aller au contenu

Bertrand du Guesclin sur Internet

Une liste de sources sur Bertrand du Guesclin, le Moyen Âge, la Guerre de 100 ans, les hommes, les institutions, le parler, la monnaie.

Je n’ai pas encore lu en détail tout ces textes et noté les informations sur Bertrand du Guesclin dans les divers articles qui le concernent.

Bertrand du Guesclin

 Ouvrages de Persée sur Bertrand du Guesclin. Une belle liste d’ouvrages et articles.

 Ouvrages de Open Edition sur Bertrand du Guesclin.

 Ouvrages de Priceminister - Rakuten sur Bertrand du Guesclin.

 Ouvrages de Cairn.Info. sur Bertrand du Guesclin

 Chronique de Richard Lescot, religieux de Saint-Denis (1328-1344), suivie de la continuation de cette chronique (1344-1364). Molinier Auguste. Publiée par J. Lemoine, Paris, 1896 (Société de l’histoire de France). Collections numériques de la Sorbonne. Année 1904. 4 pp. 19-20. Jean de Venette.

 Claude Ménard. Histoire de Messire Bertrand du Guesclin. Ecrite à la requête de Jean d’Estouteville, capitaine de Vernon-sur-Seine. Paris. 1618. 588 pages.

 Paul Hay du Chastelet. Histoire de Bertrand Du Guesclin, connestable de France et des royaumes de Léon de Castille, de Cordovë et de Séville, duc de Molines, comte de Longueville, etc. Par P.H.D.C. Paris, L. Billaine, 1666, 1693.

 Guillaume-François Guyard De BervilleHistoire de Bertrand Du Guesclin : comte de Longueville, connétable de France Reims. Le Batard. 1767.

 Chronique de Bertrand Du Guesclin. Cuvelier (trouvère), Guillaume de Saint-André, Ernest Charrière, Volume 2, F. Didot, 1839. Page 437 : Table des matières.

 Christophe-Paulin de La Poix Fréminville. Histoire de Bertrand Du Guesclin. Brest. A. Proux & Cie. 1841.

 Gabriel Richou. Bertrand du Guesclin. Paris. Librairie de la Société Bibliographique. 1879.

 La chronique de Messire Bertrand Du Guesclin, connétable de France. Texte établi et rapproché du français moderne par Gabriel Richou. 1879.

 Le Connétable du Guesclin. Louis de Carné. Revue des Deux Mondes, période initiale, tome 32. 1842. Pages 591-619. Analyse des ouvrages de M. de Fréminville. Louis de Carné est un fervent supporter de Bertrand du Guesclin. 1

 Bertrand Du Guesclin et son époque. David Flavel Jamison. J. Rothschild. 1866.

 Histoire de Bertrand Du Guesclin et de son époque : la jeunesse de Bertrand (1320-1364). Par Siméon Luce. 1876.

 Auguste Molinier. Histoires de Bertrand du Guesclin. 1904. Persée.

 Bertrand du Guesclin. Frédéric Morvan. Publié dans Diaspora économie bretonne. Institut de Locarn. Novembre 2011.

 Du Guesclin au siège de Rennes. Siméon Luce. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1891. 52 pp. 615-618.

 Du Guesclin armé chevalier. Jean Lemoine. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1895. 56 pp. 84-89.

 La Vicomté-sur-Rance et La Bellière. Tiphaine Raguenel. Le combat clos à Dinan, Thomas de Cantorbie. Par Jean-Pierre Moy. 2011.

 Christiane Raynaud. Presses universitaires de Provence. L’intégration à la cour de Bertrand Du Guesclin. 2010.

 Bertrand Du Guesclin et les États pontificaux de France. Bibliothèque numérique de l’Ecole nationale des chartes. Labande, Léon-Honoré. De 1365 à 1368 : Bertrand du Guesclin part en Espagne avec les Grandes Compagnies, il passe par Avignon. Après sa défaite à Navarette, son emprisonnement à Bordeaux, il revient en Provence soutenir Louis, duc d’Anjou, qui convoite la région. Urbain V, Philippe de Cabassole, les routiers, les négociations. Version pdf en note. 2

 Bertrand Du Guesclin et les murailles de Barcelone. Domitia, XIII (2014), pp. 107-120. P. Claverie. CRHiSM. Université de Perpignan. Via Domitia. Domitia est la revue du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes.

  • Page 112 : 1366, LES RELATIONS AMBIVALENTES DE BERTRAND DU GUESCLIN AVEC LA COURONNE D’ARAGON.
  • Page 115 : C’est fort de ce soutien qu’il (Pierre IV d’Aragon) reçut dans son palais de Lérida en février 1367 Du Guesclin, qui se plaignait d’avoir été spolié de diverses rentes. La libération du capitaine breton ne survint que le 17 janvier 1368.
  • Page 116 : Décembre 1368, le capitaine breton emprunta les cols du Val d’Aran pour atteindre le comté de Borja avec plusieurs milliers de cavaliers. Son irruption dans la péninsule Ibérique terrifia le roi de Navarre, Charles le Mauvais (1349-1387), qui lui accorda deux châtellenies dotées de 4 000 livres tournois de rente afin d’épargner ses domaines.
  • Page 117. Du Guesclin regagna la France par le col du Somport en juin 1370.

 La donation du duché de Molina à Bertrand du Guesclin. Bibliothèque numérique de l’Ecole nationale des chartes. Morel-Fatio, Alfred (1850-1924).

 La donation du duché de Molina à Bertrand Du Guesclin. Alfred Morel-Fatio. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1899. 60 pp. 145-176.

 Bertrand Du Guesclin et la croisade. 1365-1370. Bertrand Du Guesclin avait-il les moyens de vaincre l’Égypte mamelouke ? Essai d’uchronie raisonnée », Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, vol. IX, ed. K. D’hulster, G. Schallenberg (†) and J. Van Steenbergen, Leuven, 2019, pp. 237-249. Pierre-Vincent Claverie. Centre de Recherche Scientifique de Chypre. Des documents d’archives permettent de cerner les projets développés par le capitaine breton durant les années 1360. Les croisades. L’Espagne. Pierre de Lusignan. Définition de ’’la lance’’, page 245.

 L’adversaire : Bertrand du Guesclin (1367-1385). Michelle Bubenicek. 2000. Aux origines du procès qui opposa Yolande de Flandre à Bertrand du Guesclin, on trouve la terre de Longueville, propriété du second mari de la comtesse de Bar. 3

 Bertrand du Guesclin, connétable de France.Roger Martin. Octobre 1996. Il fait référence à Yves Jacob et Georges Minois, qui ont eux-mêmes puisé leurs renseignements dans les écrits de Froissart et de Cuvelier, tous deux contemporains de Bertrand du Guesclin. Un résumé simple de la vie de Bertrand du Guesclin.

Bertrand du Guesclin et Louis II de Bourbon. Thierry Lassabatère. Colloque de 2011 à Amiens.

  • Page 89 : 1375, Louis II de Bourbon et le siège de La Roche-Sanadoire.
  • Page 90 : Siège de Brive.
  • Pages 91-92-93 : Bertrand du Guesclin blâme Louis II de Bourbon. Bertrand du Guesclin et Louis de Sancerre, Bressuire.
  • Pages 95-96 : Bertrand du Guesclin et Olivier de Clisson. Geoffroy Payen.

 La dernière phase de la vie de Du Guesclin, l’affaire de Bretagne. B.-A.Pocquet Du Haut-Jussé. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1967. 125-1 pp. 142-189.

 Une grande âme en un corps disgracié : la laideur du héros dans la Chanson de Bertrand du Guesclin. Alain Labbé. © Presses universitaires de Provence, 2000. Pages 263-277. 4

 Chanson de Bertrand du Guesclin. De Cuvelier. 17 mars 2018. Cuvelier figure parmi les plus importants des trouvères et ménestriel de son époque, il est signalé en 1372 à la cour de Charles V, comme "diseur" du roi.

 Un compte inédit de Bertrand du Guesclin. Jean Marchand. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1927. 88 pp. 260-265.

 Anciens mémoires sur Du Guesclin. Texte établi par Claude-Bernard Petitot. Foucault. 1824.

 Le Puy. Le tombeau des entrailles de Du Guesclin à l’église Saint-Laurent du Puy. Paul Deschamps. Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot. Année 1946. 41 pp. 91-102.

 Du Guesclin, dixième Preux. Siméon Luce. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Année 1888. 32-5 pp. 408-409.

 Du Guesclin et Froissart. La fabrication de la renommée. Bernard Guenée. Paris, Taillandier, 2008. Bernard Merdrignac. P. 235-236. PUR.

 Le connétable, la guerre et la paix. Thierry Lassabatère. La geste de Bertrand du Guesclin dans les miniatures du manuscrit BnF, Arsenal, 3141 - Extrait. Images, pouvoirs et normes, dir. Franck Collard, Frédérique Lachaud et Lydwine Scordia, Classiques Garnier, 2017.

  • Page 308 : Bertrand du Guesclin et Louis de Sancerre à Bressuire.
  • Page 310 : S’il est centré sur l’action de connétable de du Guesclin, le programme iconographique n’est pas pour autant centré sur le connétable.
  • Page 312 : Bertrand du Guesclin et Olivier de Clisson.

