aller au contenu

1376. Bertrand du Guesclin a 56 ans

Bertrand du Guesclin reçoit la seigneurie de Pontorson et la seigneurie de Thuit. Décès d’Édouard de Woodstock, il a 46 ans. Décès de Jean de Grailly, il a 45 ans. Grégoire XI part pour Rome.

4 mars. Traité entre Charles V et le comte Amédée VI de Savoie

Ils s’engagent à se livrer réciproquement les criminels. C’est la première convention d’extradition négociée entre deux États.

12 mars. Prorogation de la trêve de Bruges entre la France et l’Angleterre jusqu’au 24 juin 1377.

23 mars. Jean d’Armagnac lève des fonds pour reconquérir des châteaux

En 1376, le 23 mars, Jean d’Armagnac ordonna la levée de 20 000 francs or, sur la sénéchaussée du Rouergue aux fins de concourir à l’évacuation de plusieurs châteaux dont celui de Prévinquières. 1

8 juin. Décès de Édouard de Woodstock, il a 46 ans

Édouard Plantagenêt, plus connu sous le surnom de Prince Noir ou parfois d’Édouard le Noir est né le 15 juin 1330 à Woodstock.

Il est prince de Galles, comte de Chester, duc de Cornouailles et prince d’Aquitaine. C’est le fils aîné d’Édouard III d’Angleterre et de Philippa de Hainaut. 2

Que pense Bertrand du Guesclin de sa disparition ?

3 septembre. Ordonnance royale de Charles V

Cette décision met la forêt de Roumare en Normandie au service des chantiers de construction navale. Roumare est située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Jean de Vienne fait rendre au roi l’ordonnance de 1376 qui règle l’exploitation des forêts de Normandie pour les chantiers navals. Cette même année, on remet en vigueur des ordonnances anciennes sur la « garde de mer » par l’aménagement d’un réseau de feux allumés pour alerter jusqu’à six lieues à l’intérieur les populations astreintes au service du guet sur la côte. 3

7 septembre. Décès de Jean de Grailly

  • Il est né vers 1330-1331. Il a 45 ans. Johan III de Grailly est captal de Buch de 1347 à 1376, c’est l’un des principaux capitaines de la guerre de Cent Ans.
La Teste de Buch. 33
La Teste de Buch. 33. Eglise Saint-Vincent, chapelle des Captaux de Buch au 14ème siècle. Photo : 26/05/2018.
  • 1348. Édouard III fonde l’Ordre de la Jarretière, il est des tout premiers à en faire partie.
  • 1350. 27 novembre. Il célèbre au château de Cazeneuve son mariage avec Rose d’Albret. 4
Préchac. 33
Préchac. 33. Château de Cazeneuve. Photo : 26/08/2010.
  • 1357-1358. Aux côtés de son cousin germain Gaston Feus il réprime une partie de la Jacquerie qui assiège la ville de Meaux.
  • 1364. 6 mai. A la Bataille de Cocherel, il est battu et fait prisonnier par les Français de Bertrand du Guesclin.
  • 1367. 3 avril. Il participe à la victoire obtenue lors de la bataille de Nájera contre Henri de Trastamare et Bertrand du Guesclin.
  • 1370. Suite à la mort de John Chandos, le captal lui succède en tant que connétable d’Aquitaine.
  • 1372. 23 août. Soubise. Il tombe aux mains des Français qui, cette fois, le gardent en prison, dans la tour du Temple à Paris, où il meurt le 7 septembre 1376. 5

Une année difficile pour les Anglais. Bertrand du Guesclin voit disparaître deux « ennemis » plus jeunes que lui, Édouard de Woodstock et Jean de Grailly. C’est grâce à Jean de Grailly et à Cocherel que Bertrand du Guesclin a véritablement commencé sa carrière. Après la bataille de Nájera, Bertrand du Guesclin, prisonnier d’Édouard de Woodstock, a tout le temps de faire connaissance.

