aller au contenu

De Rennes à Mende

22-23 avril

22 avril, départ de Rennes. Je rejoins Mende en cars. Étape de nuit à Clermont-Ferrand. Arrivée le 23 avril à Mende avec la bénédiction d’Urbain V.

En cours de rédaction.

Après quelques recherches pour me rendre de Monteneuf à Mende j’hésite entre la voiture, le train, l’avion et le car. Finalement je choisis le car. C’est la solution la plus écologique, enfin, la moins polluante, et la moins chère. Je vais découvrir l’ambiance de ce mode de transport.

Le départ se fait de la gare de Rennes à 21h20. Le car arrive de Saint-Malo et termine son parcours à Grenoble. Ma première étape est à Clermont-Ferrand au petit matin. Je m’installe 2 rangs derrière les chauffeurs, cela me permet de discuter avec eux et je vois bien la route. Les deux chauffeurs sont très sympathiques, ils habitent Grenoble. Il n’y a pas d’arrêt café, seulement quelques minutes de pause aux arrêts prévus. Un des chauffeurs explique les règles : à 23h, extinction des feux dans le car, dans les toilettes, appuyez bien sur le bouton vert pour actionner la chasse d’eau, pas sur le rouge, il déclenche l’alarme, si vous voulez de l’eau, la petite bouteille est à 1 €, ça dépanne. On s’arrête à Laval, Le Mans, Tours, Vierzon. Les sièges devant moi permettent aux chauffeurs de s’allonger en travers pour se reposer. À 23h, ils mettent de la musique pour se maintenir éveillés. Je n’avais pas prévu cela. Evidemment je l’entends bien, et moi aussi, je reste éveillé. Ça sent la nuit blanche. Facile de fermer les yeux mais difficile de se boucher les oreilles malgré quelques essais avec des morceaux de mouchoir en papier. Tant pis, roule ! Finalement je somnole. Je dormirai mieux demain.

Mes voisins et voisines, surtout des jeunes ont leur casque sur la tête. Chacun cherche la bonne position pour ses jambes, toutes les formules sont testées. Mais il faut en changer régulièrement car on s’ankylose vite.

A Tours un jeune Afghan cherche où se situe Baulois, au bout de quelques minutes à regarder une carte on découvre qu’il s’agit de Blois ! Sourires.

Vierzon, il est 2h45. Clermont-Ferrand est encore à 210 kilomètres.

Le voyage est une suite de discussions avec un des chauffeurs, de siestes, d’assoupissements, de réveils, de somnolence, de musique variée.

Clermont-Ferrand, gare routière, il est 5h20. En allant vers la Place de Jaude, je trouve une boutique qui lève le rideau. Croissant, pain au chocolat et un bol de chocolat chaud sont les bienvenus.

J’erre dans la ville qui s’éclaire progressivement. Je monte vers la cathédrale, sombre, comme le temps. Elle est encore fermée à cette heure.

Je prends un café au Faisan Doré devant la statue de Vercingétorix. Une autre statue représente Louis Charles Antoine Desaix. 1

Clermont-Ferrand. 63
Clermont-Ferrand. 63. La cathédrale. Photo : 23/04/2019.

Je me renseigne pour savoir d’où part le car qui doit m’acheminer à Mende. Étonnement, le car venant de Rennes s’arrête à la gare routière, celui qui va à Mende part de la gare ferroviaire, logique, non ? Il y a un bon kilomètre entre les deux gares. Pas grave, j’ai le temps.

Le car pour Mende part à 10h50 et il n’est que 8h30. Je peux encore visiter. Mais une petite pluie se met à tomber.

Le car passe par Saint-Chély-d’Apcher, Marvejols. Je croise le circuit de ma balade de 2015. Le paysage change, le car monte, descend, prend des virages, enfin des reliefs. Je me suis installé au premier rang, je peux faire quelques photos à travers le pare-brise en rusant entre deux passages des balais d’essuie-glace.

Marvejols. 48
Marvejols. 48. Un peu de brume. photo : 23/04/2019.