 Quelques aspects de l’usage politique de la forme épique dans la "Chanson de Bertrand du Guesclin" de Cuvelier - CRMH (medieval & humanistic)-2018-1-n-35 - Extrait. Thierry Lassabatère.

 Bertrand du Guesclin et la guerre juste : traces et motifs d’une construction légendaire. Thierry Lassabatère.

 Le mythe littéraire de Bertrand du Guesclin. Thierry Lassabatère. 2006. Inter-dépendance et collusion des sources. Bertrand du Guesclin et l’autorité de la guerre. Les motifs de la guerre juste. De la guerre juste à la guerre saine : la croisade de Bertrand du Guesclin.
Bertrand du Guesclin en Espagne, vu par Cuvelier, Pédro Lopez de Ayala et Froissart. Au service d’un discours politique.

  • Pages 88 à 92 : Bertrand du Guesclin.
  • Page 99 : Alain II, seigneur de Cambout, compagnon de Bertrand du Guesclin.
  • Page 100 : Un fils de Jean 1er de Rohan épouse Catherine du Guesclin.

 Le style de Bertrand du Guesclin. Thierry Lassabatère. 2010. Pages 179 à 193.

  • Page 182-183 : Le siège de Melun.
  • Page 183 : 1370, Bertrand du Guesclin connétable.
  • Pages 185-186 : Juillet 1372, le siège de Sainte-Sévère. Geoffroy Payen. Alain Taillecol.

 Poétique et politique du genre. Quelques aspects de la construction d’un mythe dans la Chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier. Thierry Lassabatère. Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (Paris I–CNRS). L’Œuvre littéraire du Moyen Âge aux yeux de l’historien et du philologue, dir. L. Evdokimova et V. Smirnova, 2014. Pages 99 à 113.

  • Page 99 : Composée par le poète Cuvelier à la gloire du connétable Bertrand du Guesclin, peu après sa mort en 1380, la Chanson de Bertrand du Guesclin. Le texte s’est transmis jusqu’à nous par sept manuscrits.
  • Pager 100 : Deux extraits choisis : le siège de Melun par le dauphin Charles, en 1359, et l’entrée de du Guesclin dans Paris pour y recevoir l’épée de connétable, en 1370.

 Charles V et Charles de Navarre. Letters, orders and musters of Bertrand du Guesclin. 1357-1380. Un Aspect du conflit entre Charles V et Charles de Navarre. 1357-1380. Michael Jones. 2004. Pages 161 à 388.

 Frédéric Morvan. 2015.

 Le bâtard de Mauléon. Alexandre Dumas. 1871. La Bibliothèque électronique du Québec. Propriété exclusive de Jean-Yves Dupuis.

  • Tome 1. 476 pages. Froissart. Gaston Phoebus. Henri de Trastamarre. Blanche de Bourbon. Pierre de Castille. Page 301 : Hugh de Caverley. Page 347 : Charles V. Page 353 : Bertrand du Guesclin. Page 378 : la Castille. Page 413 : la route vers la Castille. Table des matières.

Ouvrage en 3 tomes. Les deux autres tomes sont en lien dans la note.

  • Tome 2. 489 pages. Pages 1 à 75. Bertrand du Guesclin. Page 365 : La bataille de Navarette. Page 449 : Tiphaine Raguenel. Page 485 : Table des matières. 5
  • Tome 3. 392 pages. Page 102. Bertrand du Guesclin prisonnier à Bordeaux. Page 109 : Le sire de Laval venait d’arriver à Bordeaux avec la rançon. Les négociations. Page 194 : Montiel. Page 253 : la bataille. Page 389 : Table des matières. 6

La Bretagne

 Les sources de l’histoire médiévale de la Bretagneen Angleterre. Peyronnet Georges. In : Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Tome 86, numéro 1, 1979. pp. 27-37.
Page 29 : Deuxième fils de Jean II , Jean de Bretagne, comte de Richmond de 1297 à sa mort en 1344. Page 32 : Dom Lobineau. Dom Morice. La Borderie. Page 33 : Jean Lemoine. Bibliographie.

 Bretons en Angleterre. Le rôle des Bretons dans la politique de la colonisation normande d’Angleterre. (c.1042-1135). Martha Rojas. K.S.B. Keats-Rohan 1995. Published MSHAB 74 (1996) 181-215. BRETSHAB. Raoul l’Anglais, 1er seigneur de Gaël. Raoul de Gaël. Judicaël le Chasseur. Le comte Alain. Geoffroi de la Guerche. Robert de Mortain. Hugues d’Avranches. Les Bretons à Hastings en 1066.

 De la noblesse de Bretagne au XIe siècle : une noblesse "bretonne" ? Stéphane Morin. Mémoires de l’ARSSAT, 2006. Les Eudonides. Conan II. Le comte Eudes est mort dans le courant des années 1070, son fils aîné est Geoffroy Boterel 1er. Page 10 : La Roche-Derrien.

 La production hagiographique et l’atmosphère religieuse en Bretagne aux XIe et XIIe siècles. Andre Yves Bourgès. Blog Hagio-Historiographie Médiévale. 2006. Bénédictins. Cisterciens.

 Alain le Roux, premier comte de Richmond. Angleterre. Mort en 1093. Frédéric Morvan. Publié dans Diaspora économie bretonne. Institut de Locarn. 7 Novembre 2011.

 Le principat d’Etienne Comte de Bretagne. Fin du XIe-Premier tiers du XIIe : entre revendication dynastique et enracinement territorial en Bretagne septentrionale. Les élites et leurs résidences en Bretagne au Moyen Âge (Pierre-Yves Laffont, Yvon Pellerin dir.). 2014. Stéphane Morin. Le Penthièvre. Les Eudonides. Geoffroy Boterel 1er. Avaugour. Goëlo. Carte des châteaux des Eudonides.

 Les règlements des conflits de succession dans la noblesse bretonne au XIIIe siècle. Frédéric Morvan. 48 pages. Henri II Plantagenêt et son fils, Geoffroy. L’Assise de 1185, dite au comte Geoffroy. Constance, duchesse de Bretagne, une Eudonide. Pierre de Dreux. Beaucoup de lignages de Bretagne se divisent : il faut choisir, Bretagne ou Angleterre, les Rohan, les Dinan, les Fougères. Geoffroy III Boterel, comte de Penthièvre. Guy de Thouars. Alain de Tréguier. Juhel III de Mayenne. Pierre de Dreux, baillistre de Bretagne. Page 14 : Depuis août 1210, Juhel de Mayenne avait obtenu du roi de France le château du Guesclin qui protégeait Dinan des incursions venant de la mer. Amaury de Craon battu à Chateaubriand. André de Vitré. Hugues de Lusignan. Le duc de Bretagne, Jean 1er, fils de Pierre de Dreux et d’Alix de Thouars, obtient l’essentiel du comté du Perche et des droits sur la Navarre et la Champagne. Raoul III de Fougères. Jean 1er et Clisson. Jean 1er et Machecoul. Henri II d’Avaugour. Dinan. Le duc de Bretagne, Jean II. Raoul, seigneur de Montfort et de Gaël. Alain VI de Rohan. Le duc de Bretagne, Arthur II. Guy de Lusignan. Yolande de Lusignan. Le duc de Bretagne, Jean III. Philippe VI de Valois, roi de France, beau-frère de Jean III. Jeanne de Penthièvre. Charles de Blois. Nombreux tableaux d’arbres généalogiques.

 Lamballe et Penthièvre aux XIe-XIIe siècles : entre mythes et réalité. Stéphane Morin. Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 2003. Annexe : Généalogie très simplifiée des Comtes de Bretagne.

 Lanvallay et son histoire. L’abbaye Notre-Dame de Vieuville et le pays dolois. Jean-Pierre Moy. 2014. 1er sceau de Pierre du Guarplic. 2ème sceau de Pierre du Guarplic, 1248. Les Du Guesclin : Geoffroy du Guarplic, Berthevin du Guarplic, Pierre du Guarplic, Bertrand du Guesclin son fils adoptera les armes des de Hereford provenant de sa grand mère paternelle " d’argent a l’aigle ( a une tete ) eployee de sable becquee et membree de gueule ". Ses descendants porteront l’aigle à deux têtes.

 Michel Brand’Honneur. La migration bretonne liée à la conquête de l’Angleterre de 1066. Novembre 2016. Permet de mieux comprendre les origines des liens entre la Bretagne et l’Angleterre.

 Les Plantagenêts et la Bretagne. B.-A. Pocquet du Haut-Jussé. Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Année 1946 53-2 pp. 1-27.

 Histoire des rois et des ducs de Bretagne, vol. 3, 1839. De Prudence Guillaume baron de Roujoux . Duféy. 1839. 440 pages. Bertrand du Guesclin est mentionné 82 fois. D’Arthur II, 1305, à Jean IV, 1387.

 Histoire de la Bretagne. Charles Barthélemy. 1854.

 Thibaud de Derval. Au cœur de l’entourage des ducs de Bretagne, Thibaud de Derval (vers 1280 - vers 1330), vicomte de Donges, seigneur de Rochefort. 38 pages. Les Derval et les Rougé. Raoul III de Fougères.

