aller au contenu

1341. Bertrand du Guesclin a 21 ans

Début de la Guerre de Succession de Bretagne. Jean III, duc de Bretagne, a 58 ans. Jean II de Montfort a 47 ans. Jean, duc de Normandie, a 22 ans.

Jean III, duc de Bretagne, décède

Il est né le 8 mars 1286 à Châteauceaux, actuel Champtoceaux, en Maine-et-Loire. Il est le fils d’Arthur II de Bretagne et de Marie de Limoges, vicomtesse de Limoges, sa première épouse. Il est duc de Bretagne depuis 1312, et comte de Richmond depuis 1334. Son long règne de près de trente ans est pour le duché de Bretagne une période de paix et de prospérité.

Champtoceaux. 49
Champtoceaux. 49. Entrée de la forteresse de Foulque Nerra. Photo : 27/02/2016.

Après la Trêve d’Esplechin-sur-Escaut, conclue entre la France et l’Angleterre le 25 septembre 1340 et qui inclut la Bretagne, le duc Jean III accompagne le roi Philippe VI de Valois et passe l’hiver avec lui jusqu’à Pâques 1341. En chemin vers son duché, il meurt à Caen le 30 avril 1341.

Mort de Jean III le Bon
Mort de Jean III le Bon. Transport du tombeau de Jean III le Bon, duc de Bretagne. Grandes Chroniques de France de Jean Froissart.

Le duc Jean III de Bretagne meurt sans descendance malgré trois mariages, avec Isabelle de Valois, Isabelle de Castille et Jeanne de Savoie.

Jean III ne laisse qu’un fils illégitime : Jean le « Bastard nostre fils » nommé seigneur de Rosporden en 1334. Mais doté comme héritier présomptif, d’un demi-frère honnis, Jean de Bretagne, dit Jean de Montfort le fils de sa marâtre haïe, Jean III est tenté de léguer à sa mort le duché de Bretagne au domaine royal. 1

Le duc Jean III est inhumé par les soins de Guy X de Laval aux Carmes de Ploërmel près de son père et de son grand-père. Son tombeau se trouve depuis 1821 à l’église Saint-Armel de Ploërmel, Morbihan. 2

Obsèques de Jean III le Bon
Obsèques de Jean III le Bon. Source : Wikimedia Commons.
Ploërmel. 56
Ploërmel. 56. Jean II et Jean III, ducs de Bretagne. Photo : 30/09/2017.

Après les obsèques de Jean III, Charles de Blois regagne la cour de France et Jean de Montfort retourne sur son domaine breton de Guérande.

Jean de Montfort, comte de Montfort-l’Amaury, est le demi-frère du défunt duc. C’est fils du second mariage d’Arthur II de Bretagne avec Yolande de Dreux, comtesse de Montfort-l’Amaury.

Jean III préfère sa nièce Jeanne de Penthièvre à son demi-frère Jean de Monfort, car il est en conflit avec sa belle-mère, Yolande de Dreux. Jeanne de Penthièvre s’estime héritière des droits de son défunt père Guy de Penthièvre, frère du duc Jean III.

Jean de Monfort et Jeanne de Penthièvre se portent candidats

Jean de Monfort, comte de Montfort-l’Amaury, est prétendant à la succession ainsi que Jeanne de Penthièvre, épouse de Charles de Blois depuis 1337. Charles de Blois est le neveu du roi de France Philippe VI de Valois. Le roi est, bien sûr, favorable à son neveu et reçoit son hommage.

Jean de Montfort s’empare du duché de Bretagne

Jean de Montfort s’empare du trésor du duc Jean III à Limoges. 3 En mai, Jean de Montfort entre dans Nantes, capitale ducale, et s’y fait reconnaître duc de Bretagne, par une assemblée composée de députés des villes et de petits seigneurs, mais boudée par les grands vassaux, à l’exception d’Hervé VII de Léon. 4

Jean de Montfort à Nantes
Jean de Montfort à Nantes. Les Nantais rendent hommage à Jean de Montfort, Chroniques de Jean Froissart, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Mi-mai : siège et prise de Rennes par Charles de Blois. Bertrand Du Guesclin commence sa carrière militaire au service de Charles de Blois.