8 septembre. Louis de Sancerre est à Périgueux

La compagnie de Louis de Sancerre est reçue à Périgueux, le 8 septembre 1376. Le 5 décembre 1376, Louis, dans une lettre adressée au sénéchal d’Angoulême, ordonna qu’il fut fait une levée d’argent pour compléter l’expulsion des ennemis anglais. 6

Périgueux. 24
Périgueux. 24. La tour gallo-romaine de Vésone. Photo : 25/03/2004.

Dans quel état est la tour de Vésone en 1376 ?

Bertrand du Guesclin avec Bernard de Gréziniac à Périgueux

Le manoir de Grésignac dépendait, jusqu’au 15e siècle, de la châtellenie d’Auberoche et son seigneur, Bernard de Gréziniac, nommé par le duc d’Anjou en 1372 "commissaire réformateur", resta fidèle au roi de France malgré l’occupation d’Auberoche par les Anglais durant la guerre de Cent ans.

Sarliac-sur-l'Isle. 24
Sarliac-sur-l’Isle. 24. Photo : 26/09/2019.

En 1376, il accompagna Du Guesclin à son entrée à Périgueux. 7

Sarliac-sur-Isle. 24
Sarliac-sur-Isle. 24. Le manoir. Photo : 24/09/2019.

Louis de Sancerre fait prisonnier Boson de Talleyrand

Le château fort de Grignols fut le berceau et la demeure de la Famille de Talleyrand-Périgord du XIème au XVème siècle, il resta leur propriété jusqu’en 1883. En 1376, le Maréchal de Sancerre s’empara du château et fit prisonnier Boson de Talleyrand qui dut faire sa soumission au roi de France. 8

Grignols. 24
Grignols. 24. Sous la pluie ! Photo : 27/09/2019.
Grignols. 24
Grignols. 24. Sur une hauteur. Photo : 27/09/2019.

Le duc de Berry prend Merpins et Chateauneuf

Merpins est construit sur une colline avancée qui domine la Charente.

Devenue possession anglaise en 1152 avec toute l’Aquitaine, la seigneurie de Merpins est rendue à Hugues X de Lusignan, comte d’Angoulême, par le roi d’Angleterre Henri III, malgré l’opposition d’Itier II de Barbezieux qui prétendait avoir des droits antérieurs. Un compromis eut lieu en 1231 : Itier renonça à perpétuité à la seigneurie de Merpins, et de leur côté, Hugues de Lusignan et sa femme Isabelle lui cédèrent tous les droits féodaux sur les terres de Roissac, Marville et Gensac. 9

Merpins. 16
Merpins. 16. Au Vieux-Bourg. Les vestiges du château. Photo : 29/12/2018.

À partir de cette époque, la seigneurie de Merpins fut rattachée à celle de Cognac. Durant la guerre de Cent Ans le château fort qui contrôlait le passage vers Cognac a été l’objet de plusieurs sièges. Pris par Richard Cœur de Lion, réparé par Jean sans Terre (premier mari d’Isabelle), perdu par les Anglais puis repris en 1360 (traité de Brétigny) il est finalement assiégé puis détruit en 1387 par ordre du maréchal de Sancerre. 10

Châteauneuf reviendra aux comtes d’Angoulême en 1242, grâce à son rachat par Isabelle Taillefer mariée à Hugues X de Lusignan, qui donneront la seigneurie à un de leurs cadets, Geoffroy de Lusignan.

On doit à ce dernier les armes de la ville et sa devise « Qui craint moins la mort que les lions ».

Ultérieurement, la seigneurie de Châteauneuf passa à Jean d’Eslion, sieur d’Arlay, puis à Amaury et à Guillaume de Craon, seigneurs de Jarnac, et enfin à Guy VIII de la Rochefoucauld, qui l’acheta à Guillaume de Craon dont il était le gendre, ayant épousé sa fille Marguerite.

Le traité de Brétigny, signé en 1360, rétrocéda Châteauneuf aux Anglais comme tout l’Angoumois. Ils l’occupèrent pendant vingt ans. C’était la guerre de Cent Ans, qui fera des ravages en Angoumois et Saintonge. Les Anglais privilégiaient cette place à cause de son pont.