  • Page 9 : Marguerite de Rougé épousa en 1339 Olivier Tournemine, seigneur de La Hunaudaye dans le Penthièvre.
  • Page 11 : La croisade d’Aragon, 1285, Philippe IV le Bel, Jean 1er , duc de Bretagne.
  • Page 20 : Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine, Châteauneuf-La-Noë, ce fief, situé non loin de Dinan, ainsi que son centre, le Castellum de Noes, dépendaient de l’évêque de Dol.
  • Page 23 : Thibaud de Derval exécuteur testamentaire de Jean II à sa mort en 1305. Page 24, note 93 : Renaud de Montbourcher.
  • Page 25 : Jean III. Pages 26-27 : Philippe le Bel, Yolande de Dreux, les Lusignan, comte de la Marche, Jean III, Guy.
  • Page 28 : Robert d’Artois.
  • Page 34 : Jean de Rougé, seigneur de Derval, Guillaume du Guesclin, oncle de Bertrand.
  • Page 35 : Jeanne de Belleville, Olivier de Clisson.

 Guerre de Succession de Bretagne.1341- 1365. Nombreuses cartes. Cadoret. La Roche-Derrien. Parcours de Charles de Blois, prisonnier. Combat des Trente. Bataille de Mauron. Bataille d’Auray.

 La guerre de Succession de Bretagne ou guerre des deux Jeanne. Autres articles. Biographies. Article sur Bertrand du Guesclin.

 Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre. Recueil des Actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre. Michael Jones. Note préliminaire pour l’édition digitale, novembre 2015. Presses universitaires de Rennes. 1996. Supplément au Recueil des actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre. De 1337 à 1381.

 La gloire de Dieu, la gloire du prince. Manifestations divines et légitimation dans le duché de Bretagne au XIVe siècle. David Dominé-Cohn. Qu’estes, 19 | 2010. Pages 72-88. Manifestations divines et légitimité ducale. Le récit : la place du merveilleux. Le réinvestissement religieux du politique dans le duché. La bataille d’Auray, 1364, l’intervention divine. La canonisation de Charles de Blois. 8

 Charles de Blois. Saint-Yves. La Vierge. Propagande partisane et miracles engagés dans la guerre de Succession de Bretagne. Jean-Christophe Cassard. Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest Année 1995 102-2. Pages 7-24. Les saints, partie prenante de la guerre psychologique. Les miracles de guerre. La réconciliation sous le manteau de la Vierge ?

  • Page 9 : Charles de Blois.
  • Pages 10-11 : Saint-Yves.
  • Page 16 : Rennes et les cloches de l’église Saint-Sauveur.
  • Page 17 : Le miracle de la saisie de Quimper en 1344.
  • Page 21 : Notre-Dame du Folgoët.

 La canonisation de Charles de Blois. 1376. Noël Maurice-Denis Boulet. Revue d’histoire de l’Église de France. Année 1942. 114 pp. 217-224.

 Jeanne de Penthièvre. Recueil des Actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre. Michael Jones. Lettres de Jeanne de Penthièvre comme veuve, 1364-1384. Presses universitaires de Rennes. 1996.

 Avaugour. Château et baronnie. Paul Chardin. Bulletin Monumental Année 1894 59 pp. 217-243. Jeanne de Penthièvre, page 240.

 Jeanne de Penthièvre et Jeanne de Flandre. Entre faits historiques et histoire romancée. Par Mallejac. 29/11/2018. Université de Bretagne occidentale.

 Marie de Blois. Dans la tourmente du XIVe siècle. Marie de Blois, comtesse de Provence et de Naples. Françoise Arlot. Marie de Blois est la fille de Charles de Blois et de Jeanne de Penthièvre, et l’épouse de Louis d’Anjou, frère de Charles V.

 Olivier de Clisson. Frédéric Morvan.

 Le cénotaphe du connétable de Clisson à Josselin. René Couffon. Bulletin Monumental Année 1967 125-2 pp. 167-175.

 Léon et Rohan. Nombreux autres textes. Hervé Torchet.

 Léon. Généalogie des Hervé de Léon (vers 1180 – 1363). Francis Cabon.

- Morlaix.Histoire politique et municipale de la ville et de la communauté de Morlaix, depuis les temps reculés jusqu’à la Révolution française / par G. Le Jean. Par Lejean, Guillaume Marie (1824-1871). Impr. de V. Guilmer (Morlaix). 1846 . Morlaix (Finistère) -Histoire.

  • Page 32 : Les comtes de Léon.
  • Page 33 : Le château, les seigneurs de Tréguier, Penthièvre.
  • Page 37 : Henri II Plantagenêt prend Morlaix au nom du duc Arthur.
  • Page 39 : Le comte Perron, Pierre Mauclerc.
  • Page 42 : Jean II.
  • Page 43 : Jean de Montfort prend Morlaix en 1341. Bataille de Morlaix ou de Cadoret en Plouézoch en juin 1351, commandée par Thomad d’Agworth.
  • Page 44 : Even Charruel, seigneur de Guerlesquen, député à Dinan, à la cour de Windsor pour négocier la libération de Charles de Blois. Bertrand du Guesclin à Morlaix en 1363. Elle fit un accueil distingué à Bertrand du Guesclin, quand il marchait vers la Cornouaille. Traité de 1371, Morlaix est remise à Jean du Barry, commandant d’une garnison anglaise. Les habitants appellent au secours Bertrand du Guesclin qui taille les Anglais en pièces.
  • Page 45 : Jean IV reprend la ville. Il couche au château de Cuburien.

 Pairie de France et Barons de Bretagne : plasticité et vacuité des mythes historico-politiques. Jean-Christophe Cassard, Elisabeth Gaucher, Jean Kerhervé. HAL. 2005. Vérité poétique, Vérité politique : mythes, modèles et idéologies politiques au Moyen Age., Sep 2005, Brest, France. Centre de Recherche Bretonne et Celtique / Université de Bretagne Occidentale (Brest), pp.59-76.

 Le Combat des Trente. Guillac. Morbihan. 1351.

 Bembro. Frédéric Morvan. Décembre 2016. Bécédia.

 Les Montauban. Actes du Congres de Montfort-sur-Meu. Le château de Montauban-de-Bretagne : paysage, histoire, monument. Michael C E Jones. Bertrand du Guesclin, page 703.

 Sylvestre Budes (13 ??-1380) et les Bretons en Italie. Léon Mirot. Bibliothèque de l’École des chartes Année 1897 58 pp. 579-614. Page 580 : Guillaume épouse Jeanne Du Guesclin, tante du futur connétable. Ils ont sept enfants dont un Sylvestre, un Geoffroy.

  • Page 580. Geoffroy est à Auray, dans une montre à Caen le 1er décembre 1370 et le 1er février 1371, à Bécherel le 1er août 1371 ; le 15 février 1375, il est qualifié de chambellan du duc d’Anjou.
  • Pages 581 à 586. Sylvestre est né entre 1315 et 1325. Il épouse Renée Goyon. 1364, il est à Auray. Il est à Navarette. 1367, il combat en Bigorre avec Henri de Trastamarre. Il est au siège de Bagnères. Il est à Montiel. 1371, il est en Gascogne. 1371, il commande avec Jean de Malestroit la forteresse de Sainte-Bazille, lorsque les Anglais assiègent Montpaon. Il occupe Saint-Jean-de-Côle. 1374, 20 juin, Montpellier, il est avec Johel Rolland, Hervé de Karalouet, Jean de Malestroit, Alain de Coetlogon, Pierre de la Haye, Olivier du Guesclin. Décembre 1374, il est avec Olivier du Guesclin sur les bords du Rhône.

 Généalogie de la maison de Saisy de Kerampuil. Suivie de pièces justificatives et complémentaires. (20 juillet 1896.) Du Laz, Marie-Thérèse-Armande-Frédérique de Saisy de Kerampuil (1831-1906). 1896.

  • Page 9 : Lettres royales de 1372. Bertrand du Guesclin et Alain de Saisy, Poitiers 9 août 1372.
  • Page 13 : Bertrand du Guesclin nommé ici Bertrand Vodachin.
  • Page 18 : Mort de Carlonnet , Alain de Kerlouët (page 128) en 1371.
  • Page 19 : Alain de Kerampuil, seigneur de Mortemart, de Vivonne, de Saint-Victurnien et des possessions d’Aimery de Rochechouart.
  • Page 21 : 8 décembre 1371, Clisson, montre d’Olivier de Clisson, Macé et Olivier de Renquier présents.
  • Page 128 : Généalogie des Saisy de Kerampuil. D. Le Laboureur.
  • Page 261 : Jéhan de Parcevaux.
  • Pages 293-294 : du Plessis-Mauron de Grenédan.

 Histoire généalogique de la maison Du Breil. Par le Vte P.-M. Du Breil de Pontbriand.Paul (1838-1914). Impr. de A. Le Roy (Rennes). 1889-1895.

