il commence également à cultiver ses connaissances littéraires, il lit les classiques latins, la littérature chevaleresque française, Dante et Pétrarque.

Il rencontre Pétrarque avec qui il se lie d’amitié.

En 1348, Boccace assiste aux ravages que la peste noire provoque dans toute l’Europe. C’est peut-être cette pandémie qui le décide à rédiger son chef-d’œuvre : le Décaméron.

Il meurt à Certaldo le 21 décembre 1375, un an après la disparition de Pétrarque. 29

Naissance de Marie de Berry

Marie de Berry est duchesse d’Auvergne, fille de Jean, duc de Berry, et de Jeanne d’Armagnac. Elle hérite en propre du duché d’Auvergne et du comté de Montpensier. Elle épouse Jean Ier, duc de Bourbon, en 1400. Elle décède en 1434.

Jean, bâtard de Bourbon, lieutenant du Forez

D’une relation avec Jeanne de Bourbon-Lancy, dame de Clessy, Louis 1er de Bourbon ( né en 1279 ) a plusieurs enfants bâtards dont Jean (vers 1297-1375), bâtard de Bourbon, chevalier, seigneur de Rochefort, d’Ébreuil, de Beçay le Guérant, de Bellenave, de Jenzat, de Serrant et de la Bure, conseiller des ducs de Berry et de Bourbon, lieutenant du Forez, marié en troisièmes noces à Agnès de Chaleu.

Son gisant, avec celui d’Agnès, se trouvait au prieuré de Souvigny. 30

Octobre. Olivier du Guesclin reçoit La Roche-Tesson de Charles V

La paroisse de la Colombe est donnée par le duc Richard III à l’abbaye du Mont-Saint-Michel vers 1022-1026, les moines la cédant en fief à Néel II, vicomte du Cotentin.

Par l’union de Jourdain Tesson et Léticie Néel en 1145, la famille Tesson hérite de la place fortifiée de la Roche, qui devient le siège de la baronnie de la Roche-Tesson.

La baronnie est confisquée en 1344 par Philippe de Valois, suite à la forfaiture de Guillaume Tesson.

Elle est donné à Philippe, duc d’Orléans, qui la donne vers 1362 au connétable Bertrand du Guesclin. Olivier du Guesclin la reçoit de Charles V en octobre 1375. 31

Sylvestre Budes en Italie au secours du pape

Il est né entre 1315 et 1325.

Sylvestre Budes conduisit en Italie, en 1375, plusieurs compagnies bretonnes au secours du pape Clément VII, qui le créa gonfalonier de l’Église romaine, et qui le fit ensuite décapiter à Avignon, sous prétexte d’intelligence avec Urbain, son compétiteur.

Sylvestre Budes est parent de Bertrand du Guesclin. En effet un Guillaume Budes épouse Jeanne du Guesclin, tante du futur connétable. Ils ont sept enfants dont un Sylvestre, un Geoffroy. 32

Les Cresques, cartographes majorquins

Ils dressent la carte dite de Charles V mentionnant les villes de Tombouctou, Mali et Gao. Au centre du Sahara trône un roi noir. 33

Geoffroy de Kermoysan assiste au parlement tenu à Paris

Geoffroy de Kermoysan, né à Pommerit-Le-Vicomte en 1310, était entré dans l’ordre savant de Saint Benoît et devint abbé de la Couture, abbaye fondée fin VIe siècle au Mans par Saint Bernard, puis fut nommé évêque de Cornouaille (Quimper) en 1358 et de Dol (12 août 1369).

L’évêque Geoffroy de Kermoysan prend le parti de Charles de Blois : Quimper est assiégé par Jean de Montfort. Geoffroy rassemble les habitants pour délibérer et la résolution unanime est prise d’ouvrir les portes au vainqueur.

À la suite de la prise de position de l’évêque de Quimper en faveur de Jean de Montfort, Quimper est mis à sac par Charles de Blois.

Il est présent sur un acte d’Avignon, de 1372, traitant de la fondation de la chapellenie du château de Pont-l’Abbé, en tant qu’évêque de Quimper.

Il assiste en 1375 au parlement tenu à Paris pour fixer la majorité des rois à 14 ans. 34

Il meurt en 1380. Il a 70 ans. 35

Nicolas de Kerménou signe le traité de Senlis

Alain de Kerménou est nommé dans une commission donnée par le roi Philippe de Valois au maréchal de Briquebec, pour ramener à son obéissance plusieurs chevaliers bretons. Un seigneur de cette famille, Guillaume de Kerménou fut procureur-général du duc en 1472, et député par lui vers le duc de Bourgogne.

Bricquebec. 50
Bricquebec. 50. Photo : 15/05/2018.

Nicolas, fils de Guillaume, fut aussi procureur-général, sénéchal de Vannes et de Broërec, et l’un des ambassadeurs de Bretagne qui ratifièrent en 1375 le traité de Senlis. 36

Robert de Beaumanoir combat avec Olivier de Clisson

Robert de Beaumanoir figure avec le titre de chevalier dans plusieurs montres d’Olivier de Clisson, de l’an 1375. 37

Jeanne de Penthièvre et Bertran II de Born

Jeanne de Penthièvre, comtesse de Penthièvre et vicomtesse de Limoges, qualifie Bertran II de Born de son amé cousin, le sire de Autefort, dans des lettres données à Paris le 17 août 1375 et portant quittance de ce qu’il avait pris sur ses revenus pour assurer la défense de ses châteaux de Moruscle, Badefoul et Chasens. Il est mort en 1383 ou 1384. Il avait fait de ses filles ou de son neveu ses héritiers universels. Seule Marthe de Born lui a survécu et s’est mariée à Hélie de Gontaud qui a substitué à son nom celui de Hautefort qualifié de damoiseau de Badefol, seigneur de Hautefort et de Thenon.

Hautefort. 24
Hautefort. 24. Hangar et château, deux époques. Les pauvres et les riches. Photo : 26/09/2019.

En 1368, le prince de Galles donne le château de Badefols-d’Ans à Bertran II de Born, chevalier, seigneur de Hautefort et de Thenon. Bertran II de Born a combattu contre les Anglais pendant les règnes de Jean II le Bon, Charles V et Charles VI. 38

Badefols-d'Ans. 24
Badefols-d’Ans. 24. Photo : 26/09/2019.