En 1376 le duc de Berry, après avoir pris Merpins, vint assiéger Châteauneuf qui se défendit vigoureusement avec l’appui de la garnison anglaise du château de Bouteville. Le siège dura quatre ans, le roi Charles V vint diriger les opérations en personne et Châteauneuf dut capituler.

Châteauneuf disposait d’un pont sur la Charente, qui fut longtemps le seul pont de pierre sur le fleuve entre Cognac et Angoulême. Il avait une grande importance : il a été gardé par les Anglais par le traité de Brétigny (1360) et repris en 1380 (la même bataille provoqua la destruction partielle de l’église). 11

Châteauneuf-sur-Charente. 16
Châteauneuf-sur-Charente. 16. L’église Saint-Pierre Photo : 29/12/2018.

Les Anglais du château de Bouteville

Le château de Bouteville, dont il ne reste qu’une ruine imposante, a été le siège d’une puissante châtellenie et un des plus beaux châteaux de Charente. Il est proche de Châteauneuf-sur-Charente. Lors du traité de Brétigny en 1360 qui rend l’Angoumois à l’Angleterre, Bouteville devient par l’entremise de Jean Chandos l’une des neuf châtellenies de la sénéchaussée de l’Angoumois (l’une des treize de l’Aquitaine), avec Angoulême, Villebois, Merpins, Jarnac, Cognac, La Tour-Blanche et Aubeterre. Le Prince Noir qui résidait souvent à Angoulême venait souvent au château. 12

Bouteville. 16
Bouteville. 16. Photo : 27/09/2019.
Bouteville. 16
Bouteville. 16. Photo : 27/09/2019.

13 septembre. Le pape Grégoire XI décide du départ des papes d’Avignon vers Rome.

Il n’y parvient que le 17 janvier 1377.

Le pape prit la mer le 2 octobre 1376. Après un voyage mouvementé, le 14 janvier 1377, il débarqua à Ostie et remonta le Tibre pour rejoindre Rome. 13

En 1376, une compagnie de Bretons, conduite par Sylvestre de Budes, Jean de Malestroit et Trémigon seigneur voisin de Combour, s’engagea au service du pape Grégoire XI contre la ligue Lombardo-Etrusque. 14

Echec de la demande de canonisation de Charles de Blois

La demande de canonisation fut un échec (1376). C’était pour une grande part une action à motifs politiques. 15

Bertrand du Guesclin reçoit la seigneurie de Pontorson

Raoul VIII de Gaël-Montfort

Il fortifie, en 1376, son château de Montfort. 16

Montfort-sur-Meu. 35
Montfort-sur-Meu. 35. La tour du Papegaut. Photo : 06/05/2018.

16 décembre. Bertrand du Guesclin reçoit la seigneurie de Thuit

« Les premiers Tesson (ou Taisson), qui étaient barons de Thury et du Thuit, ont joué un rôle majeur dans la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, ce qui leur a valu de nombreuses récompenses de la part de celui-ci. »

« 1376. La seigneurie de Thuit à Boulon, Calvados. Cette source précise que Charles V achète le château en 1376/1378 et le donne à Bertrand du Guesclin ainsi que la forêt de Cinglais.

Selon certains historiens le château est confisqué par le roi Charles V à Olivier de Clisson et cédé à Bertrand du Guesclin. Il l’échange avec le duc Pierre d’Alençon contre une terre en Bretagne, en 1379.

En réalité Charles V échange avec Olivier de Clisson le Thuit contre le Chastel-Josselin, Morbihan, et la forêt de Porhoët.

Le 16/12/1376, Charles V donne la châtellenie du Thuit et la forêt de Cinglais à Bertrand du Guesclin. Ce dernier l’échange avec le comte Pierre d’Alençon le 5 septembre 1378, contre la seigneurie de La Guerche, Ille-et-Vilaine. » 17

Charles de Navarre négocie avec le roi Charles V

Philippe Charon présente clairement les ambitions de Charles de Navarre et de Charles V. 18