En juin-juillet, Jean de Montfort effectue une grande chevauchée dans le duché pour s’assurer le contrôle des places fortes, Rennes, Malestroit, Vannes, Pontivy, Hennebont, Quimperlé, La Roche-Piriou, Quimper, Brest, Saint-Brieuc, Dinan et Mauron, avant de rentrer à Nantes. 5 Il prend le contrôle d’une vingtaine de villes. 6

Philippe VI convoque son Parlement en assemblée extraordinaire

En juillet 1341, les pairs ecclésiastiques et laïques sont réunis à Conflans 7 Une Commission, présidée par les évêques de Noyon et de Langres, se rend en Bretagne pour étudier sur place les us et coutumes du pays. L’arrêt final, après avoir entendu les avocats des deux parties, est rendu le 7 septembre 1341. Le droit de représentation fait loi en Bretagne, Jeanne de Penthièvre, fille du frère aîné de Jean III, hérite de son oncle, donc, par elle, Charles de Blois est duc de Bretagne. 8

La guerre de Succession de Bretagne commence

Elle va durer jusqu’en 1364. Ce conflit est aussi appelé « guerre des deux Jeanne », du nom des deux duchesses en compétition, Jeanne de Penthièvre et Jeanne de Flandre, l’épouse de Jean de Montfort.

Jean, duc de Normandie, entre en Bretagne

Il faut mettre Charles de Blois en possession du duché. Le roi de France, Philippe VI de Valois, convoque une armée de 7000 hommes 9 renforcée de mercenaires génois à Angers pour le 26 septembre 1341. 10

Fin septembre, à la demande de Charles de Blois, Jean de Normandie, fils du roi Philippe VI de France, envahit la Bretagne avec 5000 hommes. Le duc de Normandie est accompagné de Miles de Noyer, du duc de Bourgogne et de Charles de Blois. L’armée quitte Angers début octobre, attaque Jean de Montfort à L’Humeau, enlève la forteresse de Champtoceaux qui, sur la rive gauche de la Loire, verrouille l’accès de Nantes, puis assiège Nantes où il s’est réfugié. Édouard III vient de prolonger la trêve d’Espléchin et ne peut intervenir. La ville capitule au bout d’une semaine, 11 début novembre. Jean de Montfort est fait prisonnier. 12

Champtoceaux. 49
Champtoceaux. 49. Photo : 18/04/2007.

Nantes est reprise le 21 novembre 1341 après trois semaines de siège. Jean de Montfort est emmené dans une prison du Louvre à Paris. Malgré le changement de camp d’Hervé VII de Léon, l’épouse de Montfort Jeanne, continue la lutte armée soutenue par ses partisans. 13

Hervé VII de Léon défend Nantes, il subit les reproches de Jean de Montfort après une sortie désastreuse qui se solde par la mort de nombreux chevaliers bretons. Cette attitude de Jean de Montfort est à l’origine du revirement d’Hervé VII de Léon pour le parti de Charles de Blois.

Nantes. Jean de Montfort se rend sur parole au fils du roi de France le 21 novembre et lui remet sa capitale. Il reçoit un sauf-conduit pour se rendre à Paris pour plaider sa cause mais il y est arrêté et incarcéré au Louvre en décembre 1341. Privé de son chef et du soutien des grandes familles bretonnes, le parti monfortiste devait s’effondrer. Avec l’hiver le duc de Normandie achève la campagne sans avoir annihilé les derniers obstacles : pensant avoir réglé l’affaire en s’assurant de la personne de Jean de Montfort, il rentre à Paris. C’est compter sans Jeanne de Flandre, épouse de Jean de Montfort, qui ranime la flamme de la résistance et rallie ses partisans à Vannes. 14

Le maréchal Robert Bertrand de Bricquebec, Manche, fait partie de l’expédition et devient, par ordonnance royale, « Lieutenant ès parties de Bretagne » avec les pleins pouvoirs. 15

Redon est prise au nom de Charles de Blois par le duc de Normandie. Jean de Tréal, 16 embrasse le parti de Charles de Blois et fait entourer la ville de murailles. 17

En fin d’année, Jean de Montfort est emprisonné au Louvre

Jeanne de Flandre, son épouse, se met à l’abri des remparts de la forteresse de Brest, chef-lieu des comtes du Léon. Elle dépêche un émissaire auprès d’Édouard III pour passer alliance. En août 1342, les Anglais s’installent donc au château en profitant des désordres politiques.

