aller au contenu

De Neuvéglise à Monteneuf, puis Lançon-Provence

12 mai 2015

Neuvéglise (15), départ 7h.

Ce matin, vers 6 heures, Sophie m’informe que Catherine a fait un « petit AVC » à Rennes. Mais manquant de places, ils l’ont conduite à Ploërmel. Je décide de rentrer en Bretagne. Je quitte l’hôtel sans payer, je laisse un mot d’explication.

La fin de la balade, au revoir
La fin de la balade, au revoir.

La randonnée itinérante s’arrête ici à Neuvéglise, en réalité à Valuéjols, puisqu’entre les deux, c’est en voiture que j’étais. Un peu de déception mais je reviendrais finir. De Neuvéglise à Châteauneuf-de-Randon il y a environ 100 kilomètres, soit 3 étapes, Chaudes-Aigues, Aumont-Aubrac, Javols. A 7 heures, je quitte l’hôtel sans payer, je laisse un bref mot d’explication.

Saint-Flour, vue de la gare
Saint-Flour, vue de la gare.

Je fais de l’auto-stop pour Saint-Flour. Un monsieur très sympathique conduit son fils à l’école, il le dépose et ensuite m’achemine devant la gare. Un grand merci beaucoup. Je suis à la gare à 8 heures. Je préviens Charly que je n’irais pas à pied jusqu’à Lançon-Provence. Plus de train à la gare mais un car. Il part pour Clermont-Ferrand à 8h35. A Clermont-Ferrand je prends un train pour Paris, gare de Lyon puis Montparnasse-Rennes. Changement de gare en taxi. Je dois arriver vers 17 heures. A Rennes, Sophie m’attend, elle me conduit en voiture à l’hôpital de Ploërmel. Il est 18 heures, Catherine est surprise de me voir, elle va bien. Ma tête barbue la faire rire, cependant je m’engage à me raser rapidement. Rude journée.

Une barbe de 22 jours
Une barbe de 22 jours.

Fin...provisoire...de la balade. Salut Bertrand. Désolé de te quitter. Une urgence. A bientôt.

J’ai manuscrit ces pages chaque jour, le soir, spontanément, en vrac, sans lien, accidentées, comme le parcours, au fil de l’eau, bien que l’expression ne soit pas adaptée. Plutôt au fil de la route et des étapes. A la relecture, je constate des phrases bancales, des redites, des répétitions de mots, des lourdeurs. Enfin bref, c’est un cahier de notes, un carnet de route, pour ne pas perdre la mémoire de ce périple. Il n’a pas d’ambition littéraire, ni photographique, ou de message à faire passer. Quelques blagues un peu lourdes ou de mauvais goût. C’est le mien ! Excusez l’auteur, c’est le marcheur qui écrit les évènements tels qu’ils arrivent dans sa tête, ses pieds, sans suite, en sautant du coq à l’âne, quelquefois sans cohérence, qui est le coupable. Découvertes inoubliables, belles rencontres éphémères et mémorables, expérience de relations humaines...mes délires, bel exercice. Un petit regret, trop de confort en hôtel et chambre d’hôtes, pas suffisamment de hamac, plus apporteur de belles étoiles, de dénuement et d’imprévisible. Mais moins de contacts. Jamais satisfait.

Pour les photos, les conditions climatiques n’étaient pas toujours optimales, loin de là dans certains cas. Trop de voitures proches des monuments et pas la bonne lumière, la pluie, la bruine, le crachin, le contre-jour. Les gouttes d’eau sur l’objectif et donc sur la photo. Ce sont d’abord des émotions, des moments, des souvenirs. Peu ont été retouchées, quelquefois recadrées, et redimensionnées pour le format internet.

Bilan. Finalement j’ai marché du 19 avril au 11 mai, avec deux jours à l’enterrement de Jacques. J’ai fait environ 600 kilomètres en 21 jours. Une petite trentaine de kilomètres chaque jour. Au total, je suis parti vingt trois jours dont deux particulièrement sévères. La mort de Jacques. L’AVC de Catherine.

