aller au contenu

1335. Bertrand du Guesclin a 15 ans

Couronnement de Benoit XII. Naissance de Tiphaine Raguenel.

1335

Le 24 janvier, Guillaume de Sainte-Maure décède

Doyen du chapitre de Tours, il est dans les années 1320 au service du comte Philippe de Valois. En 1328, le comte de Valois devient le roi Philippe VI et Guillaume de Sainte-Maure profite de son ascension en devenant Maître des requêtes. En 1329, il est nommé Chancelier de France et principal conseiller du roi. Il joue un grand rôle diplomatique et conclut en 1331 des accords de paix avec l’Angleterre. 1

Après la mort du Chancelier, Miles de Noyers s’affirme peu à peu comme le principal conseiller de Philippe VI de Valois, dit le « roi trouvé » et le dirigeant de la diplomatie du royaume. 2

Le 29 novembre, Martin des Essars décède

Ce bourgeois normand devient maire de Rouen en 1310. C’est un des conseillers de Philippe IV le Bel. Sous Louis X le Hutin, il est Maître d’hôtel du roi. Sous Philippe V, il est Maître à la Chambre des comptes. Au cours du règne de Charles IV, il est avec Jean Billouart, l’un des deux Maîtres bourgeois de la Chambre. Il est conseiller de Philippe VI de Valois. De 1331 à 1335, il est l’un des hommes-clé du gouvernement royal, alors dominé par l’équipe du Chancelier Guillaume de Sainte-Maure. Avec le trésorier Pierre Forget, il a la haute main sur la Chambre des Comptes.

La disette s’installe en Languedoc jusqu’à fin 1337

Humbert II crée l’Ordre chevaleresque de Sainte-Catherine

Il est Dauphin de Viennois.

Raoul de Brienne commande l’armée française en Écosse

Raoul Ier de Brienne est le fils de Jean III de Brienne, et de Jeanne de Guînes, comte d’Eu et de Guînes, connétable de France.

Raoul de Brienne mène une politique étrangère indépendante. Il commande l’armée française en Écosse en 1335 en tant que capitaine général engagé par contrat et non comme l’obligé du roi.

Raoul Ier de Brienne trouve la mort au cours d’un tournoi donné en l’honneur du mariage de Philippe d’Orléans et de Blanche de France. Il meurt le 19 janvier 1345.

Alain Gontier décède

Alain Gontier est originaire de Cornouaille, c’est un prélat breton du 14ème siècle qui est successivement évêque de Saint-Malo puis évêque de Cornouaille. Professeur de théologie à l’Université de Paris, grand maître du Collège de Navarre, il est aussi membre du chapitre de chanoines de Nantes. Il est nommé évêque de Saint-Malo le 2 mars 1317, consacré le 1er juin, il fait sa soumission à la chambre apostolique en cette qualité le 17 juin 1317.

A sa demande par deux bulles apostoliques du 27 octobre 1319 le Pape Jean XXII sécularise le chapitre de Chanoines de la cathédrale le dernier qui existe en Bretagne.

Pour revenir dans sa région natale il permute son siège avec Ives Le Prévôt de Bois Boëssel, évêque de Quimper le 22 janvier 1333. Il fait sa soumission le 10 juillet 1333. Il meurt deux ans plus tard. 3

Quimper. 29
Quimper. 29. La cathédrale Saint Corentin. Photo : 29/04/2017. info credit René Barrat

Tiphaine Raguenel naît vers 1335

C’est la fille de Robin III Raguenel, seigneur de Châtel-Oger, et de Jeanne de Dinan, vicomtesse de La Bellière. 4 Elle épouse Bertrand du Guesclin vers 1363. 5

Le 8 janvier, Benoit XII est couronné pape

À peine désigné par le Collège des cardinaux, le 23 décembre 1334, il condamne spirituels et fraticelles. Après avoir choisi le nom de Benoît XII en l’honneur du patron de l’Ordre des Cisterciens dont il est issu, le nouveau pape est couronné, en l’église des dominicains d’Avignon, le 8 janvier 1335, par le cardinal Napoléon Orsini, qui a déjà couronné les deux papes précédents. 6

Le 13 janvier, il commence à s’atteler à la réforme de l’administration pontificale et charge Jean de Cojardan, son trésorier, de réformer la Curie. Puis il entreprend celle des Ordres monastiques, la discipline et la ferveur dans les différents ordres religieux s’étant relâchées.

Le 12 juillet 1335, le pontife séjourne au palais des papes de Sorgues 7 et date de Pont-de-Sorgues sa bulle Fulgens sicut stella qui oblige les moines à pratiquer pauvreté, mortification et travail manuel.

L’Ordre qui attire le plus son attention est celui de Cîteaux, objet de différentes réformes sans grand succès. Benoît XII impose une réforme plus efficace par la bulle Summi magistri dignatis du 20 juin 1336, dont le principe est de regrouper les différentes abbayes en un certain nombre de provinces, et de les soumettre à une discipline commune. Cette bulle dite « bénédictine » n’a pas tout l’effet souhaité. 8