Comment réagit Bertrand du Guesclin

Alors que Jean de Montfort fait son tour de Bretagne, que fait Bertrand du Guesclin ? Les discussions et préparations des seigneurs qui soutiennent Jeanne de Penthièvre et Charles de Blois doivent avoir bon train. Est-ce que Bertrand du Guesclin intervient immédiatement contre Jean de Montfort ?

Vers 1341, Fraslin de Husson, Manche, épouse une sœur de Bertrand du Guesclin. 18

Geoffroy de Malestroit défend Auray pour Charles de Blois en 1341, puis se rallie à Jean de Montfort. Il est décapité à Paris en 1343. 19

Le château de la Hunaudaie, Ille-et-Vilaine, construit en 1220, est le lieu de nombreux combats de1341 à 1364.

Lamballe, Côtes-d’Armor, capitale du comté de Penthièvre, de 1134 à 1420 va subir de nombreux combats de 1341 à 1364.

Les premiers remparts de Guingamp, Côtes-d’Armor, sont édifiés sur ordre de Charles de Blois afin de remplacer les anciennes fortifications en bois. Le gouverneur de Guingamp prend parti pour Jean de Montfort.

La Bretagne a eu les Plantagenêt comme suzerain au 12ème siècle et le duché est proche culturellement d’une partie des Îles britanniques. Il fait partie de la sphère d’influence économique de l’Angleterre, à laquelle elle fournit du sel.

Guérande est une ville productrice de sel. En 1341, lors de l’institution de la gabelle, impôt sur le commerce du sel, elle bénéficie d’une exemption. Le commerce du sel en Bretagne et vers le Nord de la France (pour la salaison du poisson, notamment vers Boulogne-sur-Mer), ainsi que l’Europe du Nord, permet l’essor économique de la région guérandaise. Mais l’ensablement inexorable du Traict et l’augmentation du tonnage des navires entraîne, à partir du XIVe siècle, le déplacement des activités portuaires vers Le Croisic et Le Pouliguen. Un acte daté du 26 décembre 1332 indique que Guerrande, Baas, Saillé appartiennent à Jean de Bretagne, comte de Montfort. C’est un bien qui lui vient de sa mère Yolande de Dreux, comtesse de Montfort l’Amaury, descendante de Pierre Mauclerc, et c’est le seul qu’il possède alors dans le Duché de Bretagne. La Ville, suivie par une vingtaine d’autres places fortes bretonnes, prend le parti de Jean de Montfort ; cette loyauté, confirmée jusqu’à la fin de la guerre, explique l’attachement que les ducs de Bretagne de la dynastie de Montfort montreront pour la région guérandaise. 20

Quimperlé ouvre ses portes à Jean de Montfort et apporte son soutien aux Montfortistes et à leurs alliés anglais.

Pierre VI de Rostrenen, seigneur de Rostrenen, (vers 1320 † après le 2 septembre 1419), comme son père il embrasse en 1341 la cause de Charles de Blois, il ratifie en 1352 l’ambassade envoyée en Angleterre. On le trouve comme chevalier banneret, au premier poste dans l’armée de Bertrand du Guesclin, dont il est l’un des plus fidèles aides, il sera présent lorsque ce dernier reçoit l’épée de connétable de France le 2 octobre 1370. Valeureux chevalier, il combat à la bataille de Chizé le 21 mars 1373, au siège de La Rochelle le 15 août 1372 et au siège de Brest en 1373. Banneret dans la revue de Clisson à la bastide de Saint-Goueznou, le 1er mai 1379, il suit le Connétable de Clisson jusqu’en 1380. 21

Guy X de Laval, baron de Vitré, bien que beau-frère de Jean de Montfort, soutient Charles de Blois. 22

Jehan Ier de Rieux, époux d’ Isabeau de Clisson, décédée le 5 avril, choisit le parti de Charles de Blois, il reçoit en 1350 le gouvernement de Redon.

Guillaume II de Rochefort, suit Charles de Blois.

Jacques Ier de Bourbon, comte de la Marche et de Ponthieu, combat en 1341 et 1342 pour Charles de Blois. Il a 20 ans.

Naissance de Jean de Vienne. Jean de Vienne nait à Roulans, dans le Doubs, vers 1341. Il est à la bataille de Brignais en 1362, où il est fait chevalier. Il participe à la bataille de Cocherel aux côtés de Bertrand du Guesclin en 1364. En 1373, le roi de France, Charles V le nomme amiral de France et il réorganise la marine. C’est un fidèle compagnon de Bertrand du Guesclin. 23