  • Page X : Breil en Bouzillé, la Mauvaisinière.
  • Page XI : Breil, seigneurs du Closneuf et d’Andel. Gévezé. Iffendic.
  • Page XII, XIII : Colin du Breil signe le traité de Guérande en 1381, écuyer de Jean IV.
  • Page 12 : La terre de Landal passe en 1375 aux Montauban. Jean du Breil apparait dans une montre du site de Montfort en 1351.
  • Page 13 : Guillaume du Breil, Bois-de-la-Roche, Binio, Vauvert, Comblessac, Maure. Il meurt en 1328.
  • Page 14 : Renaud de Montauban. Guillaume de Montauban, combat des Trente.
  • Page 15 : Olivier IV de Montauban épouse Jeanne de Malemains. Page 16 : Jean du Breil, Bonabes de Rougé, montre du 10 octobre 1351. Guillaume du Breil.
  • Page 17 : Guillaume du Breil suit Bertrand du Guesclin en Espagne en 1367, il est en Guyenne en 1371.
  • Page 18 : Roland du Breil à Caen avec Bertrand du Guesclin en 1369, à Bourges en 1371. Jean du Breil, Jean de Bueil, Clisson.
  • Page 33 : Raguenel, Vezins.
  • Page 283 : Picaud de Morfouace, compagnon de Bertrand du Guesclin. A Saint-Malo en 1376 et Brest en 1386.

 Les premières entrées épiscopales en Bretagne ducale. Article initialement publié dans Britannia Monastica 16, 2012, p. 93-161. Bertrand Yeurc’h.
Nantes.
Laurent Couppegorge. Note 162. Écuyer, présent à deux montres de du Guesclin en 1370 et 1371.
Jean de Tréal. Note 164. Seigneur de Tréal, chevalier bachelier dans trois montres de Bertrand du Guesclin en 1371, ratifie le traité de Guérande à Guérande en 1381.
Guy de Rochefort. Note 165. Il n’est pas le chevalier, seigneur de Henleix, présent au combat des Trente en 1351, à des montres en 1351 et 1356, capitaine de Nantes en 1355, témoin d’actes de Charles de Bois en 1356 et 1360 (Potier de Courcy, 1976, p. 29 ; Morice, 1742-6, t.II, col. 1470 et 1504 ; Le Baud, 1638, p. 312 ; Jones, 1996a, no 184-7 et 244). Il s’agit de son cousin germain, chevalier et seigneur d’Assérac qui fut dans l’entourage de Charles de Blois et de sa femme (1363 et 1365) puis proche de Jean de Montfort, membre de son conseil ducal de 1369 à 1393 et son chambellan de 1384 à 1391. Il perçut le rachat de Rochefort dû au duc en 1371, reçut des lettres d’amortissement du duc en 1383 et rendit hommage pour les terres que lui et sa femme tenaient du duc comme seigneur de Retz en 1384. Il est décédé avant le 30 août 1395 (Jones, 1996a, no278 et 302 ; Jones, 1980-2001, no 143, 178, 439A, 510, 514,784 et 928, Jones, 2007, p. 148, n. 313).
Alain de Malestroit. Note 166. Chevalier, seigneur d’Oudon, de Vieillecour et du Cellier, frère cadet de Jean, seigneur de Malestroit, cousin germain et tuteur de Hervé, fils de Hervé de Châteaugiron, seigneur du Cellier. Il a un fils Jean, chambellan et fut parmi les bretons ligués contre l’invasion en 1379.
Jean du Houx. Note 169. Sieur de Penhoët en Fégréac, parmi les bretons ligués contre l’invasion en 1379, signe le traité de Guérande à Guérande en 1381.
Guy le Long. Note 170. Écuyer, membre de l’hôtel de John Knyvet, chancelier d’Angleterre, obtient un sauf-conduit pour aller en Flandre avant 1377, signe le traité de Guérande à Nozay en 1381.
Saint-Brieuc.
« Pierre du Boisboessel » reçoit 60 livres de gages de part le roi comme chevalier de la compagnie du vicomte de Rohan le 27 juin 1351. Note 282.
D’Argentré donne « Jean de Mutilien » comme un des six compagnons de du Guesclin à l’escarmouche de Montmuran le jeudi 10 avril 1353. (4)294. Un compte de 1357-1361 mentionne « un nouveau capitaine [d’Evreux ?], Guill. de Mutelien ». 295. Le même chevalier avait en charge la garnison de Sacey en mars 1358. (9)296. La montre de Guillaume Chastelain de Beauvais devant Brest le 1er juin 1368 cite l’écuyer « Raoul de Rouveray ». 297.
Messire Helie du Rouvre fut à la montre d’Henry de Pledran, chevalier à Dreux le 10 avril 1371, à toutes celles de Bertrand du Guesclin du 1er juin au 1er novembre 1371, à celle de Geoffroi de Kerrimel devant Brest le 1er juin 1373 et enfin à celle d’Olivier de Clisson à Vannes du 1er janvier au 1er juin 1376. 304. Il apparaît encore dans l’association de la noblesse contre l’invasion du 25 avril 1379 : « Elie de Mutilien ». 305.
Eonnet et Alain du Rouvre sont chevaliers bacheliers dans les montres de du Guesclin, respectivement du 1er mai et 1er juin 1371. 307.

 Le château de Guingamp. De la motte du comte à la forteresse ducale : le château de Guingamp (Côtes-d’Armor). Laurent Beuchet. 54 pages. 2014. CNRS. INRAP.

 Raoul II de Fougères. Réseau vassalique et réseaux de peuplement : une géographie féodale ? L’exemple du Fougerais (v. 1160-1180) Bulletin et mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie du pays de Fougères, 2010, 48, p. 1-74. Julien Bachelier. Henri II Plantagenêt. Eudes de Porhoët. Raoul II de Fougères. La révolte de 1166. Prise de Fougères. 1173, Raoul II de Fougères est battu à Dol. Page 26 : 11, Alain de Tinténiac, fils du belliqueux Guillaume l’Ismaélite (166), Alain a vu son château de Tinténiac détruit par Henry II en 1168 (167), ce qui avait motivé un transfert du site castral à Monmuran (168). Comme Raoul II, il participa pleinement à la révolte de 1173. 16, Juhel de Mayenne. Page 29 : 24, Guillaume d’Orange. Page 37 : Rolland de Dinan.

 Cent ans d’histoire et d’archéologie en Pays de Fougères. Actes du Colloque du Centenaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Fougères (14 septembre 2013). Julien Bachelier. Docteur en histoire médiévale et chercheur associé au CERHIO-UMR 6258. Université Rennes 2. Plan du château. Le site. Les fondateurs de la famille de Fougères, page 24, généalogie, page 27. Vieux-Vy-sur-Couesnon, page 27. Les différents mots désignant le château, page 28. Jeanne de Fougères épouse Hugues XII de Lusignan, page 40, 1256 ? . 1328, Fougères passe à Charles II d’Alençon, page 47-48.

 Fougères. « Une histoire en Marche : Fougères et la Normandie au Moyen Âge (début XIe – milieu du XIVe siècle) », dans Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, t. 88, 2011, p. 423-529. Julien Bachelier.

 Histoire de Rennes. Emile Ducrest de Villeneuve et Dominique Maillet. Pages 100 à 149. Rennes. 1845.

 Nantes.Les origines du sites et les premiers châteaux. Jerome Pascal. Résultats des fouilles archéologiques au château des ducs de Bretagne à Nantes, permettant la restitution d’une partie de l’enceinte du Bas-Empire et du Château de la Tour Neuve (1207 - 1466).

 Nantes. Topographie historique du quartier du Chateau. Jérome Pascal. Nicolas Bonnin. Nantes, topographie historique du quartier du Château des Ducs de Bretagne, des origines à la fin du XVe siècle.

 Nantes. L’iconographie de saint Yves et la politique dynastique des Montfort à la fin du Moyen Âge. Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Tome 107, numéro 1, 2000. Pages 23 à 40. Par Jean-Marie Guillouët. Jean V. Le portail Saint-Yves de la façade nantaise. Page 24 : Saint-Yves, né en 1253 ? à Kermartin, 22, mort le 19 mai 1303 à Laonnec, 22. La dimension politique. Page 30 : Clément VI, du pays de Limoges dépendant de la Bretagne. Page 31 : La succession de Jean III, Charles de Blois. Page 32 : Guy de Penthièvre à Avignon en décembre 1329, le procès en canonisation. Page 34 : Bertrand du Guesclin ; note 45, liste des témoignages.

 Les origines féodales de Châteauceaux. 1913. Abbé Bourdeaut. Paru dans le Bulletin de la Société Archéologique de Nantes. Tome 54. 270 pages. Pages 203 à 467. Page 205, 241 : Châteauceaux, propriété de Pierre Mauclerc, allié de Henri III d’Angleterre. Page 217, note 2 : Geoffroy de la Tour-Landry. Page 242 : Châteauceaux sous les ducs de Bretagne. Page 419 : Description archéologique de Châteauceaux , par l’abbé Boutin.

 Limoges.Les vicomtes de Limoges et l’abbaye de Saint-Martial de Limoges. Pages 85-86.

 La vicomté de Limoges. Marie -1260, décédée en 1290) - fille de Guy VI - issu de la Maison de Comborn et vicomte de Limoges de 1229 à 1263 - est mariée à Arthur II de Bretagne (1262-1312). Vicomtes de Limoges et ducs ou duchesses de Bretagne - Maison de Dreux-Bretagne.