Combien de foulées ? Environ 60 centimètres à chaque foulée sur 600 km, soit 60.000.000 de cm : 1 million de foulées. Impressionnant


Catherine récupère et va mieux, un changement d’air lui fera grand bien. Aussi décidons-nous d’aller à Lançon-Provence en voiture. Comme promis, nous ferons son anniversaire avec nos amis.

Vouillé
Vouillé.

26 mai 2015. Monteneuf-Vouillé. Nous reprenons mon circuit Bertrand du Guesclin. Je lui montre et commente le trajet, l’histoire, les paysages, les étapes, les pauses. Nous avançons à 45, 50 kilomètres à l’heure sur ces petites routes. Première étape : Vouillé, au Cheval Blanc. L’accueil est très bon, le patron-cuisinier me reconnaît, j’en suis très flatté.

Saint-Chély-d'Apcher, le centre
Saint-Chély-d’Apcher, le centre.

27 mai 2015. Vouillé-Châteauneuf-de-Randon.Nous passons par Saint-Chély-d’Apcher avant de rejoindre Châteauneuf-de-Randon. La Lozère, c’est magnifique. Le col du Cheval-mort est impressionnant, un autre monde. Etape à l’Hôtel de la Poste à l’Habitarelle, à proximité du cénotaphe de Bertrand du Guesclin. Il est mentionné 1313 pour sa date de naissance. Rencontre avec Pierre Bessière, très intéressante, un passionné, responsable du musée. M. le maire passe à l’hôtel, nous échangeons quelques mots. Pas de majorettes pour mon arrivée.

Bertrand me remet mon diplôme de bon routier
Bertrand me remet mon diplôme de bon routier.

28 mai 2015. Châteauneuf-de-Randon-Lançon-Provence. Rencontre de M. et Mme Nègre, présidente de l’association Bertrand du Guesclin de Châteauneuf-de-Randon. Visite du Musée à la Mairie. Direction le sud. Nous suivons en partie le circuit prévu à pied. La Régordane depuis Portes. Pris par le temps nous rejoignons Nîmes. L’autoroute nous mène à Salon-de-Provence, arrivée en soirée à Lançon-Provence. Le rosé de Château Virant ou de Calissanne pour arroser les retrouvailles. Avec Charly, nous nous connaissons depuis 45 ans, c’est mon plus ancien ami.

29 mai 2015. Miramas. C’est l’anniversaire de Catherine, nous déjeunons tous les quatre dans un excellent restaurant gastronomique de Miramas.

Aumont-Aubrac, la bête du Gévaudan
Aumont-Aubrac, la bête du Gévaudan.

6 juin 2015. Montpellier. Bertrand du Guesclin y est passé pour se rendre en Espagne. Nous quittons Gérard et Françoise, une tante de Catherine pour nous diriger vers la Bretagne. Nous sortons de l’autoroute pour un détour à Aumont-Aubrac, étape sur le circuit Bertrand du Guesclin et sur le Chemin de Compostelle. Un croisement symbolique. Le soir, nous sommes chez nos amis de La Châtre. Surprise, nous ne les avions pas prévenu. Françoise et Jean ne perdent pas pied, immédiatement on commence par l’apéritif. Une super soirée.

Juillet et août 2015. Je travaille un peu sur la rédaction de ce dossier, le classement des photos, leur identification. Mais je n’avance pas, le cœur n’y est pas. N’y est plus.

3 aout 2015. Balade à Chaudron-en -Mauges. Retour sur une belle étape de mon circuit. Dîner au restaurant Le Mine d’Or. Découverte de la chapelle Saint-Méen de Montjean, à Châteaupanne.

Vais-je reprendre la route et achever le circuit prévu ? That is the question. Début septembre, je préviens M. Yves-Marie Rouat, de Broons, que je peux faire une présentation aux membres de l’association des photos prises lors du voyage.

Hiver 2015. Je commence à taper les notes de ma balade. Avec les mains, les doigts, je me tape une étape d’une journée en 1 heure, çà va nettement plus vite qu’avec les pieds.