aller au contenu

De Saignes à Le Falgoux

9 mai 2015

Saignes (15), départ 6h30.

L'ancienne chapelle domine les pavillons récents
L’ancienne chapelle domine les pavillons récents.

En sortant de Saignes, on voit très bien la petite chapelle juchée sur son éperon rocheux. Saignes a quelques maisons bourgeoises, au centre, qui ont appartenu à des vendeurs-colporteurs de trousseaux de mariage, m’a-t-on dit. Une autre époque.

Dans les prairies, les clochettes des moutons. Au Monteil, à droite Auterroche, ce doit être le plateau élevé que l’on voit du centre de Saignes. A Jalaniac, un site gallo-romain a livré une statue funéraire. La roche est le tuf, d’origine volcanique. La Fontaine de Dijon, monument local est construit avec cette roche. Je suis à 796 mètres.

Les paysages émergent de la brume matinale
Les paysages émergent de la brume matinale.

Les paysages sont de vraies cartes postales, prairies, haies, arbres, murs de pierres sèches. Les personnes qui me croisent et me demandent si je suis un chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Ces circuits sont très connus. En réalité, peu de personnes savent où ils passent. 40.000 randonneurs par an sur ces chemins. L’autoroute, avec ces aires, cafés, pauses, nuitées. Quand je réponds que je fais le circuit Bertrand du Guesclin, je surprends. Qui c’est ce gars là ?

Du bel ouvrage, ça monsieur
Du bel ouvrage, ça monsieur.

Je croise de plus en plus de maisons à deux niveaux, celui de l’habitation et celui des animaux ou de la paille, du foin. La roche est de plus en plus noire, d’origine volcanique, la lave. Le Cantal est un ancien volcan énorme qui a été arasé au fil du temps. Il est plus ancien que la chaine des Puys. Les murs de roche sont couverts de mousse. Pas étonnant. Depuis Saignes, il pleut gentiment, pas fort, un bon crachin breton. A Cheyrouse, un éleveur affiche, beurre, tome, salers. Certaines vaches ont une cloche, pas toutes. Pour quelle raison ? La pluie cesse à Trizac. Trizac, une belle église, un charcutier artisanal avec une belle vitrine, saucissons, jambons et au comptoir, viande de Salers. J’achète des croquants à la pâtisserie, également artisanale. J’en mange au bistrot. C’est un jeune qui le tient, le soir il organise une soirée musique. J’y rencontre l’ancien maire de la commune qui m’explique que les vitraux du 15e de Trizac viennent du Morbihan.

La Cane de Montfort et Saint-Nicolas
La Cane de Montfort et Saint-Nicolas.

Une erreur d’un architecte entre Trizac et Priziac fait que ce sont des vitraux morbihannais qui sont les plus anciens du Cantal. Y figurent l’histoire de Montfort-la-Caneet celle de Saint-Nicolas. C’est étonnant. Le maire appelle un copain journaliste, il lui demande de venir m’interroger sur mon parcours, parler de Trizac-Priziac, de Bertrand du Guesclin, de l’originalité de ma marche... Le patron du bar fait la photo et l’envoie de son portable au journaliste. Je vais être célèbre. A papoter, ma pause dure deux heures, le record de pause. Pas sérieux. Sur la petite route qui mène vers le Falgoux, une dame en voiture s’arrête à mon niveau pour me raconter qu’elle est à Riom pour perdre des kilos, sports, régime...L’arrivée d’un autre véhicule l’incite à me quitter. Ouf. Un terrible besoin de contact, la solitude, quel problème.

Murs de pierres sèches, enfin presque
Murs de pierres sèches, enfin presque.

Sur ma gauche, un mur cyclopéen, des blocs énormes. L’eau dévale de partout, elle dégouline le long des talus, à travers le sol, c’est impressionnant, les m3 qui se déversent. Des granges à quatre pans, typiques de la région sont installées près des fermes ou isolées dans les prairies. Jusqu’à Freyford ce sont des prairies, ensuite la forêt dense. Depuis Ydes, par Saignes, Trizac, le dénivelé est important. Je monte toujours. A ma gauche, des chaos de roches, des fleurs, de la mousse. Cela ressemble à un jardin, en cascade. Ici les limaces sont noires, très noires.