 Limoges. Le sac de la cité de Limoges et son relèvement, 1370-1464, par Alfred Leroux. Moranvillé Henri. Bibliothèque de l’École des chartes Année 1908-69 pp. 216-217.

 Au temps des ducs : Pont-Callec. La guerre de succession de Bretagne (1341-1364).

 La Matière arthurienne et la chevalerie bretonne de 1213 à 1381. Frédéric Morvan.

 Guerre et images de guerre dans la chronique bretonne au XIVe siècle. Dominique Philippe. Docteur es Lettres Professeur au lycée Saint-Martin d’Angers. Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Année 1998. 105-1. Pages 35-51. Jean IV.

  • Page 37 : Deux chroniques ont été retenues pour la présente étude. Rédigées sensiblement à la même époque, elles diffèrent totalement quant à la forme. La première le Cronicon Briocense composée, à en croire l’auteur, à partir de 1394, ambitionne de retracer l’histoire de la Bretagne des origines à l’époque de la rédaction. Elle est écrite en latin. La seconde, le Libvre du bon Jehan duc de Bretaigne de Guillaume de Saint-André date de la fin du XIVe siècle. L’un comme l’autre, se référant à l’Église, organisent leur argumentation autour de la notion de juste guerre et reconnaissent que la cause première de celle-ci est la défense de la terre que l’on habite, c’est-à-dire la patrie.
  • Page 43 : Dans son développement de la thématique chevaleresque, Guillaume de Saint- André, à travers quelques grands personnages tels Jean IV, ou du Guesclin « ce breton égaré » dans le camp français, semble opposer deux conceptions de la chevalerie.
  • Page 43 : Du Guesclin ou encore Clisson qui « dou roy avoient très grans prouffils » représenteraient comme une dérive de cet idéal. Plus pragmatiques, ils optent pour l’obéissance et la fidélité au roi, obéissance et fidélité, à en croire l’auteur, achetées. 9

 Les chroniqueurs et historiens bretons face à la guerre de Succession. Jean-Christophe Cassard.

 Les écuyersdes ducs, ainsi que les chambellans et les maîtres d’hôtel, composaient leur maison militaire.

 Chevaliers bannerets au XIVème siècle. Rolland de Dinan. Bonabes de Rougé, sire de Derval. Thibaud de Rochefort. Jean de Châteaugiron. Jean de Rieux. Jean, vicomte de Rohan. Jean de Beaumanoir. Girard Chabot. Bertrand du Guesclin. Olivier de Mauny. Hervé de Mauny. Henri de Mauny. Pierre Tournemine, seigneur de la Hunaudaye. Jean Tournemine, seigneur de la Hunaudaye. Charles de Dinan, seigneur de Montafilant. Olivier de Montauban. Pierre de Rostrenen. Olivier de Clisson. Alain de Rohan. Olivier du Guesclin. Raoul de Montfort. Guillaume, sire de Derval. Geoffroi de la Tour. Rolland, vicomte de Coëtmen. Raoul de Coëtquen. Jean II, sire de Rieux et de Rochefort.

 Les bannerets bretons. Quelques notes sur les bannerets bretons. Bertrand Yeurc’h.

 Les hommes d’armes du centre Bretagne. Frédéric Morvan.

 Montres inédites de gens d’armes bretons. Gerault d’Armagnac. Extrait de la Revue Historique de l’Ouest. Documents, années 1885 à 1887. LXVIII : Bertrand du Guesclin. CVI : Olivier de Mauni.

 Mesures fiscales exercées en Bretagne par les papes d’Avignon à l’époque du Grand Schisme d’Occident. Abbé G. de Lesquen. Abbé G. Mollat. Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Année 1902. 18-2. pp. 153-211. Page 156, les décimes. Page 157, bulle d’Urbain V du 27 février 1363. Page 158, la procuration. Page 163, l’annate.

Les régions de France

 Chronologie. Robert Boutruche. Annales Année 1947. Pages 336 à 348.

 Jean Froissart. Chroniques.

 Jean Froissart. Les Chroniques de Sire Jean Froissart. Texte établi par J. A. C. Buchon, 1835.

 Jean Froissart. Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Auguste Scheler. V. Devaux et cie. 1868. Oeuvres de Froissart : 1356-1364. 447 pages. Depuis la captivité du roi Jean jusqu’à la bataille de Cocherel.

 Jean Froissart. Les Chroniques.

 Les chroniques de sire Jean Froissart : qui traitent des merveilleuses emprises, nobles aventures et faits d’armes advenus en son temps en France, Angleterre, Bretaigne, Bourgogne, Ecosse, Espaigne, Portingal et ès autres parties. Tome 1 / nouvellement reçues et augm. d’après les ms. avec notes, éclaircissements, tables et glossaire par J. A. C. Buchon . Froissart, Jean (1337 ?-1410 ?). (Paris). 1835. Buchon, Jean Alexandre C. (1791-1846). Éditeur scientifique. 780 pages. Page 722 : Table des matières.

 Jean Froissart.Les chroniques. 1408. Jean Alexandre C. Buchon. Les Chroniques de Jean Froissart sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France, sur le site Mémoire vive patrimoine numérisé de Besançon : A la loupe : les chroniques de Froissart.

 Histoire des Français. Jean-Charles-Léonard Simonde de Sismondi publié par Wouters, frères, 1847. Cinquième partie. 1328-1442. 540 pages. Bertrand du Guesclin : pages 177, Mantes, 239,Cocherel, 243, Auray, 244, 246, L’Espagne, 255 à 265, 272, 282, 289, 290, 306, 307, 310, 311, 313, 314, 316, 324, 325, 326, 327, 328, 329, 330, 331, 334, 337, 338, 355, 358, 359, 360, 361, 372.

 Récrire l’histoire de la Guerre de Cent Ans. Une relecture historique et historiographique du traité de Troyes (21 mai 1420). Jean-Marie Moeglin. Dans Revue historique 2012/4 (n° 664). Pages 887 à 919. De 1337 à 1420. § 4 : « Notre Guerre de France » : portrait d’Édouard III en nouveau roi Arthur. § 21 : La paix de Brétigny-Calais comme paix entre les deux royaumes de France et d’Angleterre. § 46 : De la paix de Brétigny à la paix de Troyes. 10

 1358. La Jacquerie fut-elle un mouvement paysan ? Raymond Cazelles. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Année 1978. 122-3 pp. 654-666. Le rôle d’Etienne Marcel. Amiens, Montdidier, Beauvais, Senlis, Meaux, Rouen, Etampes, Trappes, Gien, Orléans.

 Paris à travers les siècles : histoire nationale de Paris et des Parisiens depuis la fondation de Lutèce jusqu’à nos jours.... T. 1 / par H. Gourdon de Genouillac,... ; avec une lettre de M. Henri Martin,... Gourdon de Genouillac, Henri (1826-1898). Martin, Henri (1810-1883). F. Roy (Paris). 1882-1889. Nombreuses illustrations.

  • Page 167 : Philippe de Valois.
  • Page 179 : Jean le Bon.
  • Page 183 : Charles.
  • Page 192 : 1364, Charles V.
  • Page 479 : Table des matières.

 Ville et campagne en Béarn : Morlaàs, une ville sous tension (1367). Coralie Nazabal. XLIV SEMANA INTERNACIONAL DE ESTUDIOS MEDIEVALES ERDI AROKO IKERLANEN NAZIOARTEKO ASTEA. Pages 279-290. 11

  • Page 279 : 1337, Le Béarn (dont Morlaàs est l’une des anciennes capitales) est alors tenu par Gaston III dit Fébus.
  • Page 280 : Bernat de Duras et Guilhem d’Assat, deux hommes qui siègent au Conseil de Fébus. Arnaut-Guilhem de Béarn, lieutenant général de Béarn et demi-frère de Gaston III. Positionnement de Gaston III dans la guerre de Cent Ans. Fébus est comte de Foix et vicomte de Béarn, de Marsan et de Gabardan.
  • Page 281 : Launac. La prestation de serment de Fébus à Edouard de Woodstock a lieu à Agen le 12 janvier 1364.
  • Page 285 : Avril 1367, Gaston III organise la mise en défense de la vicomté et Morlaàs n’échappe bien entendu pas à l’agitation qui en résulte.
  • Page 288 : Dès le XIe siècle, des ateliers monétaires émettent des espèces d’or réputées dans tout le Midi et dans le bassin de l’Èbre fonctionnent à Morlaàs.
  • Page 289 : Liste des individus réquisitionnés le 15 août 1367 à Orthez. Bertrand du Guesclin.

 Le Bordelais. La crise d’une société : seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans.

 Bordeaux à la fin du moyen âge, une puissance militaire. Composition et organisation de ses forces armées. Vincent Haure.

 Bordeaux. La flotte communale au service de l’effort de guerre ; le cas de Bordeaux pendant la guerre de Cent ans. Sandrine Lavaud.

 Bordelais et Bazadais. Patis et souffertes en Bordelais et Bazadais (1391-1439) : le prix de la paix pendant la guerre de Cent Ans. Guilhem Pepin.

La collégiale Saint-Seurin de Bordeaux aux XIIIe et XIVe siècles et son élaboration d’une historiographie et d’une idéologie du duché d’Aquitaine anglo-gascon. Guilhem Pepin. Published in "Le Moyen Âge", vol. CXVII (2011). Pages 43 à 66.

