aller au contenu

De Fontaine-sous-Jouy à Vernon

11 mai

11 mai 1364, Bertrand du Guesclin réunit ses troupes à Rouen. Je passe par Cocherel, cinq jours avant la date anniversaire de la bataille, le 16 mai 1364.

Les propriétaires m’invitent au petit-déjeuner avec les deux Bretons. Je les quitte vers 8 heures. Encore merci pour l’exceptionnel accueil et leur gentillesse.

Je me dirige vers Jouy-sur-Eure.

Jouy-sur-Eure. 27
L’église Saint-Pierre.

L’église est érigée au 13e siècle pour ce qui est du mur nord de la nef, et au 14e siècle pour le chœur, lui-même remanié aux 16e et 17e siècles.

Le bois de la Ronce est à ma droite, sur une hauteur. En mai 1364, il sert de repaire aux troupes adversaires de Bertrand Du Guesclin lors de la bataille de Cocherel. 1

Hardencourt. 27

Madame la maire d’Hardencourt-Cocherel, Lorraine Leprest, est à la mairie, elle entretient les massifs fleuris de l’entrée. Je lui demande si la commémoration est prête, elle me dit qu’elle n’a lieu qu’en juin et qu’il n’y a pas urgence. Elle pense à juin 1940. Je lui dit que la bataille s’est déroulée le 16 mai 1364. Non, il n’y a aucune manifestation de prévue. La Pyramide est sur la commune, elle a été nettoyée récemment, me dit-elle. Elle est très sympathique et se félicite, avec un regret pour les pratiquants, de ne pas avoir d’église. En effet cela pèse lourd dans les finances de la commune. 2

Hardencourt. 27
Terre sur soubassement de calcaire et silex.

Le 14 mai 1364 à Évreux, le captal de Buch réunit toutes les garnisons navarraises à sa disposition afin de marcher contre le Breton. Ce dernier est parti le 11 mai de Rouen avec une troupe de taille équivalente. Plutôt que de couper la route à son adversaire, le captal, arrivé le 15 mai à Cocherel, dispose ses troupes suivant la stratégie anglaise sur une éminence voisine qu’il fait fortifier. Il s’agit de la colline du bois de la Ronce à deux kilomètres du bourg. Par un plein soleil, les Anglo-Navarrais profitent de l’ombrage du bois tandis que les Franco-Bretons doivent se faire porter de l’eau de l’Eure qui traverse Cocherel. À midi les deux armées tiennent toujours leurs positions. Les gens d’armes subissent la chaleur suffocante. 3

Cocherel. 27
Entre Hardencourt et Cocherel.

Le point le plus haut du Bois de la Ronce est à 125 mètres d’altitude alors que la plaine de la vallée de l’Eure est à 35 mètres, au niveau de la Pyramide érigée à la mémoire du combat et de Bertrand du Guesclin. On comprend pourquoi les Franco-Bretons décident de ne pas attaquer les Anglo-Navarrais.

Cocherel. 27
Cocherel. 27
En arrière-plan, les bois de La Ronce où les Anglo-Normands ont installé leur campement.
Cocherel. 27
Est-ce que Bertrand du Guesclin s’y est arrêté ?
Cocherel. 27

Je ne passe pas loin de la Pyramide, j’y suis déjà allé.

Hardencourt-Cocherel. 27
Pyramide commémorative. Photo : 30/08/2023.
Cocherel. 27
Cocherel. 27
Le chemin pris par Bertrand du Guesclin pour se replier vers l’Eure.
Cocherel. 27
Aristide Briand a son tombeau à Cocherel.

Bertrand Du Guesclin, arrivé aux environs de 15 h, décide de feinter et au son des trompettes, l’armée française commence à se retirer en direction de l’Eure, les fourgons, les valets et quelques gens d’armes s’engagèrent sur le pont et traversèrent la rivière. 4

Les Anglo-Navarrais ne peuvent laisser Bertrand du Guesclin s’échapper, et le piège fonctionne. Les Anglo-Navarrais descendent dans la plaine et Bertrand du Guesclin fait demi-tour. Les deux armées sont face à face.

Cocherel. 27
Le pont sur l’Eure.