Plusieurs cascades étourdissantes
Plusieurs cascades étourdissantes.

Les cascades du Marilhou sont superbes, elles chutent de 7 à 8 mètres de hauteur dans un tumulte assourdissant. L’eau suinte de partout. Apparition des premiers pics. Pas encore le Puy-Mary. Quelques plages de neige scintillent au soleil sur les sommets. J’arrive au Col d’Aulac. 1228 mètres. Pause en terrasse panoramique, vue magnifique, café , menthe à l’eau. Et maintenant c’est la descente, pour une heure, vers Le Falgoux. Les paysages sont grandioses, immenses, sous le soleil qui est revenu en force. De plus en plus de fleurs de fossés, beaucoup d’orchidées. Pour mon prochain périple, je chercherais à privilégier les contacts aux kilomètres, ça devrait être très différent. Des sonnailles, des vaches à cloches.

Vue de la terrasse du bar-restaurant, un aérien bonheur
Vue de la terrasse du bar-restaurant, un aérien bonheur.

Plus je descends dans la vallée du Mars, plus le sommet du Puy-Mary monte. J’ai un soutien de plus en plus appuyé des vaches. J’atteins Le Falgoux, il est 16h15. Le village refait ses trottoirs, en granit, choquant avec la roche locale. Peut-être même qu’il ne vient pas de France ! Je trouve une chambre d’hôte, le propriétaire me dit que la lauze est de la phonolithe, roche qui tinte quand on la frappe. Apéritif en terrasse , une gentiane. Hôtel complet, je dîne au restaurant de l’hôtel, des produits régionaux, pounti, tripoux, aligot, Châteaugay. Le pounti, ce sont des pruneaux recouverts de feuilles de blettes cuites. Le Cantal c’est aussi la gentiane, alcool à 16 degrés environ, en apéritif. Il y a la Salers et l’Avèze, surtout ne pas les confondre. La technique de fabrication est très différente, pour l’une c’est la macération, pour l’autre la distillation. L’une utilise des racines de gentiane séchées 6 mois et broyées, l’autre des radicelles de moins de 8 jours. Rien à voir, l’une est de la Corrèze et l’autre du Cantal. Attention, on ne plaisante pas avec la gentiane. C’est sujet à polémique.

Le Falgoux. L'entrée du village
Le Falgoux. L’entrée du village.

Demain je monte au Puy-Mary par la route. Les chemins de randonnée allongent trop la distance. Je ne parviens pas à obtenir d’informations claires , notamment pour ce qu’il y a après le Puy-Mary. J’ai atteint les 620 kilomètres, encore 120 pour Châteauneuf-de-Randon, 4 ou 5 jours. Ensuite c’est la descente vers la Provence. La nuit tombe sur la vallée. On distingue à peine le Puy-Mary. Demain il doit faire beau. Quelques massages, un aspirine comme tous les soirs et la journée devrait être fantastique. Akileine, Voltaren...ben quoi, on peut se doper, un peu, raisonnablement.


Voir et savoir

  • Trizac,15 : Centre des volcans d’Auvergne, hauts plateaux et vallées. Fromage, Bleu de Trizac. Église Saint-Beauzire, 12e, vitrail avec la Cane de Montfort, Morbihan ! Villages de Cotteughes et de Freydefont, bois du Marilhou, 1150 mètres d’altitude, 30 habitations, cases en pierres sèches semi enterrées, constituent le village construit fin 10e et déserté au milieu du 15e, circuit découverte balisé. Cascades du Marilhou.
  • Le Falgoux : Cirque glaciaire. Vallée du Mars. GR 400.

Ma collection de tampons

  • Le XV 400 : Bar, tabac, jeux, presse, snack. 15400. Trizac.
  • Le Col d’Aulas : Bar, restaurant. Terrasse avec vue panoramique.
  • Chambres d’hôtes : Colette et Guy Jacquier-Supersac. La Michie. 15380. Le Falgoux. Etape-nuit.
  • Hôtel, bar, restaurant : Centre Bourg. 15380. Le Falgoux. Dîner. Plats régionaux.