  • Page 46 : Géographie de l’Aquitaine, la Guyenne, la Gascogne, le royaume de Bordeaux.
  • Page 55 : La cérémonie de Saint-Seurin organisée autour du Prince Noir (septembre 1355).
  • Page 60 : Une expédition et une cérémonie voulues par les dirigeants gascons.
  • Page 63 : La bénédiction des armes du prince Édouard à Saint-Seurin.

 Les cris de guerre "Guyenne !" et "Saint Georges !". L’expression d’une identité politique du duché d’Aquitaine anglo-gascon. Guilhem Pepin. St John’s College, Université d‘Oxford. Published in "Le Moyen Âge", vol. CXII (2006). Pages 263 à 281. Nombreuses sources.

  • Page 266 : La guerre de Saint-Sardos (1324-1325).
  • Page 267 : Renaud V, seigneur de Pons, tué à Poitiers.

 Bergerac. Guyenne.Les Jurades de la ville de Bergerac tirées des registres de l’hôtel de ville par G. Charrier (1892) Tome I ― 1352-1485. Page 34. 1375-1376, 12 mars, lettre de Bertrand du Guesclin, devant Mouleydier.

 Les Soudans de Preissac ou de la Trau : de Clément V à l’ordre de la Jarretière. Guilhem Pepin. Décembre 2014. PUBLIÉ PAR LES AMIS DU BAZADAIS. Un parcours assez exceptionnel, la difficulté de choisir entre la France et l’Angleterre. Page 30 : Il n’est pas donc étonnant de le retrouver, à la suite de ce service, dans l’armée menée par Du Guesclin contre celle du roi de Navarre dirigée par Johan III de Grailly, captal de Buch.

 Gascogne. Genèse et évolution du peuple gascon du haut Moyen âge au XVIIe siècle. Guilhem Pepin.

 Le Quercy. Martel. 1345-1374.

 Le Haut-Quercy. Montvalent. La guerre de cent ans en Haut Quercy et Montvalent.

 Le Périgord. La Guerre de Cent ans en Périgord. Le comté et les comtes du Périgord. Michel Dupuy. Éditions Jean-Jacques Wuillaume. 2017. Plan de Périgueux, page 14.

 Combats dans le Périgord.

 Gilbert de Dome, sénéchal du Périgord. Pages 99 à 111. 1347 : Les Anglais s’emparent par trahison de Dome. 1353-1354 : Renaud de Pons, capitaine pour le roi de France du Limousin et du Périgord, dépend du maréchal Arnoul d’Audrehem. Gilbert de Dome est à Toulouse le 2 avril 1353, à Limoges le 8, à Sarlat le 25, à Toulouse le 10 mai, à Limoges le 15 mai 1354, au Port Sainte-Marie le 1er juin, à Agen le 11 août, à Limoges le 17 octobre. 1356 : Renaud de Pons tombe à Poitiers. 1360 : Bertrucat d’Albret est à Sarlat. 31 décembre 1361, Jean Chandos reçoit serment de féauté de Gilbert de Domme à Montignac. Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord. 1878.

 Gilbert de Dome, sénéchal du Périgord. Suite. Pages 247 à 253. 13 août 1364, il prête hommage au prince de Galles. Mars 1369, les habitants de Domme se déclarent Français, Gilbert de Dome les suit en avril. Le 16 avril, il reçoit le duc d’Anjou. Gilbert de Dome défend Sarlat contre les Anglais. 1373, mai, il attaque le château de Siorac. On ne parle pas de lui pour le passage de Bertrand du Guesclin à Sarlat. G. Marmier. 1370, 3 février, Sarlat se remet en souveraineté de France.

 Périgord. Sarlat. LES CHRONIQUES DE JEAN TARDE CHANOINE THÉOLOGAL ET VICAIRE GÉNÉRAL DE SARLAT. Contenant l’histoire religieuse et politique de la ville et du diocèse de Sarlat, depuis les origines jusqu’aux premières années du XVIIe siècle. ANNOTEES PAR le VTE Gaston de GÉRARD, MEMBRE DE LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE DU PÉRIGORD. Paragraphes 90 et suivants. Paragraphes 137, 139, 140 : Bertrand du Guesclin.

 Le Limousin. Châlucet.Le mobilier en fer du quartier N-O du bas castrum de Chalucet (87) : vie quotidienne d’un enclos aristocratique aux XIIIe et XIVe. Cécile Lagane. s. vol. 1 texte (Iron artefacts from the castrum of Châlucet : everyday life of an aristocratic district in the 13th and 14th c., vol. 1) . Juin 2011. 142 pages. Importante bibliographie. Suite volume 2, en note : Cartes, plans , documents annexe, iconographie, dessins. Juin 2011. 12

  • Page 11 : Aymeric du Mas en 1317 et d’Hélie de Frachet en 1330.
  • Page 12 : Les possessions limousines de Géraud de Maulmont.
  • Page 14 : Le château neuf de Géraud de Maulmont.
  • Page 23 : On peut distinguer trois groupes parmi les vingt pièces identifiées.

 Saintonge Aunis Angoumois. Histoire Passion. Chroniques de Froissart.

  • 1345 - 1369 La Guerre de Cent Ans en Saintonge et en Angoumois.
  • 1345 - 1355 Campagnes des Anglais dans les provinces de l’Ouest.
  • 1346-1380 La grande pitié des diocèses de Saintes et d’Angoulême.
  • 1346 Saint-Jean d’Angély se rend au comte de Derby.
  • 1346 La chevauchée de Derby en Poitou et Saintonge.
  • 1346 Les Anglais assiègent Angoulême.
  • 1351 - 1455 La commanderie hospitalière du Breuil-du-Pas à Saujon (17).
  • 1351 - Bataille de Taillebourg et siège de Saint-Jean d’Angély.
  • 1351 Français et Anglais font un traité chevaleresque à Saint-Jean-d’Angély assiégé.
  • 1360 Reddition de La Rochelle aux Anglais.
  • 1361 Prise de possession par l’Angleterre du Poitou, de la Saintonge septentrionale et de l’Angoumois.
  • 1368 Angoulême. Les états de Guyenne indemnisent le Prince Noir.
  • 1371 Le sire de Pons devient Français – sa femme reste Anglaise !
  • 1372 La bataille navale de La Rochelle.
  • 1372 - 1373 Les défaites anglaises en Aunis, Saintonge, Angoumois et Poitou. 4 articles.
  • 1379 La prise de Bouteville, château anglais.

 Histoire de la ville de Parthenay :de ses anciens seigneurs et de la Gatine du Poitou...1858. De Bélisaire Ledain.

  • Page 147 : Guillaume VI Larchevêque, 1271-1308.
  • Page 154 : Jean 1er Larchevêque, 1308-1327. Les Templiers. 1321 : Les lépreux et les juifs.
  • Page 165 : les sires de Parthenay pendant la guerre de cent ans. Jean 1er Larchevêque, 1327-1358.
  • Page 166 : 1330, Jean 1er Larchevêque, gouverneur de Saintes, pour Philippe VI de Valois.
  • Page 167 : 8 août 1345, Philippe VI de Valois nomme Pierre de Bourbon lieutenant général du Languedoc et de la Gascogne. Siège d’Angoulême par Jean, duc de Normandie, Guillaume Rolland, sénéchal de Beaucaire, Saint-Jean-d’Angely.
  • Page 169 : Siège d’Aiguillon, 20 août 1346, Crécy, le comte de Derby entre en Saintonge le 12 septembre.
  • Page 171 : Guichard d’Angle à Niort. les Anglais prennent Poitiers le 4 octobre 1346. Page 173 : les Français battus à Taillebourg. Saint-Jean-d’Angely se rend aux Français le 7 août 1351.
  • Page 174 : Jean Larchevêque à Maupertuis. Page 176 : Guillaume VII Larchevêque, 1358-1401.
  • Page 177 : Nommé lieutenant général en Poitou par Charles V le 22 mai 1358.
  • Page 178 : Brétigny. Jean Chandos, lieutenant général en Aquitaine.
  • Page 179 : Guillaume Felton. Navarette le 28 mars 1368. page 180 : Bertrand du Guesclin.
  • Page 181 : La Roche-sur-Yon, Angoulême. Le comte de Pembrocke à Puirenon, Saumur gardé par Robert de Sancerre, les Ponts-de-Cé, l’abbaye de Saint-Maure-sur-Loire, 1369.
  • Page 183 : Jean Chandos, Saint-Savin, Chauvigny, Lussac, Thomas de Percy.
  • Page 185 : Guillaume VII Larchevêque nommé gouverneur du Poitou par le prince de Galles. Charroux. 1370.
  • Page 186 : Cognac. Limoges. 1370. Le duc de Lancastre. Montpaon.
  • Page 187 : Pontvallain. Bressuire. 1371. Robert Knolles, Parthenay, Olivier de Clisson. Page 188 : Moncontour, août 1371.
  • Page 189 : Le duc de Lancastre quitte Bordeaux fin septembre 1371. Bertrand du Guesclin, 1372, en Poitou et Limousin.
  • Page 190 : Bertrand du Guesclin à Poitiers. Thouars. Niort, juin 1372.
  • Page 193 : Guillaume VII Larchevêque rend hommage à Charles V. Chizé, 21 mars 1373.
  • Page 194 : Trêve de Bruges. page 201 : Guillaume VII Larchevêque meurt le 17 mai 1401.
  • Page 399 : Table des matières.