Coucherel en 1364 (Froissart), Coicherel en 1364 (lettres du captal de Buch). Cocherel est analogue aux Cocherel du sud et aux Cocquerel du nord de la ligne Joret. Ces toponymes correspondraient à des moulins à eau ou à vent. 5

Cocherel. 27
L’Eure. Le moulin de Cocherel.
Cocherel. 27

Je prends la direction de Vernon, çà monte, je vois le Bois de la Ronce et le champ de bataille. Je ferme les yeux et j’imagine les combats du 16 mai, les morts, les bannières, le sang de la défaite et les cris de joie de la victoire.

Cocherel. 27
Vue sur le champ de bataille.

Fin de la rêverie, l’altitude est maintenant de 125 mètres.

Cette fleur m’est inconnue.
Houlbec-Cocherel. 27
Les cierges ne sont pas installés.

L’épicerie est à vendre, il n’y a plus de choix sur les étagères. Pause sur le banc de la place.

Le blason d’Houlbec-Cocherel est D’argent à une aigle bicéphale de sable, becquée et membrée de gueules, au bâton du même brochant ; au chef chargé d’un léopard d’or armé et lampassé d’azur. L’aigle bicéphale est le blason de Bertrand du Guesclin. 6

Direction Mercey, il y a un beau château pas évident à photographier, je fais une pause devant. Le village est situé sur un plateau constitué de quelques fermes et maisons construites près du manoir seigneurial. Parmi les seigneurs de Mercey, on relève, à la fin du 16e siècle, le nom de Lancelot de La Garenne, gouverneur des ville, châteaux et pont de Vernon, inhumé dans l’église de Mercey.

Saint-Marcel. 27
Au fond de la vallée, l’Eure.

Je descends la rue Georges Hermand, un dénivelé d’une centaine de mètres.

Saint-Marcel. 27
Église Saint-Marcel.

Dans une charte du 11e siècle, Richard donne l’église de Saint-Marcel à l’abbaye de Jumièges ; en 1156, le roi Henri II en fait donation à l’abbaye de Bernay, avec une vigne et une partie de la dîme. Du premier édifice, d’époque romane, subsiste la nef, appareillée en arêtes de poisson à la base des murs et un contrefort plat en pierre au mur Nord. Au 15e ou au 16e siècle est construite l’importante charpente reposant sur des poteaux octogonaux engagés dans des bases en pierre. Au 16e siècle sont élevés le transept et le croisillon Sud (baies en tiers-point aujourd’hui murées). Au 17e siècle est élevée la tour carrée. Le chœur est reconstruit au 17e ou au 18e siècle (plaque funéraire de l’abbé François Planche) : baies en plein cintre, voûtes d’arête. Le portail Ouest date du 18e siècle. En 1847 : réfection complète de la chapelle de la Vierge. En 1870 : construction d’une chambre de charité. 7

Vernon. 27
Collégiale Notre-Dame.

Le nom de Vernon signifie soit « la plaine des aulnes » ou « la plaine marécageuse » par extension, soit « l’endroit planté d’aulnes ». Vennon en 1377 dans un mandement de Charles V.

Au cours de la guerre de Cent Ans, la ville est le théâtre de nombreux et sanglants événements.

  • En 1346, Édouard III d’Angleterre fait incendier la ville lors de sa chevauchée.
  • Le 22 février 1354, est signé le traité de Mantes au terme duquel le roi de France, Jean II, cède le Vexin à Charles II de Navarre.
  • En 1356, Vernon est livrée au pillage des hommes du duc de Lancastre et des Navarrais.
  • Par le traité de Londres du 24 mars 1359, la ville est cédée aux Anglo-Navarrais.
  • À la suite de la bataille de Cocherel (16 mai 1364), qui voit la victoire de Bertrand du Guesclin sur Jean III de Grailly, captal de Buch, ce dernier est emprisonné dans le château de Vernon.
  • Le 29 mars 1371 a lieu la signature du traité de Vernon entre le roi de France, Charles V, et Charles II de Navarre, le Mauvais.

Le château des Tourelles, situé rive droite de la Seine, l’un des seuls châtelets du XIIe siècle encore pratiquement intacts en France. 8

Il y a peu d’hôtels dans la ville. Je suis déjà allé au Normandy, c’est un peu luxueux, je tente, il reste une seule chambre. Ok, je prends. Je fais un tour du centre, il y a des travaux un peu partout.

Je constate que l’hôtel et le restaurant affichent complets, ils sont envahis par des Anglais ! Ils ne sont pas tous partis ! Je dîne dans une brasserie à proximité.