A Marvejols, Une passagère, jeune, casque sur la tête, rate l’arrêt. Quand elle s’en aperçoit, on a fait deux kilomètres. Le chauffeur n’est pas heureux, il n’a pas le droit de la laisser descendre, il faut retourner à l’arrêt prévu. Demi-tour, plusieurs personnes ronchonnent, il va y avoir du retard aux autres arrêts. Ah, les jeunes !

La photo ci-dessous est prise à l’endroit où la jeune femme se réveille et où le car doit faire demi-tour. Un croisement que les panneaux divers n’ont pas épargnés.

Marvejols. 48
Marvejols. 48. La pub n’épargne pas la campagne. Photo : 23/04/2019.
Marvejols. 48
Marvejols. 48. La porte de Soubeyran. Photo : 23/04/2019.

Les paysages deviennent de plus en plus jolis. Je me prépare psychologiquement à ma balade.

Marvejols. 48
Marvejols. 48. Vue du car. Photo : 23/04/2019.

14h. J’arrive à Mende, point de départ de ma balade. En réalité je voulais partir de Châteauneuf-de-Randon mais après réflexion je me suis dit que rencontrer le pape Urbain V était une bonne idée. Urbain V a certainement rencontré Bertrand du Guesclin en 1365 ou 1366 lorsque celui-ci a sollicité son aide financière pour emmener les Grandes Compagnies en Aragon et Castille.

Mende. 48
Mende. 48. La cathédrale. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Bonne route, marcheur. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Pourquoi suis-tu cet excommunié ? Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. La cathédrale. Photo : 23/04/2019.

Je rencontre Jean-Antoine Chaptal. Il est né à Badaroux, j’y passe demain. 2

Mende. 48
Mende. 48. Photo : 23/04/2019.

Je cherche un hôtel, il y a le Drakkar, sur la place de la cathédrale, c’est parfait. Je fais le tour de la ville. Je longe le Lot, le soleil est un peu revenu, le niveau d’eau est bas, la sécheresse se constate, autour du vieux pont les points de vue sont magnifiques. le boulevard qui fait le tour de la ville est le reste des anciennes fortifications dont il reste la tour des Pénitents fortement envahie par des constructions récentes.

Mende. 48
Mende. 48. La tour des Pénitents, vestige des remparts. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Le Lot. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Au pied du mont Mimat. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Le pont Notre-Dame, du 13ème siècle. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Toit en carène à la Philibert. Photo : 23/04/2019.
Mende. 48
Mende. 48. Le Lot du pont Notre-Dame. Photo : 23/04/2019.

Je poursuis la visite jusqu’à l’arrivée d’une belle pluie qui ne me réjouit pas, est-ce que demain ce sera mieux ? Je monte dans la chambre, je m’allonge pour regarder la TV et hop, instantanément je m’endors. 20h, le téléphone sonne, c’est le patron de l’hôtel qui me dit que si je veux dîner, c’est maintenant ou jamais. Ok, j’arrive. Je choisis le plat le plus rapide à faire, saucisse-aligot. Il faut se caler car demain il y a la route, à pied. Au bar, je rencontre un Breton. Sa famille habite dans le Morbihan, près de Plumelec, Callac. Avec quelques clients et un café on discute sous la bâche qui protège la terrasse, la pluie continue de tomber. Urbain V continue à bénir les passants.

Je sens que le sommeil me gagne, je ferme un oeil. Bonne nuit. A demain.

Mende. 48
Mende. 48. Je continue le tour de la ville. Photo : 23/04/2019.


↑ 1 • Louis Charles Antoine Desaix. Né le 17 août 1768 au château d’Ayat à Ayat-sur-Sioule (Puy-de-Dôme), mort le 14 juin 1800 à Marengo (Italie), est un général français qui s’est illustré lors des guerres révolutionnaires et sous les ordres de Bonaparte, notamment en Égypte et en Italie

↑ 2 • Jean-Antoine Chaptal, comte de Chanteloup, né le 5 juin 1756, à Badaroux (Lozère) et mort le 29 juillet 1832 à Paris, est un chimiste, médecin et homme politique français.