 L’expansion du comté de Provence vers le Nord sous les premiers Angevins 1246 a 1343.pdf Gerault d’Armagnac. P. Poindron. 1968.

 Les forteresses comtales de Provence du règne de Charles Ier d’Anjou à la fin de la guerre de l’Union d’Aix (1246-1388). In : Archeologia dei castelli nell’Europa angioina (secoli XIII-XV). A cura di Paolo Peduto. Alfredo Maria Santoro. Salerno, 2011. Alain Venturini.

 L’Université de Perpignan au Moyen Âge. L’Université de Perpignan. L’une des plus anciennes universités d’Europe. Jean Sagnes et Paul Carmignani dir., Fondation UPVD-PUP, 2013, p. 11-69. Aymat Catafau.

 La création de l’université de Grenoble en 1339. Anne Lemonde. Université Pierre Mendès-France. Grenoble II. 2007.

 Le Dauphiné Anne Lemonde. NB : cet article est la version préliminaire de celui qui est paru dans Nouvelle Histoire du Dauphiné, R. Favier (dir.), Grenoble, Glénat, 2007, p. 65-77. LE DAUPHINE DEVIENT FRANÇAIS. 1282-FIN DU 15 E SIECLE. À regarder les choses de très loin, on est tenté de retracer l’histoire du Dauphiné de la fin du Moyen Âge en forme de téléologie, à la manière des manuels scolaires de la III e.

 Le premier testament d’Humbert II (1347). Anne Lemonde. 2009. Anne Lemonde est maître de conférences d’histoire médiévale à l’ Université Pierre Mendès-France de Grenoble.

 Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France (1349-1408), Grenoble, 2002 dans Revue historique, 633 (janvier 2005), p. 162-165. Anne Lemonde. Laurent Ripart.

 Les violences antijuives en Dauphiné en 1348. Des stéréotypes de persécutions aux enjeux locaux. Florent Pouvreau. Centre de Recherche en Histoire de l’Art, Italie et Pays Alpins (CRIHPA),université Pierre-Mendès-France.

 Autour du transport du Dauphiné à la France-1349. Anne Lemonde. NB : cet article a été publié sous une forme légèrement remaniée dans Annexer ? Les déplacements de frontières à la fin du Moyen Âge, P. Savy et S. Péquignot (dir.), Rennes, PUR, 2016, p. 115-139.

 Le dauphin Guigues VIII et la France. La mystérieuse bague du dauphin Guigues VIII. Un joyau médiéval. Anne Lemonde. Musée de l’Ancien Évêché de Grenoble. Conservation du Patrimoine de l’Isère. Exposition de 2018.

 Bourgogne. Les enceintes de Chalon-sur-Saône. Manon Descombes. Université Lumière. Lyon 2. Études et restitutions en 3D. UFR Histoire de l’art et Archéologie. Master 2 patrimoine architectural et urbain. Année universitaire 2015-2016. Grandes Compagnies -1362-1365-page 65.

 Le Bourbonnais de la préhistoire à nos jours.

 Le Berry. Châteaux et fortifications du sud-ouest du Berry dans la guerre de Cent Ans", Revue de l’Académie du Centre, 2015, p. 12-27. Armelle Querrien.

 La Normandieau XIVe siècle, 1380 ... Raoul de Rayneval . 1836. 216 pages.

- La Normandie. Remparts disparus ou/et préservés de Normandie. Plusieurs centaines de sites sont visités et commentés par l’auteur.

 Le Mans. Les vitraux du bras nord du transept de la cathédrale du Mans et les relations franco-anglaises à la fin de la guerre de Cent Ans. Françoise Gatouillat. Bulletin Monumental Année 2003 161-4 pp. 307-324. § La baie orientale : Olivier de Clisson, Bertrand du Guesclin, Louis II de Bourbon, Charles de Blois, Jeanne de Laval.

 Le Cotentin. Châteaux et fortifications du Clos du Cotentin à l’époque de la guerre de Cent ans.

 L’Alsace. Enceintes urbaines en moyenne Alsace (1200-1850). Thèse en histoire et archéologie, médiévale et moderne, réalisée sous la direction de Georges Bischoff et Jean-Jacques Schwien. 2015. Vuillemin Adrien. L’Alsace fait partie du Saint-Empire romain germanique depuis 962 et le couronnement d’Otton le Grand.

 1358. La Jacqueriefut elle un mouvement paysan ? Cazelles, Raymond. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Année 1978. 122-3 pp. 654-666.

 Peuple et élites :stratégies sociales et manipulations politiques dans les révoltes paysannes (France, XIVe-XVe siècle).
P. Depreux (éd), Révolte et statut social de l’Antiquité tardive aux Temps modernes, p. 213-228, 2008. Vincent Challet. Jacquerie. Etienne Marcel.

 Communautés rurales et pouvoirs princiers dans le sud-est de la France (XIIIe-XVe siècles). Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge (MFERM), n°123-2, Rome 2011, p. 334-343. Fabrice Mouthon.

Les hommes

 Personnalités bretonnes du XIVe siècle.

 Histoire de Charles V. Roland Delachenal. Vol. 2 : 1358-1364, Paris, Librairie Alphonse Picard et fils, 1909 (ii), 494 p., in-8°. Page 447 : Table des matières. Page 456 : Table alphabétique. Page 460 : Bertrand du Guesclin.°.

 Le règne de Charles V. R. Delachenal. Histoire de Charles V. Tome III (1364-1368), 1916 ; Tome IV (1368-1377), 1928 ; Tome V (1377-1380), 1931. Alfred Coville. Journal des Savants Année. 1933. 3. pp. 97-107.

 Histoire de Charles V. R. Delachenal. Paris, Auguste Picard, 1928 et 1931, t. IV (1368-1377) et t. V (1377-1380). Viard Jules. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1932-93. pp. 360-363.

 Charles V et Charles de Navarre. Un aspect du conflit entre Charles V et Charles de Navarre : Le noyautage du Clos de Cotentin par le Roi de France. 1365-1378. Anne Vallez. Annales de Normandie. Année 1982. 1-2 pp. 533-548. Fait partie d’un numéro thématique : Recueil d’études offert en hommage au doyen Michel de Boüard Volume II.

 France et Navarre. Relations entre les cours de France et de Navarre en 1376-1377. Philippe Charon. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1992. 150-1 pp. 85-108.

 Charles V le Sage. Françoise Autrand. Boureau Alain. Annales. Année 1995. 50-3 pp. 612-614.

 Charles V. Le roi lettré. Jannine Quillet. Perrin. 05/04/2002.

 Charles V le Sage. Cercle Culturel Royal. Nombreuses biographies.

 Charles de Navarre. Empoisonneuses et empoisonneurs, empoisonné(e)s célèbres.

 Louis d’Anjou. Partisans et adversaires de Louis d’Anjou pendant la guerre de l’Union d’Aix. Geneviève Xhayet. Pages 403 à 427.

 Des Bretons à la cour de Bourgogne sous les deux premiers ducs de la Maison de Valois (du milieu du XIVe au début du XVe siècle). Bertrand Schnerb. Presses universitaires de Rennes, 2008.

 Louis II de Bourbon. La guerre de Cent Ans et le prince chevalier, le « Bon Duc » Louis II de Bourbon (1337-1410). Tome 1 : Règnes de Jean le Bon et de Charles V. Tome 2 : Règne de Charles VI. Olivier Troubat. Gautier Marc-Édouard . Bibliothèque de l’École des chartes Année 2006 164-2 pp. 626-628.

 L’art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes ..., Volume 12. De Maur-François Dantine, Charles Clémencet (dom), François Clément (dom), Ursin Durant, Saint-Allais (Nicolas Viton, M. de), Maurists. rue de la Vrillière, no. 10, pres̀ la banque. Valade, imprimeur du roi, rue Coquillière, 1818.

  • Page 25 : 1306, Jean 1er, seigneur de Montmorency.
  • Page 175 : Robert de France, comte de Clermont.
  • Page 204 : 1285, Charles 2ème fils de Philippe le Hardi devient comte de Valois.
  • Page 235 : 1311, Enguerand V de Couci.
  • Page 264 : 1297, Hugues de Nesle, comte de Soissons. 1306 : Marguerite et Jean de Hainaut.
  • Page 290 : Jean V, comte de Rouci.
  • Page 374 : Robert d’Artois.
  • Page 375 : 1347, Philippe de Rouvre.
  • Page 393 : 1292, Gui IV , comte de Saint-Pol.
  • Page 425 : 1293, Jeanne de Guines et Jean de Brienne.
  • Page 436 : 1302, Jean II, comte d’Aumale.
  • Page 457 : Jean de Brienne II, comte d’Eu.
  • Page 474 : 1307, Louis de France, comte d’Evreux.
  • Page 499 : 1271, Jean V, comte de Vendôme.
  • Page 533 : Table des matières.

 Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans - présentation des actes du colloque, 29 mars 2016. Ausonius Éditions. Présentation des actes du colloque en hommage à Jonathan Sumption par Frédéric Boutoulle, Françoise Lainé et Guilhem Pépin.

 Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans. Michael C E Jones. Ausonius Editions ; S. Vincent. Frédéric Boutoulle, Françoise Lainé et Guilhem Pépin.

 Les compagnies d’aventure en France. Gerault d’Armagnac. Philippe Contamine. Les compagnies d’aventure en France pendant la Guerre de Cent Ans, pp. 365-396. Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen-Âge, Temps modernes T. 87, N°2. 1975.

 Seguin de Badefol. 1357-1358. Jean Maubourguet. Pages 139 à 157. Arnaud de Cervole en Provence. Robert Knolles. Eustache d’Auberchicourt. Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord. 1938.

 Seguin de Badefol. 1361-1362. Jean Maubourguet. Pages 215à 229. Bérard d’Albret. Arnoul d’Audrehem. Henri de Trastamarre. Jean de Melun. Jacques de Bourbon. Arnaud de Cervole. Petit Meschin. Perrin Boias. Bataille de Brignais. Robert de Fiennes.

 Seguin de Badefol. 1363-1364. Jean Maubourguet. Pages 293 à 316. Brioude, 13 septembre 1363-21 mai 1364. Saint-Flour. Bertrucat d’Albret. Murat. Le Puy. Riom. Anse, 1364-13 septembre 1365. Charles II de Navarre. Lyon, octobre 1364. Louis Roubaud. Croisade en Hongrie. 1365, Bertrand du Guesclin et l’Espagne. Mort de Seguin de Badefol, 1365.

 La Provence. Les mercenaires et les routiers actifs durant la guerre civile de Provence (1383-1388) 2016. Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans. Hommage à Jonathan Sumption, (dir.) Guilhem Pépin, Françoise Lainé, Frédéric Boutoulle. Bordeaux. Germain Butaud.

 Le Midi. Villages en guerre : les communautés de défense dans le Midi pendant la guerre de Cent Ans. Archéologie du Midi Médiéval, t. 25, p. 111-122, 2007. Vincent Challet.

 Les papes. De Clément V à Clément VII. L’art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens monuments, depuis la naissance de Notre-Seigneur. Tome 3 / , par le moyen d’une table chronologique... Par un religieux de la congrégation de Saint-Maur, réimprimé... et continué... par M. de Saint-Allais. Clément, François (1714-1793). Clémencet, Charles (1703-1778). Viton de Saint-Allais, Nicolas (1773-1842). 1818-1819. Congrégation de Saint-Maur. Bibliothèque nationale de France. Page 380 à 395.

- Des personnages.

 Biographies succinctes.

 Jean Ier Le Meingre, dit Boucicaut, maréchal de France. Denis Lalande. Bulletin de la Société archéologique de Touraine Société archéologique de Touraine. 1988. Pages 177 à 201.

  • Page 178 : 1345-1347, il accompagne Humbert II de Viennois en croisade, Smyrne. 1349, il est en Poitou, il est battu et prisonnier à Lunalonge.
  • Page 179 : Saint-Jean-d’Angély, prisonnier, Taillebourg. 8 juin 1351, capitaine de Lusignan.
  • Page 180 : 30 mai 1354, nommé sénéchal de Toulouse et de l’Albigeois. 1355-1356, dans le Languedoc. 8 juin 1356, Jean nommé comte de Poitiers, futur Jean de Berry. Page 187 : Boucicaut et Bertrand du Guesclin. Cocherel.

 Les évêques de Mende. Extraits de Ph. MAURICE, « Fasti Ecclesiae Gallicanae – diocèse de Mende », Turnhout, Brepols, 2004.

 Les châteaux de l’évêque de Mende dans la vallée du Lot en Gévaudan (XIV-XIVe siècles). Archéologie du Midi médiéval. 1993. Isabelle Darnas.

 Jean de Tournemire [Johannes de Tomamira), fait partie de cette pléiade de brillants praticiens dont s’honore la vieille Faculté de médecine de Montpellier. § 89. JEAN DE TOURNEMIRE . (JOHANNES DE TORNAMIRA) 1329-1396. Petrus de Alesto, médecin du pape Clément V (1303-1314). Hugo de Montebufferio était vice-chancelier en 1339. Guy de Chauliac.

Les institutions

 Le roi, les légistes et le parlement de Paris aux XIVe et XVe siècles : contradictions dans la perception du pouvoir de « faire loy » ? Sophie Petit-Renaud. Université de Picardie-Jules Verne (Amiens). CRMH. © Cahiers de recherches médiévales et humanistes. §2 : Les choses sont encore plus claires dans le Songe du vergier (1378), parfaite expression de la doctrine royale. Son auteur, Évrard de Trémaugon, martèle le droit du roi de « faire loys et constitucions » qui lient les sujets, d’« adjouter aux dittes loys ou lez diminusier ou en tout revoquier et rappeler, ainssi le roy puet faire loys ou constitucions toutes novellez entre sez subjés »10. § 3 : Nicole Oresme. § 5-6-7-14-20-21-24 : Philippe VI et Jean II. § 17-18 : 1341, la gabelle. §22 : Charles V et Sens. §35 : Guillaume de Dormans.

 Lettres communes de Jean XXII (1316-1334) : la collation des bénéfices ecclésiastiques à l’époque des papes d’Avignon (1305-1378). G. MOLLAT.PROFESSEUR A L UNIVERSITE DE STRASBOURG. 1921. Les différentes fonctions dans l’église. Les collateurs. Les mandats de provision. La résignation. Les grâces expectatives. La commende. Les relations entre les papes, les rois et les princes d’Europe.

 La Fiscalité pontificale en France au XIVe siècle : période d’Avignon et grand schisme d’occident". Par Cii. Samahan et G. Mollat. 1905. Le camérier. Le Trésorier. Les décimes. Les taxes. Philippe VI. Jean II. Urbain V. Charles V. Les annates. Les procurations. Le droit de dépouille. Le subside caritatif. Les cens. Les vacants. Les circonscriptions financières. Le collecteur. https://archive.org/stream/lafiscalitpont00sama/lafiscalitpont00sama_djvu.txt

 Les institutions militaires Institutions militaires de la France avant les armées permanentes ; suivies d’un Aperçu des principaux changements survenus jusqu’à nos jours dans la formation de l’armée ([Reprod. en fac-sim.]). Edgard Boutaric. Page 240 et suivantes.

 Le Blason d’après les sceaux du Moyen Âge. Par M. G. Demay. 1877. Bertrand du Guesclin, 1365, d’une tête d’aigle dans un vol.

Le parler

 Glossaire du français du 14ème siècle, dans les Chroniques de Froissart.

 L’usage du français dans les archives de la Bretagne médiévale. Michael C E Jones.

La monnaie

 Les monnaies d’or de la guerre de cent ans (1337-1475) Le territoire guyennois de l’Aquitaine, l’enjeu principal de la guerre de Cent ans. Isabelle Lerquet.

L’Espagne

 Bertrand Du Guesclin et les murailles de Barcelone. Domitia, XIII (2014), pp. 107-120. P. Claverie. CRHiSM. Université de Perpignan. Via Domitia. Domitia est la revue du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes.

 La donation du duché de Molina à Bertrand du Guesclin. Bibliothèque numérique de l’Ecole nationale des chartes. Morel-Fatio, Alfred (1850-1924).

 La donation du duché de Molina à Bertrand Du Guesclin. Alfred Morel-Fatio. Bibliothèque de l’École des chartes. Année 1899. 60 pp. 145-176.

 La Guerra Castellano-Aragonesa (1356 – 1365).

 Histoire de Don Pèdre Ier, roi de Castille.

 Pierre Ier de Castille. Une image de la violence d’État française. La mort de Pierre Ier de Castille. Violences souveraines au Moyen Âge. Foronda François. Travaux d’une école historique, dir. F. Foronda, Ch. Barralis et B. Sère, Paris, Puf, 2010, pp. 249-259 + annexe iconographique.

 Blanche de Bourbon. Issue de la maison capétienne, elle épouse par procuration le 9 juillet 1352 en l’abbaye de Preuilly et en personne le 3 juin 1353 en l’église de Santa María la Grande à Valladolid Pierre ( Pedro ) I, dit Le Cruel.

 L’ordre castillan de l’ Écharpe (Banda). Georges Daumet. Bulletin hispanique Année 1923. 25-1. Pages 5 à 32. Ordre créé par Alphonse XI en 1330. Les statuts de l’Ordre. Pages 14-15. Pierre 1er de Castille et Henri de Trastamarre, mai 1353. Bertrand du Guesclin. Najera. Louis 1er de Bourbon en Espagne en 1375.

Des sources sur des sites Internet d’associations

 L’Encyclopédie de Brocéliande. 35380. Paimpont.

 SAHPL. Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Lorient. Morbihan.

 SHAB. Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne. 35000. Rennes. Plusieurs liens avec d’autres associations.

 Société Polymathique du Morbihan. 56000. Vannes.

 Le CERAPAR. 35. Pacé. Tendance préhistoire, néolithique, mais aussi Moyen Âge.

Divers

 Bandes dessinées et illustrations.

 Collection de Gwen.

 Images de Du Guesclin.